Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

L'habitat des 16e et 17e siècles de la commune de Saint-Ouen-la-Rouërie (fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049690 réalisé en 1977

Les constructions des 16e et 17e siècles sont encore nombreuses sur la commune de Saint-Ouen-la-Rouërie. Elles sont réparties sur l´ensemble du territoire et concernent essentiellement d´anciennes petites fermes mais aussi quelques belles demeures de type manoir.

Construites pour la plupart en granite et en schiste, matériau de prédilection du fait de sa présence dans le sous-sol audonien et résistant bien au passage du temps, les maisons ont su garder dans l´ensemble quelques éléments authentique permettant de les dater de cette époque. Il reste encore quelques exemples de fermes qui sont soit inoccupées soit reléguées à une fonction de dépendance et qui ont donc subi un minimum de remaniements. Ces exemples sont très intéressants car ils permettent de faire ressortir les caractéristiques architecturales de cette époque de construction, sans compter que les dates de construction sont parfois précisées en façade ou sur une cheminée.

Les dates les plus anciennes portées sur les constructions sont 1583 (La Maison Neuve), 1614 (la Gardais ), 1624 (château de la Rouërie), et 1628 (Sèves).

Les maisons de la fin du 16e siècle au milieu du 17e siècle sont reconnaissables grâce à plusieurs éléments architecturaux caractéristiques.

Leur toit est très pentu, vestige d´une époque où le chaume est le matériau le plus courant sur le toit des fermes. Le chaume a besoin d´une pente marquée pour que l´eau de pluie s´écoule rapidement et n´altère pas la couverture. Le toit peut également présenter un coyau, c'est-à-dire une pente adoucie dans la partie basse du toit, ce qui a pour effet de rejeter l´eau de pluie loin des murs, à l´époque où la gouttière n´est pas encore d´usage.

Les ouvertures sont très spécifiques. De petites tailles, elles sont fermées par des grilles, encore visibles sur de nombreuses maisons, car les carreaux de verre sont encore rares à cette époque. Les linteaux de portes et de fenêtres sont souvent décorés d´une accolade et présentent des bords chanfreinés. Les fenêtres portent des appuis saillants. Au 16e siècle les portes peuvent être en anse de panier alors que durant la première moitié du 17e siècle, elles sont plutôt en plein cintre, à double rouleau. On les trouve parfois jumelées, une porte donnant accès à la pièce de vie, l´autre à un cellier ou une étable. A la fin du 17e siècle, les portes sont surmontées de linteaux droits aux décors moins élaborés. Les villages de la Gardais, de la Touche aux Coconniers, de la Hougrais et de Folleville, la demeure de Maison Neuve, une maison à Meiderouet et à la Vilaurais, les fermes de la la Tronçonnais, du Vau Hulin, de la Jorannière et les manoirs du Plessis Mouton et de la Hautière présentent encore de beaux exemples d'ouvertures de la fin du 16e siècle et du début du 17e siècle. Un exemple unique sur la commune de porte encadré par des pilastres (décor typique du 16e siècle) se trouve sur une maison à la Gardais.

De même, dans la première moitié du 17e siècle, les cheminées en granite sont monumentales et leur décor remarquable. Elles possèdent des corbeaux à double ressaut sous lesquels sont parfois sculptés des formes géométriques, des boules notamment, ou même des visages humains, représentant les propriétaires de la maison.

D´une manière générale, plus on remonte loin dans le passé et plus les décors sont importants. Ainsi une maison du 16e siècle va comporter des décors d´accolade, des appuis de fenêtres saillants et moulurés, des chanfreins aux ouvertures et des cheminées sculptées, alors qu´au 18e siècle tous ces éléments ont disparu et la sobriété est de mise.

Aux 16e et 17e siècles, et même encore par la suite, les maisons sont souvent d´une grande modestie : une unique pièce à vivre comprenant une cheminée au rez-de-chaussée et un grenier à l´étage. Une pièce supplémentaire est utilisée comme cellier ou étable. On y accède par une porte, parfois jumelée avec la porte de la maison et généralement de plus petite taille.

Aires d'études Pays de Fougères
Dénominations maison, ferme, manoir
Adresse Commune : Saint-Ouen-la-Rouërie

Chronogrammes : 1583, 1614, 1624, 1628.

Période(s) Principale : 16e siècle
Principale : 17e siècle
Toits ardoise
Murs granite
schiste
Décompte des œuvres bâti INSEE 365
repérés 38
étudiés 7