Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fort et batteries (Stützpunkt B 323) (M.A.A. 262)

Dossier IA29001117 inclus dans Capitainerie de Brest : ensemble fortifié réalisé en 2002

LE FORT DU MINOU ET LE PROJET DE BATTERIE DES CAPUCINS.

GOULET DE BREST

in La route des fortifications en Bretagne et Normandie de Guillaume Lécuillier, coll. les étoiles de Vauban, Paris, éditions du Huitième jour, nov. 2006, 168 p.

"La [batterie la] plus petite et la plus avancée du côté de la grande mer est celle des Minous, fermée par derrière en redoute avec un très bon fossé et son rempart fraisé et gazonné. Il y a encore des corps de garde, hangars et magasins à faire [...], une traverse et deux pièces de canons à y ajouter". Vauban, Fortification du goulet de Brest, novembre 1695.

Situé à l'avant-poste du goulet de Brest, le fort du Minou est construit en 1694-1695 sur des plans de l'ingénieur Mollart contresignés par Vauban. Coté mer, le fort se compose d'une batterie comportant pas moins de onze embrasures et deux emplacements de mortier sur une plate-forme en contrebas tandis que du côté terre, il est fermé par une escarpe en éperon précédé d'un fossé sec que l'on franchit par un pont-levis. La cour intérieure renferme des casernements, magasins et corps de garde. Le fort du Minou est renforcé au 18e siècle et doté d'une batterie de rupture à la fin du 19e siècle... Un phare est élevé sur la pointe en 1848.

Face à la pointe du Minou, côté Cornouaille, la batterie de l'îlot des Capucins (prévue avec 25 embrasures), proposée par Vauban et dont le plan est dressé par Traverse le 24 janvier 1696 reste à l'état de projet... jusqu'en 1848 !

Précision dénomination 1/M 162a (Leitstand für leichte Seezielbatterie)
2/671 (Schartenstand für Geschütze auf mittlerer Sockellafette ohne Nebenräume 120° )
Appellations Fort du Minou
Dénominations fort, batterie, ensemble fortifié, caserne
Aire d'étude et canton Bretagne Nord
Adresse Commune : Plouzané
Lieu-dit : Pointe du Petit Minou
Cadastre : AH n° 54 ; AH n° 55 ; AH n° 56

Fonction : défense de l'entrée du goulet de Brest. Position d'artillerie dépendant du Marine-Artillerie-Abteilungen (groupe d´artillerie côtière de marine) 262 Brest.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 2e quart 20e siècle
Dates 1694, daté par source
1695, daté par source
1696, daté par source
Auteur(s) Auteur : Vauban, ingénieur militaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Mollart, ingénieur militaire, attribution par travaux historiques
Auteur : Organisation Todt, ingénieur militaire, attribution par travaux historiques
Murs granite
granite
moellon
maçonnerie
pierre de taille
béton armé
Toit béton en couverture, ardoise
Plans système bastionné
Étages sous-sol, rez-de-chaussée
Couvertures terrasse
États conservations désaffecté, état moyen

Déclassement du "Fort du Minou" et de la batterie basse "Casemate du Minou" du domaine public militaire (poste militaire de deuxième série) par décret du 17 mars 2004. Transition par Autorisation d'Occupation temporaire (A.O.T.) de l'immeuble militaire "Fort et batterie du Minou" d'une superficie totale de 42 450 m2, dont 740 m2 bâtis cadastré section AH n° 54 ; AH n° 55 et AH n° 56 qui concerne le Ministère de la Défense. Le site du fort du Minou a été acheté par la commune de Plouzané au Ministère de la Défense (Marine Nationale) en 2007.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre vestiges de guerre, à signaler

Annexes

  • Mollart (de) (alias de Mollard, du Mollard, du Mollart) d'après BLANCHARD (A.), Dictionnaire des ingénieurs militaires 1691-1791, Montpellier, 1981, 2 tomes.

