Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Les cabines de bain sur la Côte de Granit Rose

Dossier IA22000354 réalisé en 1999
Aires d'études Côte de Granit Rose
Dénominations cabine de bain

Il reste peu de traces attestant de la pratique des bains de mer thérapeutiques sur la Côte de Granit Rose à partir de 1870. Il semble que le bain soit spontané, non soumis à des règles strictes et médicales. D' ailleurs aucun établissement de bains n' est construit sur aucune plage, tout juste une cabane en bois le long de la grève de Trestraou vers 1907, où l' on peut prendre des bains de mer chauds. Un dessin humouristique daté de 1888 ainsi qu' une photographie ancienne montrent qu' à Perros-Guirec, de petites cabines avec armature en bois, tendues de tissu étaient portées à bras d' homme vers les flots à l' aide d' un système de brancards. Dans les dernières décennies du 19e siècle, les cabines se fixent en haut des grèves, posées sur un terre-plein naturel que la mer n' atteint pas : au Coz-Pors à Trégastel, à Trestraou et Trestrignel à Perros-Guirec, et sur l' ithsme du Castel à Trébeurden. Les cabines étant placées sur des terrains municipaux, les communes perçoivent une taxe pour chaque emplacement occupé, ce qui leur permet de financer par ailleurs certains travaux. En 1905, le nombre croissant de cabines posées à Trestraou oblige la municipalité de Perros-Guirec à réglementer les occupations. Un plan est dressé pour déterminer l' emplacement de 253 cabines, leur prix varie selon la position par rapport à la mer. Tout propriétaire doit en faire la demande à la mairie, et construire une cabine dont la largeur ne doit pas excéder deux mètres. A partir de 1910, les municipalités entreprennent de construire des quais-promenoirs le long de la grève, afin de protéger le rivage des assauts marins. Parfois, elles demandent la contribution des propriétaires de cabines en échange d' un emplacement gratuit pendant quelques années. A Trégastel, ce trottoir est construit vers 1910 au Coz-Pors, à Trestraou en Perros-Guirec en 1913, dans les années 1920 à Tresmeur en Trébeurden, prolongé en 1925 vers le milieu de la plage actuelle. Dans les années 1920, les communes doivent faire face à un nombre important de cabines d' aspect inégal : les règlementations portant sur le bon entretien des cabines qui sont le plus souvent des cabanes ne sont pas suivies. Pour remédier au double problème d' inesthétisme et de manque de place, les communes construisent des cabines en béton. Un projet de construction d' une digue avec cabines de bain en béton est prévu en 1928 à la Grève-Blanche, mais ne sera jamais réalisé par le concessionnaire des lieux. En 1933-34, des cabines sont construites au Coz-Pors par l' architecte lannionnais Jean Le Corre. En 1925-26 puis 1932, les cabines projetées à Trestraou, sur des plans de Jean le Corre, semblent n' avoir jamais réalisées, seuls des murs de soutènement sont construits à l' ouest de la plage pour recevoir des cabines de bois. Les aménagements sont interrompus par la Seconde Guerre mondiale : des cabines en béton sont construites à Trestraou (1955-65) ainsi qu' à Trestrignel (1966), à la Grève-Blanche en Trégastel (1959) et à Tresmeur en Trébeurden (1967).

Période(s) Principale : 20e siècle
Auteur(s) Auteur : Le Corre Jean, architecte

Les cabines en béton construites sur la côte de Granit Rose sont construites sur le même principe : un mur de soutènement formant digue-promenoir est construit devant les cabines, les surélevant par rapport à la plage. Chaque cabine est percée d'une porte et d'une fenêtre. L'ensemble des cabines accolées, couvertes d'un toit terrasse forment promenoir avec garde-corps au niveau supérieur.

Toits ciment en couverture
Murs bois
ciment
Décompte des œuvres bâti INSEE 6
repérées 6
étudié 0

Annexes

  • Dossier papier de l'enquête de 1999 :
  • 20032200051XB : AC Trébeurden