Logo ={0} - Retour à l'accueil

Le patrimoine mobilier de l'église Saint-Aubin (Saint-Aubin-du-Pavail fusionnée en Châteaugiron en 2017)

Dossier IM35015804 inclus dans Eglise paroissiale Saint-Aubin (Saint-Aubin-du-Pavail fusionnée en Châteaugiron en 2017) réalisé en 2004

Fiche

Œuvres contenues

L´église primitive, dédiée à l´évêque d´Angers saint Aubin, remonte à l´époque romane. Le dernier vestige de cette période subsista jusqu´en 1763, qui vit remplacer le choeur à abside en hémicycle par un chevet plat. Entre temps, la chapelle nord avait été reconstruite, au 16e siècle ; il ne subsiste aujourd´hui que quelques fragments - essentiellement 4 engoulants dans les angles est et ouest du transept - de la charpente construite alors et qui fut détruite au début du 19e siècle.

Deux périodes ont marqué l´histoire du mobilier : le 17e et le 19e siècles.

La reconstruction de la nef au début du 17e siècle fut suivie par le nouvel aménagement du choeur : en 1643, on bâtit l´ensemble du maître-autel qui a conservé dans les grandes lignes sa structure originelle, dans le sillage des retables lavallois : le retable architecturé comporte un tableau d´autel encadré de colonnes torses, et deux ailes incurvées dont la niche abrite une statue de bois polychrome ; au nord, saint Aubin, au sud, saint Éloi ; ces dernières sont contemporaines du retable. En 1763, la nouvelle forme du chevet - droite - amène la fabrique à retoucher le retable : on reconstruit la partie inférieure des ailes, dans le prolongement du corps central et on remplace le tabernacle. On peut penser que c´est à ce moment que furent construits les retables secondaires.

Dès le début du 19e siècle commence une campagne de renouvellement du mobilier, qui se poursuit tout au long du siècle. En 1819, la fabrique commande une grande bannière en velours ornée d´un Christ en croix et de saint Aubin. La structure des retables du transept est reprise, sur laquelle on remploie les éléments de décor des ensembles construits à la fin du siècle précédent. En 1839, on achète le tableau du maître-autel, qui représente l´arrivée au paradis de saint Aubin, figuré sous les habits d´un ermite ; on ne sait pas si l´on reprend là l´iconographie du tableau remplacé ; on achète également un tableau pour l´autel sud consacré à sainte Anne : c´est l´Éducation de la Vierge. En 1864, le peintre-doreur Madiot, également marchand d´articles religieux à Rennes, restaure et complète la peinture des retables en y représentant, sur les ailes, des « panoplies » consacrées aux instruments de la Passion et aux insignes du pape et de l´archevêque ; il fournit un tableau de la Vierge à l´Enfant pour le retable nord ainsi que les deux statues de saint Joseph et de Notre-Dame du Sacré-Coeur. En 1870, la fabrique achète un confessionnal dont le décor de la porte, en fer moulé, reprend le dessin d'une partie de la clôture de choeur de Saint-Ideuc. En 1879, c´est au Sacré-Coeur et à l´Immaculée Conception qu´est consacrée la nouvelle grande bannière, conservée dans une seconde armoire. Les fonts baptismaux ont été achetés chez Mazères à Rennes en 1885, tandis qu´on se procure par ailleurs un harmonium, un chemin de croix et les statues du Sacré-Coeur et de Notre-Dame de Lourdes.

Le 20e siècle est plus particulièrement marqué par les verrières abstraites réalisées en 1965 par le verrier rennais Klein.

Un "coup de vent" pendant l´hiver 1997-1998 a entraîné d´énormes dégâts dans l´église du fait de la destruction de la toiture. L´ensemble du mobilier a été restauré entre 1999 et 2001.

Lors de cette enquête, il n'a été ouvert aucun dossier sur les cloches et le décor sculpté porté par l´architecture. Par convention, on considère que l'église est orientée est-ouest ; les verrières sont numérotées impaires au nord, paires au sud, en commençant par l'est ; la verrière occidentale porte le numéro 00.

Parties constituantes non étudiéesbénitier d'applique, harmonium, armoire à bannières, confessionnal, tableau d'autel, tableau d'autel, armoire à bannières, chemin de croix, fonts baptismaux, statue, statue, statue, socle, tour d'autel, chasuble, calice, statue, culot, lambris de demi-revêtement, tabouret d'église, ciboire des malades, patène, ciboire, ciboire, entrait, sablière, bas-relief, statue, culot, banc de fidèles, verrière, crèche de Noël
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Châteaugiron
LocalisationCommune : Châteaugiron
Lieu-dit : Saint-Aubin-du-Pavail
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Saint-Aubin-du-Pavail

Annexes

  • Autres oeuvres conservées dans l´église

    Autres oeuvres conservées dans l´église  :

    NB : Les oeuvres sont décrites selon le plan adopté dans les notices individuelles :

    Dénomination : matériau : technique ; dimensions. État de conservation. Inscriptions. Datation. Décor. Numéro d´image.

    Une seule oeuvre d´une série ou d´une paire est généralement photographiée ; plusieurs oeuvres sont parfois rassemblées sur la même image ; elles sont décrites de gauche à droite dans les légendes.

    Ensemble de 4 Culots : plâtre : moulé, peint, polychrome, peint doré ; 52 h. Oeuvre déposée. 4e quart 19e siècle. Représentation : ornementation végétale. Fig. 3.

