Logo ={0} - Retour à l'accueil

Front de mer : plage du Moulin (Etables-sur-Mer fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)

Dossier IA22008580 réalisé en 2007

Fiche

Dénominationsfront de mer
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Etables-sur-Mer
AdresseCommune : Binic-Etables-sur-Mer
Cadastre : 2004 AB, AC non cadastré ; domaine public maritime
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Etables-sur-Mer

Les aménagements de la plage du Moulin : au début du siècle, les abords de la plage du Moulin appartiennent à des particuliers et à la "Société Civile Immobilière du Moulin de la grève", cette dernière, sous le nom de "Compagnie Bretonne Immobilière d'Urbanisme", exécute en 1928 des travaux d'endiguement (après avoir racheté aux autres concessionnaires leurs droits à charge d'endiguement) en vue de la construction de cabines de bains. Malheureusement, la tempête du 10 février 1935 occasionna d'importants dégâts à cette construction qui, finalement, ne sera jamais réparée. Il faut rappeler aussi que la plage du Moulin est un lieu d'extraction de sable par les cultivateurs. Le Syndicat d'initiative insiste régulièrement pour obtenir une "réglementation plus rigoureuse de l'enlèvement des sables". Les voitures à cheval stationnent régulièrement sur les plages ; ce qui aboutit en 1931 à l'organisation d'une police des plages. Les tractations avec les propriétaires en vue de l'acquisition des terrains n'ayant jamais pu aboutir, la municipalité décide en 1965, compte tenu de l'utilité publique des projets en cours d'études, de recourir à la procédure d'expropriation ce qui permettra de débuter les travaux du perré en 1972. Suivront, dans la foulée, la canalisation du ruisseau du Ponto, la destruction du pont de la Colombière, la réalisation du poste de secours, des cabines de bains, des sanitaires et de trois commerces (dont un l'un fut tenu pendant plusieurs années par M. et Mme Jouanigot). Le kiosque fut supprimé quelques années plus tard). Des parkings seront ensuite aménagés. En 1984 sera construit un abri pour les planches à voile. Il est à noter que la construction du perré sur la plage a freiné le sable qui, sous l'action du vent, s'était entassé au pied de la construction et à l'entrée de la plage, limitant du même coup le vagabondage de la mer, lors des très fortes marées, jusqu'au café "Dumont".

Période(s)Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle
Principale : 2e moitié 20e siècle

La plage du Moulin débouche de la vallée fortement encaissée où débouche le ruisseau du Ponto, qui alimentait autrefois le moulin de la Grève. La plage est enserrée entre les falaises. Le front de mer est peu urbanisé, hors l' aménagement du perré, faisant esplanade, laissant la place à des parkings arborés, devant la route qui mène au bourg et passe sous la départementale.

États conservationsremanié
Statut de la propriétépropriété publique
propriété privée

Annexes

  • Transcription de l'entretien avec Monsieur Hamet (Saint-Quay-Portrieux)

    Association "Etables entre terre et mer".

    A l'âge de 12-13 ans, nous allions après l'école rejoindre notre père pour l'aider à charger le sable, Jusqu'en 1953, le transport s'effectuait à l'aide de tombereaux tirés par des chevaux. L'un d'eux s'appelait Dragon. Il fallait avoir l'autorisation des Ponts et Chaussées et des Domaines pour prélever le sable. Celui-ci était déposé à la Plage du Moulin puis remonté dans les chantiers et vendu au détail aux entrepreneurs et aux maçons. Les douaniers circulaient à pied sur le chemin et verbalisaient s'il y avait lieu. Le bureau des Douanes était situé au Portrieux..

    Quelques souvenirs de pêche à pied :

    On péchait la crevette surtout aux Godelins. On se souvient de « pêches miraculeuses » d'araignées qui arrivaient par bancs. La Pointe du Rocher (sous la chapelle) était réservée aux adeptes de la pêche au lieu. Moules, palourdes et couteaux faisaient aussi le bonheur des pêcheurs à pied.

    Un canot surveillait les plages. Les jeunes aidaient Monsieur Urvoy à mettre le bateau à l'eau.

    A la maison Dumont à la plage du Moulin, on se désaltérait avec une limonade, les sodas de chez Halary ou pour les plus âgés du cassis avec du calva.

  • L'extraction du sable

    Le sable était un matériau très apprécié par les artisans maçons et les entrepreneurs de bâtiment.

    Dès 1906 un arrêté du préfet interdit l'extraction du sable. En 1907 le préfet soumet à autorisation préalable l'extraction jusque en 1914. L'extraction était faite par les agriculteurs et les artisans. Puis le préfet maritime de Brest donne l'autorisation gratuite du sable. Dès 1927 le coût de l'extraction du sable et de pierres devient payante et la quantité est limitée à 5 00 m3. L'Autorisation est accordée sur des périodes précises du 1 au 30 octobre. Cette activité était très importante, les charrois se succédaient sur la route de la grève qui devenait en piteux état vu le trafic.

    On retrouve les noms des artisans de l'époque : Guérin, Gamberoni, Borges, Even, Hamet, Loquillard, Saint-Cast, Derrien.

    Les agriculteurs étaient aussi intéressés par le sable de mer, ils s'entraidaient à plusieurs pour le sortir de la plage. Il fallait souvent 3 ou 4 chevaux pour tirer te tombereau.

    Le sable était utilisé pour réparer les bâtiments agricoles mais aussi la maison d'habitation. Les maçonneries obtenues restaient souvent humides à cause du sel. Un tombereau de sable était souvent déversé dans la cour de la ferme, il servait au jeu des enfants.

  • 20072207347NUCB : Collection particulière

    20072207424NUCB : Collection particulière

    20072207423NUCB : Collection particulière

    20072207345NUCB : Collection particulière

    20072207349NUCB : Collection particulière

    20072207346NUCB : Collection particulière

    20072207348NUCB : Collection particulière

    20072207440NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 Fi.

    20072207350NUCB : Collection particulière

    20072207461NUCB : Collection particulière

    20072207351NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • HOLLEY, Marie-Françoise. Etables-sur-Mer. Saint-Thonan : Edition Cloître, 2000.

    p. 179-207