Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Halles (Brasparts)

Dossier IA29003244 réalisé en 2008

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations halle
Aire d'étude et canton Parc Naturel Régional d'Armorique - Pleyben
Adresse Commune : Brasparts
Adresse : Bourg

La première halle, peut-être du 16e siècle, figure sur le cadastre de 1812 ; située au coeur du village et sur une voie de passage très fréquentée, elle fut détruite en 1886 mais est connue par des descriptions et un document figuré de 1877 signalé mais non retrouvé dans le cadre de cette enquête. Une nouvelle halle, élevée peu de temps après au même emplacement, est démolie à son tour en 1962. Une pompe à eau érigée par le comte de Kerret (château de Quillien à Pleyben) portait une statue de la Vierge à l'Enfant déplacée au nord de l'église paroissiale.

Période(s) Principale : 16e siècle , (?)
Principale : 2e moitié 19e siècle

Première halle : bâtiment rectangulaire ouvert mesurant 25 m de long et 11 m de large, avec nef à six travées flanquée de deux bas-côtés, structure en charpente apparente et poteaux reposant sur des socles en pierre. Deuxième halle : bâtiment rectangulaire avec deux accès, gros-oeuvre en moellon enduit, encadrement des baies en pierre et brique.

Murs pierre
brique
enduit
moellon
Toit ardoise
Plans plan allongé
Couvrements charpente en bois apparente
Couvertures toit à longs pans
États conservations détruit

Comme d'autres petites villes en Bretagne, par exemple Le Faou, Brasparts a connu deux halles construites successivement sur le même emplacement, indice d'une activité économique florissante entre le 16e et le milieu du 20e siècle. La première halle, de type médiéval, se compare à toute une série de bâtiments connus mais disparus, ceux de Plouescat (Finistère), Le Faouët et Questembert (Morbihan) exceptés.

Statut de la propriété propriété publique
Sites de protection site inscrit

Annexes

  • Description de la halle de Brasparts par J.-M. Bachelot de La Pylaie, 1845 :

    La halle est grande, mais incommode par les inégalités du sol sur lequel on l´a construite. La couverture de ce bâtiment consiste, comme d´usage, en une vaste charpente pointue qui s´élève à perte de vue et descend presque jusqu´à terre par les côtés. Si au lieu de ce système absurde qui exige presque une forêt pour la charpente, et une montagne d´ardoise pour la couverture, on eut fait simplement trois ou quatre petits toits surbaissés, c´eut été réunir à l´économie de la construction celle des réparations, et en plus, on aurait évité l´inconvénient de masquer toutes les maisons voisines. Celles-ci, en effet, par la hauteur de cette immense toiture, sont privées de la vue du reste de la place et même du soleil.

  • 20072908540NUCB : Archives départementales du Finistère, 3 P 19.

    20072908541NUCB : Archives départementales du Finistère, 2 Fi 16.

    20072908542NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Finistère, 3 P 19. Cadastre parcellaire, 1812 (M. Haranchipy, maire, M. Dessaux, ingénieur vérificateur, M. Azémar, géomètre 1ère classe).

  • A.D. Finistère, 2 Fi 16. Cartes postales.

  • A.D. Finistère, 2 O 121. Halles (1880).

Bibliographie
  • BACHELOT DE LA PYLAIE, J.-M. Etudes archéologiques et géographiques mêlées d'observations et de notices diverses. Bruxelles, 1850. Réédition : Société Archéologique du Finistère, Quimper, 1970.

    p. 255-256
  • PENVEN, Michel, FRABOULOT, Jean-Pierre. Brasparts. Association « Sur les traces de François Joncour ». Brasparts, 1995.