    Ensemble de 6 Armoires de sacristie : chêne : mouluré, ciré ; fer : fondu. 19e siècle. Fig. 4.

    Chasublier : bois fruitier : mouluré, vernis. Oeuvre restaurée : le tiroir du bas a été supprimé ; les supports des tiroirs ont été remplacés. 19e siècle. Fig. 5.

    Paire de Lustres d´église : métal : fondu, doré ; verre : moulé. Oeuvre déposée ; les lustres ont été électrifiés. 2e moitié 19e siècle. Représentation : ornementation végétale. Fig. 6.

    Tabouret d´église : chêne : mouluré, vernis ; 66,5 h. Oeuvre déposée. 2e moitié 19e siècle. Fig. 7.

    Chandelier : bois : tourné, mouluré, peint ; 29 h. 19e siècle. Fig. 8.

    Paire de Chandeliers d´autel : métal : fondu, argenté ; 54,7 h.

    L´argenture est en mauvais état. 2e moitié 19e siècle. Représentation : angelot ; coeurs transpercés ; triangle mystique. Fig. 9.

    Série de 4 Chandeliers d´autel : métal : fondu, argenté, décor poinçonné ; 65,5 h.

    L´argenture est en mauvais état ; il manque une chandelier. 2e moitié siècle. Représentation : saint Jean ; Christ ; triangle mystique. Fig. 9.

    Paire 1 de Chandeliers d´église : métal : fondu, doré ; 44,2 h. 4e quart 19e siècle. Représentation : ornementation végétale. Fig. 10.

    Paire 2 de Chandeliers d´église : métal : fondu, doré ; verre : taillé à facettes, moulé ; 28 h. Les chandeliers ont été électrifiés. 4e quart 19e siècle. Fig. 10.

    Sonnette liturgique : métal : fondu ; 11,4 h. Vers 1930. Représentation : chrisme. Fig. 11.

    Encensoir : métal : fondu, argenté ; 26,5 h. Le couvercle ne semble pas être celui d‘origine. 19e siècle. Fig. 11.

    Seau à eau bénite 1 : métal : fondu ; 23 h. 2e moitié 19e siècle. Représentation : ornementation végétale. Fig. 12.

    Seau à eau bénite 2 : métal : fondu, argenté ; 19,5 h. 2e moitié 19e siècle. Représentation : ornementation végétale. Fig. 12.

    Croix-Reliquaire : bois : mouluré, tourné, peint ; métal : fondu, argenté ; 57 h. Oeuvre déposée. Inscriptions manuscrites sur un côté du médaillon : S. CRUCIS D N ; sur l´autre côté : ELENEFI / DIOLE / BRUGEN / 16. 189 ; sceau d´un évêque non identifié. Milieu 19e siècle. Fig. 13.

    Croix d´autel : métal : fondu, argenté ; 70 h. Oeuvre déposée. Milieu 19e siècle. Représentation : ornementation végétale ; vigne ; agneau aux 7 sceaux. Fig. 13.

    Croix de procession : métal : fondu, argenté, doré ; 89,5 h. 4e quart 19e siècle. Inscrite au répertoire départemental. Représentation : urne funéraire ; rayons. Fig. 14.

    Paire de Croix de procession : métal : fondu, argenté, doré ; 60 h. La croix argentée est déposée. 4e quart 19e siècle. Représentation : ornementation végétale. Fig. 14.

    Ensemble de 4 Lanternes de procession : métal : fondu, doré ; verre : gravé ; bois : tourné, vernis ; 58 h. Oeuvre déposée ; un verre est cassé. Limite 19e siècle 20e siècle. Représentation : croix. Fig. 15.

    Conopée soie () : soie (jaune) : drap d´or, application sur textile, adjonction d´éléments ; fil métal : doré. Oeuvre déposée ; trace de moisissure. 1er quart 20e siècle. Représentation : IHS ; ornementation végétale. Fig. 16.

    Statue : Sainte Jeanne d´Arc : plâtre : moulé, peint, polychrome, peint doré, peint faux argent ; 118 h. Oeuvre déposée. 1er quart 20e siècle. Fig. 17.

    Statue : Vierge à l´Enfant : plâtre : moulé, peint, polychrome, peint doré, peint au pochoir ; 124 h. Oeuvre déposée ; mauvais état : les deux bras de l´enfant ont disparu ; le socle est cassé. 1er quart 20e siècle. Fig. 18.

    Paire de Statues : Anges : plâtre : moulé, peint, peint doré ; 101 h. Oeuvre déposée. 1er quart 20e siècle. Fig. 19.

Références documentaires

Bibliographie
  • BLOT, Roger. L'EGLISE ST-AUBIN DE ST-AUBIN DU-PAVAIL. Vie Diocésaine. RENNES. 1996, n° 20.

    p. 515-518 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Association historique du pays de Châteaugiron. Mémoires. 3. Le patrimoine religieux. [s. l.], 2000.

    p. 78-79
  • POCQUET DU HAUT-JUSSÉ, Bertrand. Le mobilier religieux du XIXe siècle en Ille-et-Vilaine. Bannalec : imprimerie Régionale, 1985.

    p. 310 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • TAPIÉ, Victor-Louis, LE FLEM Jean-Paul, PARDAILHÉ-GALABRUN Annik. Retables baroques de Bretagne et spiritualité du XVIIe siècle. Étude sémiographique et religieuse. Paris : P.U.F., 1972.

    p. 180 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)