Logo ={0} - Retour à l'accueil

Hôtel Mynier dit ancien hôtel de Francheville, 1, 3 place des Lices, place du Poids Public (Vannes)

Dossier IA56006762 inclus dans Place des Lices, anciennement place Réunion (Vannes) réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Genrede commerçant
Appellationsdit ancien hôtel de Francheville
Parties constituantes non étudiéesboutique
Dénominationshôtel
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 1, 3 place des, Lices, 21 place du
Poids Public
Cadastre : 1807 I3 ; 1844 K8 1893 ; 1980 BS 76

Une partie de l'emplacement actuel qui appartient d'après les archives avant 1662 aux familles Guydo et Le Meilleur était occupée au Moyen Age par la maison de Robert de Callac, maître d'hôtel de la Duchesse. Le bâti est alors composé d'une large maison en pan de bois donnant sur la place du Poids Public "vis-à-vis le moulin des dites Lisses" avec cour, galerie, écurie. Avant l'acquisition de l'ensemble en 1665 par Julien Mynier, marchand, auprès de François Le Meilleur, les propriétaires procèdent à la vente d'un tiers de la maison en 1662 pour 1420 lires. D'après le procès-verbal dressé en 1666 sous l'égide des deux experts Laurent Le Hay et François Cosnier, Julien Mynier forme le projet de démolir et de rebâtir les parties arrières pour agrandir vers le nord la maison. Il est aussi envisagé des travaux de restauration sur la maison proprement dite comme c'est souvent l'usage à l'époque : reprise des façades, rénovation des couvertures accompagnée probablement d'un changement de toiture. Le marché passé entre Julien Minier et François Garderel, terrasseur, confirme l'engagement des travaux en 1667. La description des lieux fournie par la réformation en 1677 situe la porte d'entrée de l'édifice vers l'est et ajoute de ce côté l'existence d'un jardin correspondant aujourd'hui à la voirie. Vers l'ouest, la présence d'une venelle commune est aussi certifiée entre la maison et les deux de monsieur de Francheville qui la longent de ce côté.

La restauration de l'hôtel effectué dans le premier quart du 21e siècle a mis à jour des éléments du 15e siècle au niveau du bâti initial qui donne sur la place du Poids Public (cheminée, mur gouttereau nord homogène avec ouvertures). De plus, les traces de fixation des aisseliers sur les poutres du rez-de-chaussée indique un encorbellement primitif de la façade place du Poids Public mis par la suite à l'aplomb du rez-de-chaussée. La réfection de la charpente datée 17e siècle a montré la réutilisation d'un élément de pan de bois, provenant peut-être de la façade.

L'observation des façades montre deux campagnes de travaux : la façade place des Lices correspondant typologiquement au 17e siècle, tandis que les ouvertures de la façade sud place du Poids Public sont reprises au début du 18e siècle, travaux dus peut-être au propriétaire suivant, Jean Alquier, sieur de Mézerac, capitée à cet endroit en 1733. Cette famille conserve l'hôtel jusqu'en 1759 date à laquelle il est vendu à la famille Le Mintier de Lehellec.

En 1881, l'édifice est vendu à monsieur Le Corvec, épicier puis il passe entre les mains de Richard qui le revend en 1925 à monsieur Allioux. Ce dernier entreprend en 1927 de transformer la façade est de l'hôtel au goût du jour sur les plans de l'architecte Alfred Charron. Seule, une partie du projet est réalisée qui correspond à la moitié nord de la façade est.

La dernière restauration de l'édifice date de 1978 où l'intervention la plus importante a consisté par du béton à consolider l'échauguette. Jusqu'en 2015, cette dernière a été protégée par un dispositif métallique dans l'attente de travaux.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 2e moitié 17e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Secondaire : 1er quart 21e siècle
Dates1667, daté par source
1927, daté par source
Auteur(s)Auteur : Charron Alfred architecte attribution par source
Personnalité : Mynier Julien commanditaire attribution par source
Personnalité : Alquier Jean propriétaire attribution par source
Personnalité : Le Mintier de Léhélec propriétaire attribution par source
Personnalité : propriétaire attribution par source
Auteur : Cosnier François (?)
Personnalité : Le Meilleur François propriétaire attribution par source

