Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le patrimoine maritime (île-Molène)

Dossier IA29131234 réalisé en 2014

Les patrimoines maritimes, ou héritages littoraux, sont importants et variés à Molène : signalisation et surveillance des côtes, activités artisanales, industrielles et commerciales des produits de la mer, liaison terre-mer...Les pratiques religieuses et le patrimoine religieux relèvent aussi parfois des traditions liées à la mer. le patrimoine immatériel n'a pas été étudié dans le cadre de cette enquête d'Inventaire.

Le port : Le môle date de 1864. L'infrastructure portuaire est complétée au cours du 20e par des cales pour les stations de sauvetage et un embarcadère situé au nord de l'île. (cf. dossier port, île-Molène). En parallèle c'est le bâti à proximité du môle qui se construit.

Les goémoniers :

Les abris des goémoniers sont décrits dans un article de Ouest-Eclair parut en 21/08/1930 : "Sous des barques renversées, exhaussées sur quelques cailloux calfatés de terre, ou encore dans des anfractuosités de rocher complétées de quelques vielles planches, des hamacs sont suspendus, que l'on discerne mal dans la fumée émise par un fourneau de fortune, d'où nous vient aussi une odeur de soupe de poisson."

Sur Quéménes et Ledenez, les goémoniers y sont nombreux. Beaucoup sont originaires de Plouguerneau (pêcheurs-cultivateurs).

A la fin du 19e siècle, à l'instar de plusieurs communes sur le continent, deux usines à soude s'installent sur l'archipel de Molène, à Trielen et à Beniguet, permettant ainsi le traitement sur place des goémons récoltés sur l'archipel.

Odette du Puigaudeau, ethnologue, décrit, dans son ouvrage Grandeur des îles, l'activité de goémoniers à Molène "[qui] touche les redevances de sa Ledenez étendue de l'autre côté du port et qu'elle tient au bout d'une chaussée de galets découverte à marée basse. De mars à septembre, elle loue aux goémoniers venus de Landéda et de Plouguerneau ce maigre sol usé par le travail des hommes, le brûlage du goémon, le pied et la dent des chevaux."

Sur Ledenez il reste actuellement quelques vestiges de ces abris de goémoniers. Les cales, dont une construite en 1971, servaient à débarquer les laminaires sur l'île de Ledenez.

Les stations de sauvetage : Les stations de sauvetage sont mises en place en mer d'Iroise dès 1865 suite à la création de la Société Centrale de Sauvetage des Naufragés. Celle de Molène est créée en 1867. Le premier bateau de sauvetage est le "Saint-Renan" (1867-1894), remplacé en 1894 par L' "Amiral Roussin" qui navigue jusqu'en 1950. En raison du fort trafic sur cette zone, la station est doublée par un canot à moteur le "Coleman" entre 1921 et 1939. Deux abris de stations de sauvetage ont été construit sur l'île de Molène. Tous les deux sont désaffectés, le bateau de sauvetage le "Jean Cam" étant sur coffre.

Le sémaphore :

Tiré du grec "sema" signe et "phoros" qui porte, le mot sémaphore a été introduit en 1806. Le sémaphore est la résultante moderne du service des vigies ou signaux de côtes qui surveillent et défendent le littoral depuis Colbert. Cette ligne continue de signaux est constituée de batteries, de fort, de corps de garde, dont les vestiges jalonnent encore aujourd'hui le littoral.

Le Second Empire met en place une première organisation de surveillance maritime. Un décret du 17 Mai 1862 crée un service "électro-sémaphorique" constitué d'un réseau de 134 sémaphores. A cette époque, les liaisons entre les sémaphores et les navires qui passaient à proximité étaient assurées par le télégraphe (Chappe), grâce à des mats de signalisation, ou par pavillons et signaux à bras. Le télégraphe alimenté par piles est remplacé par un appareil Morse en 1866. La Loi du 18 juillet 1895 va classer les sémaphores comme ouvrages militaires en les dotant de servitudes de défense. Le corps des guetteurs est militarisé en 1897.

Le sémaphore de l'île-Molène (1908) est un marqueur fort du paysage insulaire.

Aires d'études Parc Naturel Régional d'Armorique, Saint-Renan
Dénominations sémaphore, cale, quai, port
Adresse Commune : Île-Molène