Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le village de Lécousse

Dossier IA35131133 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations bourg
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Fougères Sud
Adresse Commune : Lécousse

La ville de Lécousse est antérieure à Fougères qui fut en partie bâtie sur son territoire. Depuis le 11e siècle la paroisse appartenait à l'abbaye de Pontlevoy ; elle lui fut donnée entre 1080 et 1090, par un doyen appelé Morand, devenu moine de cette abbaye. On ne sait à quel titre Morand en avait été possesseur.

La première structuration du bourg se fait sous l'impulsion de l'église. Autrefois, le bourg était beaucoup moins important qu'aujourd'hui. Il s'agissait d'un village ecclésial, c'est-à-dire que les constructions du bourg se situaient autour de l'église, comme le montre encore le cadastre napoléonien de 1820.

La majeure partie du tissu urbain du centre-bourg s'est constituée au 19e siècle. C'est à cette époque que le bourg se transforme, avec la construction de maisons en pierre, de la mairie, des écoles et du patronage.

Ainsi, à Lécousse, les constructions de cette époque sont beaucoup plus développées, remplaçant même des réalisations plus anciennes. La majeure partie des constructions est élevée en granite. Au 19e siècle, sa découpe est devenue mécanique et standardisée. La brique apparaît dans les maisons les plus riches comme élément de décor (bandeaux, corniches). L'alliance granite et brique va de pair dans certains cas avec une architecture dite "pittoresque" en vogue à la fin 19e siècle et au début du 20e siècle, issue, entre autre, des théories de Viollet-le-Duc. Les habitations urbaines du 19e siècle et du 20e siècle possèdent un ou deux étages avec éventuellement un commerce au rez-de-chaussée. La façade est souvent ordonnancée et axée lorsqu'il y a trois travées. On y trouve généralement plusieurs logements. Ces maisons de bourg sont implantées en "bandes" sur la rue ou autour d'une place, créant ainsi des espaces.

Les écoles

En 1802, sous le premier Empire, l'enseignement primaire est laissé sans subvention d’État aux frères des écoles chrétiennes et à d'autres congrégations. Tout au long du 19e siècle on a vu s'opposer les défenseurs du monopole d’État et les cléricaux qui réclamaient "la liberté de l'enseignement". Elle fut établie au niveau de l'école primaire par la loi Guizot de 1833. Cette dernière créait une école primaire au moins dans chaque commune. L'enseignement des filles devint obligatoire dans les communes de plus de 800 habitants en 1850.

La création de l'école de Lécousse devait exister avant 1850, mais nous ne pouvons l'affirmer qu'à partir de 1861. Il existe en effet une liste des enfants indigents de Lécousse devant être scolarisés à cette date. Jusqu'en 1867, il n'y eut qu'une seule école mixte, mais une loi du 10 août 1867 imposa aux communes de plus de 500 habitants l'obligation d'entretenir une école séparée de filles. Il y avait 955 habitants et 125 élèves en 1868.

Entre 1882 et 1884 il y avait une école publique de garçons avec 35 enfants, une école publique de filles avec 55 élèves. Il semblerait qu'il n'y avait pas d'école privée.

L'école publique de garçons se trouvait dans la mairie actuelle, l'école publique de filles était située rue de la Basse Porte.

En 1901, le recteur de Lécousse, M. Prosper Gérard fait construire l'école privée de filles. Il est aidé par la famille Roussel de Bellevue, qui lui donne 16 ares de terrain située sur la route de Rennes.

De 1901 à 1930 trois écoles fonctionnent : 1 privée et 2 publiques. Mais vers 1936, une école privée de garçons est créée dans les locaux du patronage. De 1936 à 1946 quatre écoles sont en service. Mais après cette date, le nombre des inscriptions diminue et les écoles, qu'elles soient publiques ou privées, vont subir le même sort. L'école privée de filles a fermé ses portes par manque d'élèves vers 1960.

Période(s) Principale : Temps modernes

Références documentaires

Bibliographie
  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton.

    Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Le Bouteiller Vicomte, Notes sur l'histoire de la ville et du pays de Fougères, Editions Culture Et Civilisation 1976.

  • SALAUN Marguerite, Lécousse des origines à 1914, 57p.