Hôtel particulier édifié en bordure de voirie sur une parcelle d'angle ne présentant plus d'espace libre. Construit en moellon enduit, l'édifice est tributaire de la dénivellation existante et offre en façade est 3 niveaux avec rez-de-chaussée surélevé desservi par un perron à double volée en maçonnerie, et en façade sud 4 niveaux dont le premier rattrape la pente du site. L'édifice est de plan rectangulaire avec en son centre mais légèrement décalée une cage d'escalier importante, doublée d'une petite cour intérieure couverte aujourd'hui. L'hôtel développe des façades à travées quadrillées par des bandeaux saillants en granit (façade est) et en calcaire (façade sud). Les baies de forme rectangulaire sont appareillées en granit et surmontées côté place des Lices de tables de granit. Les lucarnes sont ornées de frontons semi-circulaires en pierre blanche ; en façade sud, elles sont couvertes d'un arc de segment de cercle et montrent alternativement des frontons triangulaires et cintrés ; présence d'une corniche à modillons de pierre blanche. Une échauguette en pierre calcaire à coins arrondis et surmontée d'une toiture à l'impériale recouverte d'ardoises en écaille orne l'angle sud-est de l'hôtel en offrant un point de vue sur les deux places. L'échauguette repose sur trois trompes ornées de coquilles Saint-Jacques.

Les étages sont desservis par un escalier, à retours avec jour, en charpente. Existence d'un autre escalier secondaire de service prenant son départ sur le palier des demi-étages. D'après les documents d'archives et les souches de cheminées, chaque niveau comprend à l'origine 4 pièces, 2 de part et d'autre de l'escalier.

Mursgranite moellon enduit
calcaire pierre de taille
Toitardoise
Étagessous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 2 étages carrés, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
demi-croupe
noue
Escaliersescalier de distribution extérieur : escalier tournant en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente
Typologiesen alignement de rue, double en profondeur, parcelle d'angle, toit à l'impériale
Techniquessculpture
Précision représentations

Corniche à denticules. Trompes de l'échauguette ornées de coquilles Saint-Jacques.

Oeuvre de qualité marquée par la présence de l'échauguette d'angle et le décor des façades que l'on peut peut-être attribué, selon Erwann Le Franc, au maître architecte François Cosnier. Les documents d'archives rendent possible cette hypothèse d'attribution.

De même, en façade est, l'utilisation de la toiture à noues rentrantes contribue à mettre en valeur cet hôtel.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Éléments remarquableséchauguette
Sites de protectionsecteur sauvegardé
Protectionsinscrit MH partiellement, 1929/01/25
inscrit MH, 2016/07/27
Précisions sur la protection

L'échauguette et sa toiture (cad. BS 76) : inscription par arrêté du 25 janvier 1929.

Façades, toiture et cage d'escalier (section BS, parcelles n°73) : inscrit par arrêté du 27/07/2016.

Annexes

  • Rentier du domaine ducal, 1455-1458

    A. D. Loire-Atlantique. B 2339. Rentier du domaine ducal à Vannes, parchemin, 1455-1458. Folio 17r.

    Lamaison qui fut aud[it] helleqin et safe[m]me et dempuis aud[it] evesque de leon Et ap[rese]nt aud[it] decallac Co[m]me dit est que outemps duprecedant Rantier estoit froste et en lamain duduc et dempuis fut baill[ee] a Rolland hemery qui la bailla aud[it] evesque et joint dun coste et dun bout au Champ des lices Et dautre coste a une meson qui fut eon bour bour pannyer et est ap[rese]nt aux enffens feu p[er]rot ploestob dit villain et joint daut[re] a une mais[on] ou demoura pier[re] maheo b[ar]bier et safe[m]me Et ne fut pas trouve autemps du precedant Rantier quil feust deu dess[us] aucune Rente au duc Et ause led[it] de Callac dit ny estre Riens deu.

  • Vente, 1662

    Vente par Marye Guydo fille de

    défunt écuyer Philippe Guydo et Jacquette Salomon Sr et dame de Kerdani, Pierre

    Guydo seigneur du Rest, Jean Le Meilleur et Bertranne Salomon pour Philippe

    Guydo seigneur de Bourgerel et Jacquette Guydo d’une part et François le

    Meilleur seigneur du Parun conseiller gardesceau au présidial d’autre part,

    d’un tiers d’une maison au bas des Lisses avis les poids du roi où demeure

    Julien Minier marchand, Dlle Marie Salomon et autres ouvrant et donnant à

    maison à messire Claude de Francheville seigneur de Truscat pour 1420 £.

  • Marché, 1664

    A. D. Morbihan 6E 850 : 30 juillet 1664 : Marché passé entre

    François Le Meilleur seigneur du Parun et Julien Le Franc pour la réalisation

    d’un conduit à la maison du Sr du Parun où demeure Julien Minier marchand

    proche les poids du roi qui prendra dès la cuve des latrines à droite ligne à

    travers la maison jusqu’à la rivière qui est au-dessous les poids du roi.

