Logo ={0} - Retour à l'accueil

Le port de Saint-Géran (Plévenon)

Dossier IA22004548 réalisé en 2005
Parties constituantes non étudiéesabri
Dénominationsport
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Matignon
AdresseCommune : Plévenon
Lieu-dit : Saint-Géran
Cadastre : Domaine public maritime

L'anse de Saint-Géran, appelée autrefois Port-Saint-Jehan de l'Hôpital, ou Port-Saint-Jean, en souvenir d'une vieille léproserie, abritait, vers les années 1880, une trentaine de bateaux de pêche armés par une centaine de marins. Une chaussée, édifiée dès 1790, était la seule protection de l'anse contre les tempêtes. Elle formait une petite anse, presque fermée, avec un goulet de sortie, servant de refuge pour les canots. La liaison entre Saint-Guireuc et Saint-Géran avait davantage la forme d'un sentier de servitude que d'un chemin rural. Ce sentier était souvent dégradé par les eaux de ruissellement, même si cette voie d'accès faisait l'objet de temps à autre de quelques travaux d'empierrement. En 1882, une première pétition des marins-pêcheurs de Plévenon réclama l'édification d'une cale-abri. Cette demande fut renouvelée en 1889. Le rapport de l'ingénieur Thiébaut stipulait que la station de pêcheurs comprenait 9 embarcations (29 tonneaux) et 4 petits bateaux de moins de 2 tonneaux. Elle était fréquentée par 40 pêcheurs. Thiébaut proposait une cale-abri submersible d'environ 50 m de long, enracinée dans la falaise (pointe de la Touche), avec un plan incliné de 0, 081 m, terminée par un musoir, en forme d'un demi-tronc de cône. La maçonnerie du parement est à joints irréguliers, ou en mosaïque, (blocs d'enrochement), avec le parement des blocs simplement façonnés au têtu et composé de pierres sèches. Le projet fut approuvé et adjudiqué en 1894. Son exécution fut définitive en 1896. La cale fut prolongée de 12 m vers le sud quelques années plus tard, à la demande des marins-pêcheurs. Il existait sur le site (section B 392-394) une ancienne cabane des douanes et une chapelle (disparue sur le plan cadastral de 1900), citée dans le Pilote de Thomassin (1875). En 1897, l'anse de Vau-Guichard, équipée d'une jetée, servait de refuge pour les bateaux de petit tonnage. Cette anse fut louée comme concession exclusive à Grout de Beauvais, maire de la commune de Plévenon, pour l'échouage de son canot de pêche (aux grandes marées). La pêcherie du Vau-Guichard, située entre Saint-Géran et Château-Serein, dite "écluse du Meurtel", construite en pierre, fut détruite par l'équipage du navire "Eveil" en 1854. Cette pêcherie, qui formait un enrochement parallèle à la côte et recouvrait en partie l'anse du même nom, servait aussi d'abri pour les petits bateaux contre le mauvais temps. Elle fournissait la boëtte aux pêcheurs qui demandèrent son rétablissement en 1904, en vain. Ange Bidon rapporte qu'il existait une autre écluse dans la baie des Sévignés et deux autres aux grèves d'En-Bas (la petite et la grande écluse). En 1900, l'administration comptabilisait dans ce petit port 32 bateaux et 100 marins. Saint-Géran représentait à cette époque un port de relâche pour quelques caboteurs, en attente de la marée favorable pour atteindre Port-Nieux ou Port-à-La-Duc. En 1901, fut élaboré un projet de construction, aux frais de l'Etat, d'un petit débarcadère de 38 mètres de long (à l'ouest du premier enrochement), avec un escalier dont les marches étaient taillées dans le roc (20 marches de 0, 25 x 0, 32 m), encore visible aujourd'hui. Cet escalier menait au sentier douanier, qui est maintenant parcouru par le sentier de grande randonnée (GR 34). Cependant, le projet de cale fut ajourné à cause du refus de la municipalité de réaliser un chemin d'accès. Seule, une petite cale d'une dizaine de mètres fut exécutée cette même année, en prolongement de l'escalier ; plus tard, la route d'accès au port fut élargie. En 1909, nouveau projet de débarcadère submersible, long de 20 mètres, dessiné par l'ingénieur Harel de La Noë, qui fut réalisé en 1912 en régie directe par les services des Ponts et Chaussées (avec une souscription des marins-pêcheurs, la participation de la commune et du Département). En 1912, la Société des Hospitaliers Sauveteurs Bretons édifiait un abri pour le canot de sauvetage. Cette station fut désaffectée en 1928. Le conseil municipal loua l'abri pour les pêcheurs ; puis en juin 1933, en cèda l'usage à la Société. A cette même date, les pêcheurs demandèrent la réparation et l'allongement de la digue. Longtemps réclamé par les Ponts et Chaussées, le chemin rural de Saint-Guireuc à Saint-Géran, fut prolongé jusqu'à l'extrémité nord de la digue aux frais de la commune. La route fut aménagée en 1937. En 1910, un projet de barrage entre la pointe de Saint-Géran et la pointe du Châtelet avait été élaboré par trois associés Maramont, Dubois et Vigoux, afin d'utiliser les marées comme force motrice. Cependant, cette initiative ne reçut pas l'approbation de l'administration et des acteurs locaux, qui dénoncèrent les préjudices potentiels à l'agriculture (pacage sur les marais, extraction de la marne), aux marins-pêcheurs, aux usagers des pêcheries fixes (Vau-Guichard) et au meunier du moulin Roche-Vieux (qui produisait en 1909 2000 quintaux de farine).

