Logo ={0} - Retour à l'accueil

L'inventaire des phares de Bretagne

Dossier IA29002297 réalisé en 2001

Fiche

L'inventaire des phares : cadre de l'enquête

Les phares sont présents sur notre littoral depuis plus de deux-cents ans. Ils sont pour le profane, comme des éléments fixes, immuables et éternels. En fait, il s'agit d'ensembles complexes, vivants, d'outils modulaires et modulables au service de la signalisation maritime. Or, aucune étude n'avait jusqu'à présent montré de manière complète les différentes évolutions architecturales des constructions, les raisons et l'historique de leur implantation, les principales modifications subies au cours du temps. Pour comprendre la vie de cette chaîne lumineuse à l'échelle nationale, il fallait regarder chaque maillon qui la compose comme un élément indépendant.

C'est dans ce contexte que le Bureau des Phares et Balises - dans le cadre d'un protocole d'accord conclu en août 2000 entre le ministère de l’Équipement dont il dépend et le Ministère de la Culture - a lancé un vaste programme d'évaluation de son réseau.

Cette étude vise à mieux connaître l'histoire des bâtiments, à estimer leur valeur patrimoniale, à avancer des solutions de valorisation et à concilier modernisation du balisage et la préservation des traces du passé.

Les grands phares du littoral de France : définition

L'inventaire a pris en compte 129 bâtiments identifiés comme phares" selon les critères donnés par le Bureau des Phares et Balises de la Direction des Affaires Maritimes et des Gens de Mer (DAMGM). Pour répondre à cette appellation, une aide à la navigation doit satisfaire au moins deux des quatre critères suivants :

- la fonction : établissement de grand atterrissage, d'atterrissage, de grande route,

- la hauteur : bâtiment d'une hauteur totale (plan focal du feu) supérieure ou égale à 20 mètres,

- la portée : établissement dont le feu a une portée nominale (par visibilité météo de 10 milles) supérieure ou égale à 20 milles,

- l'infrastructure : établissement abritant dans son enceinte un ou plusieurs bâtiments et/ou établissements conçu lors de sa construction pour être gardienné. Ces définitions complexes limitent le corpus à leur fonction alors que l'Inventaire vise l'étude d'un objet de forme particulière. De ce fait, et pour le moment, certains bâtiments qui possèdent une forme de phare (feu de Saint Pol à Dunkerque) n'ont pas été relevés. A l'inverse des maisons-phares comme La Lande (Finistère) ou Les Chats (Morbihan) entrent dans cette liste.

46 grands phares ont été inventoriés en Bretagne.

Aires d'étudesBretagne
Dénominationsphare

Depuis quelques années, de nouvelles aides à la navigation ont modifié radicalement les usages des navigateurs. Dans le même temps, l'ensemble du système d'éclairage de notre littoral a été automatisé. Les grands phares de notre littoral ne semblent donc plus aussi utiles que par le passé. Ces édifices ont cependant une place majeure dans notre patrimoine maritime. Les phares sont en effet devenus les emblèmes de notre relation à la mer, que l'on soit marin ou non.

C'est en 1825 qu'un premier programme d'éclairage global du littoral français voit le jour. Des budgets importants sont débloqués et le plan est effectivement engagé en 1830. Cette véritable ceinture lumineuse est pratiquement bouclée à la fin du siècle. A la fin de la seconde guerre mondiale, ce réseau extraordinaire est anéanti lors de la débâcle allemande. Cent soixante-dix bâtiments sont alors détruits ou endommagés. Au début des années cinquante, la plupart des édifices sont déjà reconstruits.

Aujourd'hui, les vingt-six services maritimes de notre littoral gèrent cent quarante-huit phares en service, dont cent vingt sont en France métropolitaine, neuf en Corse et dix neuf outre-mer. L'inventaire des phares a été réalisé du 01 avril 2001 au 15 mai 2002. Tous les bâtiments repérés ont été systématiquement visités et leurs archives étudiées.

Période(s)Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Décompte des œuvres repérés 27
étudié 0