  • Vente, 1665

    A.D. Morbihan 6E 851 : 11 août 1665 : Vente passée

    entre François le Meilleur seigneur du Parun, à Julien Minier et Françoise

    Dayel son épouse, demeurant au bas de Lisses, de la maison où ils sont

    demeurant, cour, galerie, écurie, avis les poids du roi et d’autre côté sur les

    Lisses joignant des autres parts à maison et écuries appartenant à messire

    Claude de Francheville seigneur de Truscat.

  • Marché, 1667

    A. D. Morbihan 6E 853 : 4 avril 1667 : Marché passé entre Julien Minier, marchand, et François Garderel,

    terrasseur, de garnir et blanchir la voûte et muraille qui sont au bas du

    bâtiment neuf du dit Minier, blanchir le second étage, le troisième étage,

    faire deux clôtures au troisième, l’une en travée et l’autre en long ainsi que

    les terrasses du petit logis neuf qui est entre les deux maisons. Le dit

    Garderel devra réparer les galeries anciennes entre l’ancien et le logis neuf.

  • Déclaration et dénombrement, 1677

    A. D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et dénombrement du 26 mars 1677 de Julien Mynier marchand à Vannes d´une maison couverte d´ardoises où demeure le dit Mynier size du bas des Lisses ouvrant par le devant vers midy vis-à-vis le moulin des dites Lisses sur la place et carouer des Poids du Roi contenant de face par le devant sur le pavé 40 pieds et de profondeur au travers de la dite maison et sa cour au milieu 72 pieds donnant du bout vers minuit à côté vers orient la dite maison a ouverture servitude et jardin et de l´autre côté vers le couchant elle joint à la maison de monsieur de Francheville, entre laquelle et celle du dit Mynier il y a une venelle commune large d´11 à 12 pieds sur laquelle il a ses vues et droit d´écouler les eaux de sa dalle et de sa couverture, la dite maison appartenant au dit Mynier par acquêt qu´il en a fait d´écuyer François Le Meilleur seigneur du Parun conseiller du roi et son procureur au présidial de Vannes par contrat du 11 août 1665, avant lequel contrat le dit Sr Le Meilleur et ses prédécesseurs auroient possédé la maison depuis plus de 40 ans.

  • Vente, 1759

    A. D. Morbihan. 6E 780 : 16 juillet 1759 : Vente passée entre noble maître Claude Marie Bernard avocat en parlement demeurant près la porte Saint Salomon paroisse de Saint Salomon faisant pour écuyer Jacques Vincent Alquier du Mezerac capitaine au régiment de Champagne et major de la ville de Cologne et dame Claudine Jeanne Jacquette Alquier du Mezerac veuve de messire Louis Deshayeux demeurant à Paris d´une part et messire François Marie Le Mintier chevalier seigneur de Le Helec et autres lieux et dame Marie Thérèse de Pluvié de Menehouarn son épouse demeurant rue Saint Gwénaël d´autre part, d´une maison leur appartenante par moitié leur échu de la succession de leur père et mère, avec son perron appartenances et dépendances donnante sur le bas des Lisses et aux Poids du Roy, où est actuellement demeurante madame du Nedo que les dits Sr et dame de Lehelec ont dit bien connoitre pour entrer en jouissance pour Noël prochain pour et en faveur de la somme de 12 000 £. 1er août 1759 prise de possession.

  • Sources iconographiques

    20075605805NUCA : Bibliothèque de Rennes-Métropole

    20055600532NUCA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 88/1.

    20015600167XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 99.

    20095605197NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22.

    19975601199XB : Archives municipales de Vannes

    19975601197X : Archives municipales de Vannes

    20095605206NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/53.

    20105606552NUCB : Archives municipales de Vannes, 7Fi.

    20105606553NUCB : Archives municipales de Vannes, 7Fi.

    20105606554NUCB : Archives municipales de Vannes, 7Fi.

    20105606555NUCB : Archives municipales de Vannes, 7Fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2339 Rentier du domaine ducal à Vannes, parchemin, 1455-1458. La transcription du rentier a été réalisée par Marion Mauvais. Ce travail de transcription a fait l'objet de son master 1 sous la direction de Marie Casset (Lorient : Université de Bretagne sud. 2012). Dans un travail complémentaire en master 2 "La topographie de Vannes au 15e siècle, à partir des données du livre rentier de 1455-1458" Marion Mauvais a appliqué les données du rentier aux surfaces cadastrales de la ville émanant du premier cadastre de 1807-1809. Elle figure à ce titre comme enquêteur dans l'opération d'inventaire du secteur sauvegardé.

