Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Front de mer de Perros-Guirec : Trestrignel

Dossier IA22007126 inclus dans Quartier de Trestrignel (Perros-Guirec) réalisé en 2006

Fiche

Dénominations front de mer
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Perros-Guirec
Adresse Commune : Perros-Guirec
Lieu-dit : Trestrignel
Adresse : boulevard de la Mer

Un projet de construction d'une cale sur la côte est de la Pointe du Château est déposé en 1886, par la Société civile des Trestrignais. Ce projet était destiné à disposer d'un débarcadère en eau profonde, d'une longueur de plus de 150 mètres. Il ne fut pas réalisé. Cette année est aussi propice en projets immobiliers sur cette côte encore vierge : le front de la rade de Trestrignel est aménagé par Monsieur du Pré de St-Maur qui fait construire le premier hôtel de Trestrignel (1896). Cet établissement est bientôt entouré de nombreuses villas (lotissement), construites dans la cuvette naturelle, au pied du chemin du Belvédère. A l'abri de la pointe du Château, le promoteur immobilier se fait construire une villa à l'emplacement de l'ancienne batterie. Cette maison fut détruite par l'occupant pendant la seconde guerre mondiale. En 1933, le syndicat d'initiative de Trestrignel fait construire un sentier piétonnier, future promenade et une cale débarcadère pour accéder à la plage de Trestrignel. De nouvelles animations festives et sportives vont consacrer les nouveaux usages du bord de mer : courses de chevaux et bains de mer. Les cabines de bains se développent au cours du 20ème siècle, sur des concessions du domaine public maritime, renouvelées régulièrement.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Principale : 2e quart 20e siècle

La plage de Trestignel est limitée à l'ouest et à l'est par deux falaises rocheuses : la pointe du Sphinx et la pointe du Château, d'une longueur plus réduite de 550 mètres.

Statut de la propriété propriété de l'Etat
propriété publique
propriété privée

Annexes

  • L'anse de Trestignel à la pointe du Château au 18ème siècle

    Cette anse porte, au 18ème siècle, le nom d'anse de Trestingard : "sous la pointe du Château de Perros (...), il n'y a que des batteaux de 20 à 25 tonneaux qui peuvent y aborder ; il y a ordinairement 8 à 9 pied d'eau, au bas de l'eau (...).

    Port-Perre :

    A l'est de cette anse, se trouve le "Port-Perre" : nous le trouvons en suivant la côte dans l'est de l'anse de Trestingard, à 1/2 lieüe de distance, en suivant la côte, il est tout considéré, dans les mêmes circonstances que ci dessus ; si ce n'est que la mer y abandonne davantage la côte.

    Port-Perre :

    A l'est de cette anse, se trouve le "Port-Perre" : nous le trouvons en suivant la côte dans l'est de l'anse de Trestingard, à 1/2 lieüe de distance, en suivant la côte, il est tout considéré, dans les mêmes circonstances que ci dessus ; si ce n'est que la mer y abandonne davantage la côte. Sources : AN Mar. : D 222, f 136, AN art. 3 a19, f 161.

  • La plage de Trestrignel

    Alors que la plage de Trestraou, comme son nom l'indique, ferme une vallée qui se termine par une zone assez vaste, celle de Trestrignel est au pied d'un amphithéâtre en forte pente, adossée à une petite falaise. Plus petite, plus étroitement serrée entre des promontoires rocheux, dont le plus spectaculaire est celui du Castel (Pointe du Diable), relativement protégée du côté du côté du large par des écueils qui atténuent les houles de nord-ouest, elle est quand même assez battue.

    Tout ce paysage est maintenant artificialisé et aménagé, et on ne peut en décrire l'état naturel qu'à partir d'observations anciennes et de cartes postales du début du 20ème siècle.

    On peut apercevoir sur ces photographies anciennes, vers 1905, un ancien méjou (ensemble de champs ouverts et laniérés), dans le bord de l'amphithéâtre, et une falaise en pente raide, mais non à pic, couverte de fourrés denses. Devant l'hôtel, on accédait à la plage par un escalier de bois qui s'appuyait, en avant d'elle, sur un massif maçonné, tandis qu'à proximité du Castel, une rampe plaquée contre la falaise, protégée par un mur, permettait l'accès à la plage. Il existait en haut de plage un banc de galets assez haut, sur lequel étaient placées les cabines de bains, en bois, que chaque famille faisait construire selon ses goûts, en demandant une concession.

    Le rivage fut "artificialisé" progressivement par la construction d'un mur et d'une digue-promenade aux dépens de la falaise et du banc de galets.

  • 20062207962NUCB : Direction départementales de l'Equipement (Côtes-d'Armor)

    20062207698NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S.Suppl. 257.

    20062207615NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, S Sup. Art. 217.

    20062207699NUCB : Direction départementales de l'Equipement (Côtes-d'Armor)

    20062207614NUCB : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 16 fi.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Perros-Guirec : M 90 et 91. Plage de Trestignel, aménagements (1963-1966).

  • AD Côtes d'Armor : S suppl. 257. Plan : la cale en projet de la Pointe du Château en Trestrignel, 1896.

Bibliographie
  • PINOT, Jean-Pierre. Rapport sur l'évolution du littoral autour de la Baie de Lannion et sur la côte de Granit Rose. SMVM de la Baie de Lannion. Brest : UBO, Laboratoire de Géographie de la Mer, 1993.

    p. 13-6