Logo ={0} - Retour à l'accueil

Les demeures, manoirs ou châteaux sur la commune d'Orgères

Dossier IA35047520 réalisé en 2008

Fiche

La seigneurie d'Orgères fut érigée en baronnie en 1644, en faveur de Gabriel de Bourgneuf, seigneur de Cucé et président du Parlement de Bretagne.

Les châteaux et les manoirs :

Dans la partie sud du territoire communal (500 mètres au sud de l'Hermitière), se trouvait le talus de la Douve. Il s'agissait d'un talus circulaire entouré d'une douve de trois mètres de large. Ce talus mesure 25 mètres de diamètre et 2 mètres de hauteur. D'après Paul Banéat, il s'agissait d'un châtellier industriel, c'est-à-dire d'une fortification destinée à protéger un établissement de forges ou de fours à briques. Toutefois, le site ressemble fort à celui d'une ancienne motte féodale.

Il existait également une motte féodale au Chatenay ; une chapelle se trouvait sur cette motte en 1551. Les mottes féodales sont les fortifications construites au 10-11e siècle. Il s'agissait de mottes de terre, naturelles ou artificielles, sur lesquelles on construisait des bâtiments en bois. L'ensemble était entouré de douves et parfois d'une palissade en bois pour renforcer la protection du site.

Le château d'Orgères était composé, au 18e siècle, d'un dôme central et de deux pavillons. Toutefois, cette construction a été partiellement incendiée au début du 19e siècle, c'est la raison pour laquelle le château actuel est composé de deux bâtiments accolés de hauteurs différentes. Le bâtiment le moins élevé correspond aux vestiges du château primitif.

Le château d'Orgères est construit sur un terrain entouré de douves ; un pont-levis enjambait autrefois les douves, pour permettre l'accès à la cour du château. Deux pavillons flanquent les angles du quadrilatère formé par les douves ; l'un de ces deux pavillons servait de chapelle.

La seigneurie d'Orgères fut érigée en châtellenie en 1640 puis en baronnie en 1644 et 1774. A l'origine, elle relevait de la seigneurie de Bourgbarré, toutefois, dès 1640, elle relève directement du Roi.

Le Noyer, le Chatenay, Serrières et Montenay dépendaient de la seigneurie d'Orgères.

Au début du 20e siècle, Paul Banéat, dans son ouvrage Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments, mentionne les manoirs suivants :

- la Plumelière ; il appartenait aux du Rocher aux 15e et 16e siècles.

- Serrière ; les de la Motte-Vauclair le possédaient au début du 16e siècle.

- le Noyer ; les le Bigot en étaient propriétaires aux 15e et 16e siècles.

- Lourme ; il appartenait aux Deschamps en 1652.

- le Châtenay ; à la fin du 14e siècle, les de Montgermont le possédaient.

- le Plessis.

- Bouharé ; en 1710, il fut vendu par les le Marchand aux Poirier.

Les demeures :

La demeure du Reuzel a été construite à la fin du 19e siècle, en 1898 exactement, par Emmanuel Le Ray. Emmanuel Le Ray était l'architecte de la ville de Rennes entre 1895 et 1932 ; il a, entre autres, réalisé la piscine Saint-Georges ou encore la Criée dans cette ville.

Ce bâtiment a été commandité par Ernest Le Comte, procureur de la République en Mayenne.

Aires d'étudesIlle-et-Vilaine
Dénominationsdemeure, manoir, château
AdresseCommune : Orgères
Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Décompte des œuvres repérées 9
étudiées 0

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • BARDEL, Philippe, MAILLARD Jean-Luc. Architecture de terre en Ille-et-Vilaine. Rennes : Apogée, Ecomusée du Pays de Rennes, 2002.

  • BRAND'HONNEUR, Michel. Les mottes médiévales d'Ille-et-Vilaine. Institut Culturel de Bretagne, SKOL-UHEL AR VRO, Centre Régional d'Archéologie d'Alet, 1990.

    p. 78
  • CHATENET Monique, MIGNOT, Claude (dir.). Le manoir en Bretagne. 1380-1600. Paris, Caisse nationale des monuments historiques et des sites/Editions du patrimoine/Imprimerie nationale Editions, 1999.

  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1884.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • LOUAIL, Jules. Esquisse sur le pays d'Orgères. 1892.

  • OGÉE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne. Nlle éd. [1778-1780] rev. et augm. Rennes : Molliex, 1845.

  • ORAIN, Adolphe. Monographie de la commune d'Orgères à 15 kilomètres de Rennes. Revue de Bretagne, sept. 1909, T. XLII, 5e série, 8e année, p. 139-148.

  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic éditions 2000, 2 tomes, (Le patrimoine des communes de France).