Logo ={0} - Retour à l'accueil

Immeuble, 4 rue Porte Prison (Vannes)

Dossier IA56006917 inclus dans Faubourg Saint-Patern (Vannes) réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéesboutique
Dénominationsimmeuble
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 4 rue
Porte Prison
Cadastre : 1807 I3 651, 652 ; 1844 K8 1677 ; 1980 BR 356

Immeuble édifié dans la deuxième moitié du 19e siècle sur l'emplacement de 2 édifices anciens dont un appelé hôtel de Guemadeuc à proximité de la tour nord de la porte Prison. En 1807, le relevé cadastral indique un édifice bâti sur une petite parcelle carrée. En 1844, le relevé prend en compte la parcelle voisine pour n'en faire qu'une. L'ensemble appartient en 1844 à André Pierre Marie Paradis, négociant. Aujourd'hui, les immeubles en place sur cette parcelle, construits séparément à l'origine, ont été réunis, cet immeuble donnant accès au suivant. L'élévation sur rue montre un exhaussement qui n'est pas d'origine mais qui est sans doute réalisé peu de temps après la construction de l'immeuble qui est doté aussi d'une aile postérieure joignant la courtine. Cette aile est mentionnée sur le cadastre de 1844, de même que les extensions en rez-de-chaussée qui longent aujourd'hui le mur du rempart. Ces extensions en rez-de-chaussée correspondent aux magasins. Les encadrements des ouvertures montrent que la façade sur rue était à l'origine enduite ; ce qui n'est plus le cas aujourd'hui.

Période(s)Principale : 2e moitié 19e siècle
Auteur(s)Personnalité : Paradis André Pierre Marie
André Pierre Marie Paradis

André Paradis est propriétaire en 1844 sur la parcelle 1677 d'une maison avec sol, cour, magasin et sur la parcelle 1678 d'un pavillon qui correspond à une partie d'enceinte. On retrouve un descendant de ce Paradis vers 1890-1900 au 18, 16 rue du Mené comme négociant en vin associé à Charles Marin qui fut maire de Vannes. Les lettres qui figurent sur les gardes-corps des balcons de la façade sur rue peuvent correspondre aux initiales de André Pierre Marie Paradis.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
propriétaire attribution par source

Immeuble en alignement de rue de plan rectangulaire avec aile postérieure en appentis joignant la courtine. L'immeuble est double en profondeur et constitué de 2 étages carrés et d'un étage de comble avec des extensions postérieures. La façade nord montre une mise en oeuvre en pan de bois. Le soubassement de l'édifice est en pierre de taille de granite et en calcaire à bossage. Pilastres d'angle et ouvertures sont en pierre de taille de calcaire finement moulurée. Celles du premier étage ont des larmiers décorés. L'immeuble est desservi par un escalier en bois latéral postérieur. Une porte en demi-étage entre le rez-de-chaussée et le 1er étage rappelle l'existence d'une entrée secondaire pour le service.

Mursgranite moellon
calcaire pierre de taille bossage
pan de bois
granite pierre de taille
Toitardoise, zinc en couverture
Étages2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
noue
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente
Typologiesen alignement de rue, plan double en profondeur
Techniquessculpture
Précision représentations

Les consoles des larmiers et les plates-bandes des ouvertures sont sculptés d'ornements végétaux.

Immeuble de qualité qui rappelle par sa décoration certains édifices construits par Marius Charier. Le rez-de-chaussée a subi des transformations, affectant la devanture et sa distribution.

Statut de la propriétépropriété privée
Sites de protectionsecteur sauvegardé

Annexes

  • Déclaration et dénombrement, 1677

    A.D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et dénombrement de Dlle Marie Jeanne de Guémadeuc d´une maison couverte d´ardoises située au bas de la rue des Chanoines proche la porte de Saint Patern contenant de face sur le pavé 38 pieds et de profondeur au travers de la dite maison cour et écurie au derrière 65 pieds ouvrant par le devant sur le pavé de la dite rue donnant de l´autre bout à la muraille de la ville d´un côté à maison et jardin dépendant de la chapellenie de Saint Gaudan et d´autre côté à maison de Jeanne Breaudian veuve de défunt Maurice Raujouan, le tout échu des successions de défunts hauts et puissants messire Claude Cheff de nom et d´armes de Guémadeuc en son vivant seigneur baron de Callac, seigneur châtelain de Cadoudal Trevecart gouverneur pour le roi de la ville et sénéchaussée de Ploërmel et dame Louise Ermar son épouse et encore de la succession collatérale de feue Dlle Suzanne de Guémadeuc dame de Ladoudal, ainsi qu´il coûte par l´acte de partage fait entre elle et haut et puissant seigneur messire Amador Jean-Baptiste Cheff de nom et armes de Guémadeuc chevalier seigneur marquis du dit lieu baron de Callac seigneur châtelain de Cadoudal gouverneur pour le roi de la ville et sénéchaussée de Ploërmel son frère aîné le 22 septembre 1672, de laquelle maison les Guémadeuc ont joui de temps immémorial.

