Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Four à chaux, rue Poincaré (Binic fusionnée en Binic-Etables-sur-Mer en 2016)

Dossier IA22007883 réalisé en 2007

Fiche

Dénominations four à chaux
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Etables-sur-Mer
Adresse Commune : Binic-Etables-sur-Mer
Adresse : rue Poincaré
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Binic

Le four à chaux de Verry La première autorisation pour la construction d'un four à chaux à Binic fut accordée au sieur Le Suavé en 1843. Mais il n'en reste aucune trace. Cependant, il existe encore les vestiges d'un autre four au n° 2 de la rue Poincaré : une haute muraille percée d'une ouverture ronde en briques, qui rappelle le four à chaux construit par l'armateur Antoine Verry en 1894, aux Bas Chemins. Selon la description fournie par C. Querré, le four était bourré continuellement par l'ouverture du haut, le "gueulard" ; les couches de pierres alternant avec les couches de charbon, au fur et à mesure qu'on défournait par en bas la chaux cuite. La cuisson pouvait durer plusieurs mois à feu continu, pour produire chaux grasse, petite chaux pour l'agriculture, chaux hydraulique et ciment. Ce four, alimenté par de l'anthracite d'origine anglo-saxonne, arrêta sa carrière pendant la guerre 1914-18, à cause de l'arrête de cette importation, et fut remplacé par la seule production de chaux hydraulique, moins onéreuse. Le dernier propriétaire utilisateur fut l'entrepreneur Saint-Rapt.

Période(s) Principale : 19e siècle

Le four à chaux est situé dans un bâtiment dont l'ouverture en forme de arche, est une maçonnerie en moellons de grès, de granite et de briques, qui donne accès aux vestiges du four.

Murs brique
granite
grès
moellon
États conservations désaffecté, inégal suivant les parties, vestiges
Techniques maçonnerie
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Bibliographie
  • QUERRE, Christian. Binic, port du Goëlo. Binic : Editions Dahin, 1987.

    p. 227-28