    Folio 17r Archives départementales de Loire-Atlantique : B 2339
  • A. D. Morbihan 6E 848 : 9 décembre 1662 : Vente par Marye Guydo fille de défunt écuyer Philippe Guydo et

    Jacquette Salomon Sr et dame de Kerdani, Pierre Guydo seigneur du Rest, Jean Le

    Meilleur et Bertranne Salomon pour Philippe Guydo seigneur de Bourgerel et

    Jacquette Guydo d’une part et François le Meilleur seigneur du Parun conseiller

    gardesceau au présidial d’autre part, d’un tiers d’une maison au bas des Lisses

    avis les poids du roi où demeure Julien Minier marchand, Dlle Marie Salomon et

    autres ouvrant et donnant à maison à messire Claude de Francheville seigneur de

    Truscat pour 1420 £.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 848
  • A. D. Morbihan 6E 850 : 30 juillet 1664 : Marché passé entre

    François Le Meilleur seigneur du Parun et Julien Le Franc.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 850
  • A. D. Morbihan 6E 851 : 11 août 1665 : Vente passée

    entre François le Meilleur seigneur du Parun, à Julien Minier et Françoise

    Dayel son épouse, demeurant au bas de Lisses, de la maison où ils sont

    demeurant, cour, galerie, écurie, avis les poids du roi et d’autre côté sur les

    Lisses joignant des autres parts à maison et écuries appartenant à messire

    Claude de Francheville seigneur de Truscat.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 851
  • A.D. Morbihan 6E 851 : 11 août 1665 : procès-verbal de la maison par François Cosnier architecte,

    Pierre Le Franc maître maçon, Claude Vincent et Jean Philipot maîtres

    charpentiers, Julien tetiot et Jean Lucas maîtres couvreurs.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 851
  • A. D. Morbihan 6E 852 : 9 avril 1666 : PV effectué à requête

    de Julien Minier marchand demeurant aux Lisses de l’état des longères qui sont

    au joignant des deux écuries de la maison de messire Claude de Francheville

    chevalier seigneur du dit lieu et de Truscat qu’il veut faire démolir et

    rebâtir et aussi des couvertures de sa maison et des départements d’icelle,

    expert François Cosnier et Laurent Le Ray.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 852
  • A. D. Morbihan 6E 853 : 4 avril 1667 : Marché passé entre Julien Minier, marchand, et François Garderel,

    terrasseur.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 853
  • A. D. Loire-Atlantique. B 2340 : 1677 : Déclaration et dénombrement du 26 mars 1677 de Julien Mynier marchand à Vannes d´une maison couverte d´ardoises où demeure le dit Mynier size du bas des Lisses ouvrant par le devant vers midy vis-à-vis le moulin des dites Lisses sur la place et carouer des Poids du Roi.

    Archives départementales du Morbihan : B 2340
  • A. D. Morbihan B 609 : Inventaire des biens dépendants de la succession Jean Alquier sieur de Mézerac fait le 12 janvier 1739 en sa maison place des Lices "hôtel de Francheville".

    Archives départementales du Morbihan : B 609
  • A. D. Morbihan 6E 780 : 16 juillet 1759 : Vente passée entre noble maître Claude Marie Bernard avocat en parlement demeurant près la porte Saint Salomon paroisse de Saint Salomon faisant pour écuyer Jacques Vincent Alquier du Mezerac capitaine au régiment de Champagne et major de la ville de Cologne et dame Claudine Jeanne Jacquette Alquier du Mezerac veuve de messire Louis Deshayeux demeurant à Paris d´une part et messire François Marie Le Mintier chevalier seigneur de Le Helec.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 780
Documents figurés
  • A. D. Morbihan 1Fi99. Plan des ruines de l'ancien château de l'Hermine, par Demier, copie de Pressat, 1797.

    Archives départementales du Morbihan : 1Fi99
Bibliographie
  • HERBAUT, Claudie. L'hôtel de Francheville. Dans : Vannes, ville d'art et d'histoire. Le tour de la ville en 24 fiches. Vannes, le centre historique, fiche 2.

    Fiche 2
  • LE FRANC, Erwann. L'hôtel urbain à Vannes 1660-1730. Mémoire de maîtrise, 1998.

    p. 222
  • THOMAS-LACROIX, Pierre. Le vieux Vannes. Malestroit, presses de l'Oust, 2e édition, 1975.

    p. 53
Périodiques
  • LE FRANC, Erwann. Histoire de l'ancien hôtel de Francheville. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan, 2002, tome CXXVIII.

    P. 347-356
  • LE FRANC, Erwann. Attention chutes de pierres. In : Bulletin des Amis de Vannes. 2012.

    p. 28-30
  • MARTIN, Etienne. Vannes aux XVIIe et XVIIIe siècles. Places, promenades et autres lieux de récréation ouverts au public. In : Bulletin de la Société polymathique du Morbihan Vannes : imprimerie Galles, 1920.

    p. 3-48

Liens web