Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble à logements de chanoines, 7 bis rue de La Chalotais (Tréguier)

Dossier IA22133286 réalisé en 2017

Fiche

Voir

  • Rue de La Chalotais (Tréguier)

Cet immeuble à logements a conservé sa distribution et ses aménagements intérieurs d'origine. Il offre un témoignage sur l'évolution du goût dans la seconde moitié du 18e siècle et sur l'aspiration des chanoines de Tréguier à vivre avec leur temps dans des logements lumineux, au décor sobre faisant une large part au bois.

Parties constituantes non étudiéesjardin d'agrément, serre, dépendance
Dénominationsimmeuble à logements
Aire d'étude et cantonSchéma de cohérence territoriale du Trégor - Tréguier
AdresseCommune : Tréguier
Adresse : 7 bis rue Chalotais (de la)

Construit à proximité de la cathédrale dans la seconde moitié du 18e siècle, cet immeuble à logements pose la question de l'identité de ses occupants. La situation de l'édifice, l'absence d'écurie et de porte cochère pour faire passer une voiture à cheval laissent à penser que les appartements de l'immeuble étaient destinés à des chanoines. L'immeuble pourrait s'inscrire dans l'opération de reconstruction des édifices lancée par le chanoine Anne-Nicolas Borie dans la seconde moitié du 18e siècle.

L'édifice est homogène, les façades très sobres, construites dans le "style des ingénieurs" répandu à Lannion. Seul l'office construit en retour d'équerre à l'Est est ajouté au début du 19e siècle.

La grande aile qui ferme le jardin au sud abritait l'atelier d'ébénisterie de Jean-Marie Le Picard qui habite l'immeuble dans la première moitié du 20e siècle.

Période(s)Principale : 2e moitié 18e siècle
Secondaire : 1er quart 19e siècle

L'immeuble est construit en front de parcelle avec jardin enclos de murs à l'arrière. Il est simple en profondeur, à double orientation est-ouest. L'étage carré est surmonté d'un étage de comble couvert d'un toit brisé percé de lucarnes cintrées. Les façades en moellon de schiste, autrefois enduites, présentent une élévation ordonnancée à sept travées sur rue et à six travées sur jardin.

Le vestibule d'entrée traverse l'immeuble et ouvre sur le jardin. Il abrite un escalier tournant à retours à balustres plats. A droite de l'escalier, les deux appartements superposés sont conçus sur le même plan : une chambre et un salon desservis par un corridor. En vis à vis de l'appartement du premier, une simple chambre avec cabinet. Toutes ces pièces possèdent un décor sobre composé de lambris d'appui, de cheminées boisées, de fenêtres à chambranle et volets intérieurs, de meubles d'attache tels que placards muraux.

Au rez-de-chaussée, la cuisine commune est bien équipée avec une cheminée monumentale et un four à pâtisserie. Un office construit en retour d'équerre à l'est communique avec la cuisine. Ces pièces de service et le vestibule ouvrent sur une petite cour pavée délimitée par des murets.

Mursschiste moellon
Toitardoise
Étages1 étage carré, étage de comble
Élévations extérieuresélévation ordonnancée
Couverturestoit à longs pans brisés pignon couvert
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente

Références documentaires

Documents figurés
  • Tableau d'assemblage et plans parcellaires de la commune de Tréguier, 1834.

    Archives départementales des Côtes-d'Armor : 3P 362/1-4
Bibliographie
  • Charles Olivier. Chanoines de Bretagne. Carrières et cultures d'une élite cléricale au siècle des lumières. Presses Universitaires de Rennes, 2004

(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne - Tanguy-Schröer Judith
Judith Tanguy-Schröer , né(e) Tanguy
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.