  • Déclaration et dénombrement, 1677

    A.D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et dénombrement d´H.F. Jeanne Grandjan veuve de défunt Maurice Raujouan tutrice des enfants mineurs de leur mariage d´une maison et petite cour au derrière size en la ville de Vannes près la porte de Saint Patern à main senextre comme l´on descend de la rue des Chanoines à la dite porte de Saint Patern contenant de face sur le pavé 19 pieds et de profondeur au travers de la dite maison et cour au derrière 20 pieds joignant d´un côté à autre logis appartenant au seigneur de Cadoudal dont le pignon et longère est mitoyable entr´eux et d´autre côté sur la muraille de cette dite ville et par le derrière à la dite maison du seigneur de Cadoudal et à la dite muraille de la ville le tout échu par l´acquêt fait par défunt Bertrand Raujouan et Marie Guillo sa femme ayeuls paternels des enfants de la dite Grandjean d´avec Me François de Coetlogon Sr du Couldraye faisant tant pour lui que pour Jacquette Daulet sa compagne par contrat du 20 juin 1640.

  • Bail, 1689

    A. D. Morbihan. 6E 762 : 13 février 1689 : Bail de 3 ans passé entre Jacques Roiouan demeurant près la porte St Patern à Jacques Salliou Me cordonnier et Julienne Le Guen sa femme demeurant en la rue des Chanoines d´une boutique, un cellier et la cour derrière situés dans l´embas de la maison du dit Roiouan qu´il possède par succession de ses père et mère joignant la porte de la prison en laquelle il demeure pour 84 £/an.

  • Sources iconographiques

    19985600421XB : Archives départementales du Morbihan, 1 FI 88/1.

    19975601181X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20105607069NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22.

    19975601193X : Archives municipales de Vannes

    20105600814NUCA : Archives municipales, Vannes, 21 Fi.

    20045606444NUCB : Fonds privé

    20105607070NUCB : Musée des Beaux-Arts, Vannes, 96.1.5.jpg.

    20105607071NUCB : Musée des Beaux-Arts, Vannes, 96.1.6.jpg.

    20115605051NUCB : Archives photographiques (Médiathèque de l'Architecture et du Patrimoine) Diffusion RMN, TCF06175.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Morbihan. 6E 845 : 6 septembre 1659 : Bail de 7 ans passé entre Maury Raoul jouan Me cordonnier à Jacques Haydon coutelier d´une boutique, cellier et cour au derrière et une chambre haute au second étage du derrière du logis à Raoul jouan auquel il demeure proche la porte St Patern dans la ville close.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 845
  • A. D. Morbihan. 6E 858 : 18 août 1672 : Procès-verbal passé entre Gilles Michel Me maçon, Julien Le Capitaine couvreur, Jean Mollay terrasseur, Claude Vincent Me charpentier, et Jean Le Priellec Me menuisier, Gervais Le Roux serrurier, François Le Garro Me vitrier d´une maison située au bas de la rue des Chanoines dépendant de la succession de messire Claude Cheff du Guemadeuc.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 858
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et dénombrement de Dlle Marie Jeanne de Guémadeuc d´une maison couverte d´ardoises située au bas de la rue des Chanoines proche la porte de Saint Patern.

    Archives départementales de Loire-Atlantique : B 2340
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et dénombrement d´H.F. Jeanne Grandjan veuve de défunt Maurice Raujouan tutrice des enfants mineurs de leur mariage d´une maison et petite cour au derrière sise en la ville de Vannes près la porte de Saint Patern.

    Archives départementales de Loire-Atlantique : B 2340
  • A. D. Morbihan. 6E 762 : 13 février 1689 : Bail de 3 ans passé entre Jacques Roiouan demeurant près la porte St Patern à Jacques Salliou Me cordonnier et Julienne Le Guen sa femme demeurant en la rue des Chanoines d´une boutique, un cellier et la cour derrière situés dans l´embas de la maison du dit Roiouan qu´il possède par succession de ses père et mère joignant la porte de la prison en laquelle il demeure pour 84 £/an.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 762
  • A. D. Morbihan. 6E 1866 : 9 février 1745 : contrat d´acquêt de l´hôtel de Guemadeuc au profit de N.H. François Le Mière Sr des Places ingénieur et Dlle Nicole Raquet d´orvaux son épouse leur consenti par messire Guy Anne Jules de Goyon et dame Eléonore Julie de Guémadeuc pour 2600 £.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 1866
  • A. M. Vannes. 1G59. Matrices cadastrales, 1844.

    Archives municipales de Vannes : 1G59
Documents figurés
  • Musée des Beaux-Arts, Vannes. 96.1.5.jpg. 96.1.6.jpg. Porte Prison, dessin par Charles de Lambilly, milieu 19e siècle.