    "Famille de l'élection de Meaux fixée quelque temps (1ère partie du 17e siècle) en Touraine. Maintenue dans sa noblesse par arrêt du Conseil du roi le 22 juillet 1669 sur preuves de 1477. Seigneurs de Marcilly, de Dieulamant, du Plessis.

    1661, Augustin-François de Mollart, écuyer, sieur du Plessis.

    1703, François-Joachim de Mollart, écuyer sieur du Plessis et de Dieulamant.

    16..., François de Mollart, écuyer, sieur de Marcilly.

    1669, Paul-Louis de Mollart, écuyer sieur de Dieulamant.

    Né à Paris, paroisse Saint-Sulpice, en 1649.

    Père : François.

    Mère : Claude Le Vest.

    Frère et neveu : les ingénieurs qui précèdent.

    Marié en secondes noces à Brest le 27 février 1710 avec Jeanne des Lis native de La Rochelle, 50 ans, veuve de David Viet.

    Enfant (du 1er lit ; nom de la mère inconnu) :

    - Claude, écuyer, sieur de Dieulamant,

    - Marie, fille majeure en 1712.

    Mort à Brest le 18 août 1713, âgé de 64 ans.

    Ingénieur ordinaire, département de Colbert, à 20 ans en 1669 ; affecté en Bretagne.

    A port-Louis en 1683, détaché à Léon l'année suivante.

    Revenu à Brest en 1685 puis à Port-Louis en 1686.

    Ingénieur en chef en 1687 ; chargé "des ouvrages de la ville de Brest, de l'arsenal de la marine, des batteries du côté de l'eau, des redoutes du Conquène [Le Conquet : redoutes des Blancs Sablons] et de l'île d'Ouessant".

    Mort en activité.

    On ignore son assimilation militaire et s'il eut des services de guerre".

  • COUDURIER (l.), Brest et ses environs, De Brest au Conquet par le chemin de fer électrique, Brest, 1904, 336 p. (CRBC : D 5167).

    Le Minou

    "Forteresse ! Ce mot vient naturellement sous la plume, car nous voici entouré d'artilleurs, de casernements, de batteries, de casemates, d'obus bien astiqués et alignés comme des soldats, le long des pièces braquées sur l'océan.

    Un ordre récent du Préfet du 2e arrondissement maritime a affecté ces baraquements, construits depuis Fachoda, à la 11e batterie du 2e régiment d'artillerie coloniale. On ne peut guère circuler dans ces parages où tout est à peu près gardé, sans attirer l'attention des sentinelles vigilantes. Nous sommes en plein terrain militaire.

    Pour tuer le temps, en attendant de tuer l'ennemi, les artilleurs se livrent au jardinage. Leurs baraquements sont entourés de plates-bandes de légumes, qu'ils cultivent eux-mêmes. Ils ont l'air heureux, ces soldats cultivateurs.

    Avançons-nous jusqu 'aux batteries. A nos pieds, voici le phare du Minou, collé sur un rocher, à pic au-dessus de l'eau ; puis la baie du Grand Minou avec sa plage de sable fin et les falaises de Toulbroc'h ; sur la gauche, un agréable sentier bordé de sapins mène vers d'autres canons et d'autres obus. Allons ! Le souvenir de Fachoda a du bon, et, cette fois, tout est bien prêt en cas d'alerte".

  • 20082908810NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Bibliothèque de l'armée de Terre : Génie, Ms33gT2n°11f7.

    19832900746PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    20082908826NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre, 1VH446n°30_2_1696.

    19832900729PB : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de l'armée de Terre

    20082908852NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes. Fonds de la Marine, SHDMD07001907_P.

    20082908883NUC : Service Historique de la Défense, Brest. Archives de la Marine, Génie E : 19e siècle. Plans terriers, levers des batteries de côte et plans d´affermage concernant les bâtiments militaires de la place du Conquet. 98 pièces. E 67 (G25) : Carte 1/2000. Batteries du fort du Minou, du Mengant, du Dellec avec légendes.