Période(s)Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Principale : 1er quart 20e siècle
Dates1790, daté par travaux historiques
1896, daté par travaux historiques
1912, daté par travaux historiques

Les deux ouvrages réalisés pour aménager le port Saint-Géran : Le premier quai submersible mesurant 50 mètres de long avec une pente de 0, 10 m par mètre, construit en maçonnerie de parement en blocs d'enrochements à pierres sèches. Le massif intérieur de l'ouvrage proposé par Harel de la Noë en 1909 était en pierres sèches, avec un mortier de ciment sur les murs latéraux et une plateforme en béton. Cet ouvrage mesurait 20 mètres de longueur, avec une pente de 0, 135 mètre par mètre, et une largeur de 1, 40 mètre au sommet.

Annexes

  • 20052204708NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 178.

    20052204707NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 178.

    20052204709NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 178.

    20052204741NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S. Supl. 182.

    20052204710NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 178.

    20052204711NUCA : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. 178.

Références documentaires

Documents figurés
  • AD Côtes-d'Armor : S Suppl. 178. Extrait de la carte marine : Baie de la Fresnaye, 1892.

    Carte
  • AD Côtes-d'Armor : S Suppl. 178. Extrait du cadastre de Plévenon : port Saint-Géran, 1892 (AD 22).

    plan
  • AD Côtes-d'Armor : S Suppl. 182Plan de l'anse refuge du Vau Guichard : concession de Grout de Beauvais, maire de Plévenon en 1897.

    plan
  • AD Côtes-d'Armor : S Suppl. 178. Nouveau projet d'aménagement : plan et profil en travers du sentier rural, avec la nouvelle cale de 38 mètres, 1902.

    plan.
  • AD Côtes-d'Armor : S Suppl. 178. Nouveau projet de cale de l'ingénieur Harel de la Noë : plan général et profil de la cale, 1909 (AD 22).

    plan.
  • AD Côtes-d'Armor : S Suppl. 178. Profil en long de la cale de Saint-Géran et des fondations, 1882.

    plan.
Bibliographie
  • AMIOT, Pierre. Histoire du Pays de Fréhel. Fréhel : Pierre Amiot, 1981.

    p. 194