Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Le bourg de Plufur

Dossier IA22132373 réalisé en 2014

Plufur : évolution historique du bourg

Sous l'Ancien Régime, Plufur était une paroisse de l’évêché de Tréguier.

Quatre routes se croisent au bourg de Plufur dont on peut qualifier la morphologie de "morphologie en étoile" :

- chemin vicinal de Plufur (vers le nord)

- chemin de Lanvellec (vers l'est) ;

- chemin vicinal de Plounérin (vers le sud) ;

- chemin vers Trémel via Lescomarch (vers le sud-ouest) ;

- chemin de Plestin (vers le nord-ouest) via le moulin de Lesclech ;

L'église est sous le patronage de saint Florent. Elle a été reconstruite au début du 16e siècle en copiant le modèle Beaumanoir que constitue la chapelle Saint-Nicolas (1499). L'édifice a fait l'objet d'une nouvelle reconstruction dans la seconde moitié du 18e siècle par Félix Anfray, ingénieur des Ponts et Chaussées.

En 1816, selon le cadastre ancien, le bourg ne compte qu'une trentaine de bâtiments : église, presbytère (1726), fermes et leurs dépendances, maisons... Ces bâtiments sont établis de manière lâche autour du placître. Le placître, légèrement surélevé par rapport à l'espace environnant, est clos par un mur. Il regroupe l’église, la chapelle Saint-Yves et l'ancien cimetière dominé au sud par une croix. Une autre croix dite "Croas ar bourg" (sur le cadastre de 1848) est mentionnée au centre de la Place de l’Église (au nord de l'église). Les logis sont majoritairement orientés vers le sud ou vers l'est de manière à privilégier la lumière du matin. La fontaine de la Vierge (édifiée en 1813) et plusieurs puits alimentent en eau les habitants du bourg. Au début du 19e siècle, le bourg de Plufur n'est qu'une petite agglomération. La commune - campagne comprise - compte cependant 1200 âmes.

Les hameaux les plus proches du bourg sont :

- au nord : Kertanguy Bihan composé d'une ferme ;

- au nord-est : Kertanguy Bras (originellement au sud de la route) et le carrefour de Croas Sacrement (la croix figure uniquement en 1848) composés de plusieurs fermes et maisons. Sur le cadastre de 1816, ce lieu-dit s’appelle Le Bodo. La route continue vers Pont ar Mein / Pont Men, Bonabry et Kermorvan.

- au sud-ouest : le lieu-dit Château-Gaillard composé d'une ferme.

La comparaison des cadastres de 1816 et 1848 (plus précis) ne montre que quelques constructions supplémentaires dont la mairie-école construite au nord-est à la sortie du bourg. En raison de la prépondérance des activités agricoles dans l’économie traditionnelle, l'habitat groupé est peu développé.

Le développement du bourg de Plufur n'intervient réellement que dans la seconde moitié du 19e siècle et au début du 20e siècle avec l'installation d'activités commerciales et artisanales suivies de la construction d'une nouvelle école. L'habitat recensé dans le bourg date majoritairement de la seconde moitié du 19e siècle même si certains éléments anciens demeurent encore ou ont pu être réemployés. L'habitat s'est développé de façon concentrique autour de l'église, le long des carrefours (de manière quelque peu anarchique) et le long des voies de communication. En 1862, le bourg possède deux écoles communales : l'école de garçons accueille 48 élèves, celle des filles : 60.

La croix de mission du Saint Sacrement - dans le bourg - est datée par millésime de 1928.

Une carte postale couleur des années 1960-1970 recense les "trésors" de la commune de Plufur à savoir : l'église, un commerce (aujourd'hui fermé), la chapelle Saint-Nicolas et la mairie (construite en 1962). La Place de l’Église marquait autrefois le centre du bourg. Le bourg concentrait les activités commerciales, religieuses et administratives. Le 20e siècle marque la construction de nouvelles maisons aux entrées sud-ouest et sud du bourg. En 1973, un nouveau cimetière est créé au sud-ouest du bourg : le cimetière de l'église et sa croix sont ainsi déménagés. Dans les années 1990-2010, des maisons individuelles ont également rempli les "dents creuses" du bourg. Le parcellaire ancien a été redécoupé pour répondre à ses nouveaux besoins.

Pour un déplacement du centre de gravité du bourg vers le nord ?

Au lieu de concentrer les constructions dans le bourg pour forcer un développement en étoile, le bourg s'est étalé au 20e siècle vers le sud-ouest, le sud et le long des routes existantes. La construction d'une nouvelle mairie (et poste) au sud du bourg en 1962 a encore accentué l'impression de dilution du bourg. Le réaménagement de la Place de l’Église (place autrefois structurée par la présence d'une croix) et le déménagement de la mairie vers le centre ancien pourrait être un moyen de revitaliser le bourg. Cette revitalisation passerait également par la redéfinition des espaces et des fonctions : marcher, circuler, stationner. De même, des aménagements végétaux et paysagers pourraient permettre de briser l'impression de minéralité du bourg (emploi de granite en gros œuvre et de schiste ardoisier en couverture). L'effacement des réseaux contribuerait aussi à améliorer la lecture des éléments architecturaux remarquables (l’ensemble ecclésial, le presbytère, les anciens magasins de commerce) et à dégager l'espace urbain. Un cheminement dédié et sécurisé permettrait de connecter le nouveau centre avec l'école situé au sud. Reste la question des maisons anciennes vacantes à l'heure où l'on continue de lotir des terres autrefois agricoles. Quelle solution pour favoriser la réhabilitation du bâti ancien dans les bourgs ?

Dénominations bourg, voirie
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Plestin-les-Grèves
Adresse Commune : Plufur
Lieu-dit : Adresse : ,
Cadastre :
Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 20e siècle, 1er quart 21e siècle