    19702900028Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900071Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900045Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20052904172NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900074Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20052904168NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20052904169NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20052904170NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20052904171NUCA : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900046Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900073Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900044Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900072Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    19702900047Z : Service Historique de la Défense, Château de Vincennes

    20082910295NUC : Bundesarchiv, Koblenz, Deutschland

    20082910296NUC : Bundesarchiv, Koblenz, Deutschland

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bibliothèque du Génie : manuscrit in f°33g tome 2 atlas.Plan, support papier, 4e quart 17e siècle, 15 juillet 1695.

    Service Historique de la Défense du Château de Vincennes : Ms33gT2n°11f7
  • Série Z. Sous-série Z : plans du Génie. Plans et calques provenant des chefferies du génie de Brest et de Quimper. Plan, support papier, 19e siècle.

    Service Historique de la Défense de Brest : Génie E : 19e siècle. Plans terriers, levers des batteries de côte et plans d´affermage concernant les bâtiments militaires de la place du Conquet. 98 pièces. E 67 (G25) : Carte 1/2000. Batteries du fort du Minou, du Mengant, du Dellec avec légendes
Bibliographie
  • PETER (J), préface de Jean Meyer, Vauban et Brest. Dossier. Une stratégie modèle de défense portuaire, 1683-1704, Paris, Economica et Institut de Stratégie Comparée, 1998, 320 p. La batterie du Minou "La batterie du Minou, la plus avancée à la grande mer, se trouvait aux avant-postes de la défense du goulet de Brest. Le 24 juin 1695, Vauban faisait travailler à la batterie du Minou qui ne disposait encore que de deux canons et de deux mortiers, et faisait construire une redoute. Selon Vauban, "j´ai fait ajouter quatre de 36 livres et y en ferai encore mettre deux. On ferme actuellement par derrière en redoute, la capacité du lieu ne permettant pas d´y faire autre chose ; elle sera fraisée et palissadée, et parce que la batterie serait encore plongée et vue à revers par les hauteurs (B-C). J´y ai placé un parados qui couvrira la batterie et ceux qui la serviront, et les mortiers le seront par la partie du rempart (8-8) qui sera plus élevée que le parapet des batteries. Les mortiers et le canon de cette batterie verront partie du mouillage de Bertheaume et l´entrée du goulet ; elle est très bien placée". Selon la plan de Vauban du 15 juillet, la batterie du Minou comprenait : 1. Une vieille batterie de deux canons de 24 livres. 2. Une batterie de six canons de 36 livres dont quatre étaient sur des plate-formes. 3. Deux mortiers, ainsi qu´un corps de garde, un magasin et des palissades (Génie : F° 33 g, tome 2). D´après le plan de la batterie du Minou fait par Mollart le 23 janvier 1696, la batterie et la redoute avaient été terminées fin 1695. La batterie, qui occupait un espace de 35 toises de long sur 28 de large, disposait de onze embrasures et de six canons. "Elle est très bien fermée par derrière avec un rempart fraisé et un bon fossé de 12 à 13 pieds de profondeur coupé dans le roc. On n´y entre que par une porte qui ferme très bien". Les travaux à faire concernaient l´installation d´une batterie de deux mortiers, ainsi que la construction d´un corps de garde, d´un magasin des vivres, d´une chambre pour l´officier et d´un magasin à poudre (Génie : article 8, section 1, Brest, carton n° 1, n° 30). En septembre 1699, Vauban écrivait à Jérôme de Pontchartrain : "La redoute des Minous située à l´embouchure du goulet qui commence vis-à-vis, est fermée avec un bâtiment considérable en dedans et une grosse batterie. Il paraît nécessaire de la garder avec trois ou quatre invalides ou canonniers seulement avec leurs armes qui en auront soin, et leur familles qui auront soin de lever tous les jours le pont sur eux. Il faudra que l´un des trois ait la supériorité sur les autres".

    p. 274-275
(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Association Pour l'Inventaire de Bretagne - Lécuillier Guillaume