Logo ={0} - Retour à l'accueil

Fontaines et lavoirs (Primelin)

Dossier IA00006368 réalisé en 1983

Fiche

Voir

Parmi les 49 édicules ou édifices liés à l’eau (hors moulins) repérés sur la commune de Primelin en 2018, 22 d’entre eux sont des fontaines et 27 sont des lavoirs. De nombreux autres ont été signalés mais n’ont pas pu être observés car détruits ou disparus sous la végétation. Précisons que plusieurs photographies contenues dans ce dossier ont été réalisées par un habitant de la commune il y a quelques années. Il s’agit de documents précieux montrant des édicules qui ne sont plus visibles aujourd’hui.

Quatre fontaines dont trois sont associées à un lavoir font l’objet d’un dossier individuel : les fontaines Saint-Primel, Saint-Tugen, de Kerhas Bis et de Kerscoulet. La fontaine Saint-Chrysanthe est étudiée dans le dossier traitant de la chapelle du même nom.

LES FONTAINES

On distingue deux types de fontaines sur la commune : Les fontaines de dévotion et les fontaines de « village », ou fontaines « rustiques » destinées à l’approvisionnement en eau potable sans fonction religieuse.

Quatre fontaines de dévotion ont été repérées. Elles sont dédiées à saint Chrysanthe, saint Tugen, saint Tohou et saint Primel. Trois d’entre elles sont associées à une chapelle.

La fontaine Saint-Tohou située au nord-est du village de Kerhas Bis était connue pour son eau sacrée aux vertus guérisseuses. D’après des sources consultées sur place, elle fut érigée en 1672 et dépendait alors de la chapelle Saint-Tohou aujourd’hui disparue et remplacée par la chapelle Saint-Théodore.

La fontaine Saint-Tugen, bâtie probablement au 16e siècle, prévenait de la rage et par extension guérissait la rage de dents. Elle se trouve à quelques dizaines de mètres à l'est de la chapelle du même nom et est associée à un lavoir plus récent.

La fontaine Saint-Chrysanthe se trouve au nord-est du village Kerscoulet le long de la route menant vers Goulien. La chapelle dont elle dépend est plus récente et a été construite en 1856 pour protéger la fontaine. On invoquait saint Chrysanthe pour guérir les rhumatismes.

La fontaine Saint-Primel, quant à elle, ne possède pas de vertu particulière et son architecture diffère des trois autres. Alors que ces dernières présentent un édicule à voûte profonde au fond de laquelle est ménagée une niche pour accueillir une statuette du saint, la fontaine Saint-Primel est composée d’une simple dalle de granite intégrée dans un talus.

Les autres fontaines repérées n’ont aucune fonction religieuse. La plupart d’entre elles consistaient en de simples trous d'eau à peine maçonnés et recouverts d’une dalle de granite. La structure est alors assez simple : le bassin, ainsi que l’édicule qui l’abrite sont de plan rectangulaire, en pierre parfois taillée. Le toit est constitué d’une ou deux dalles de granite sans mur pignon. Parfois incrustée dans un muret (Kerscoulet, Kerlavenan…), dans un talus (Kervedan, Loval…), ou encore au niveau du sol (Landesquenna, Kerloch Izella…), certaines d’entre elles sont associées à un lavoir.

Cinq sont isolées et servaient exclusivement à l’alimentation en eau potable : la fontaine aux loups, au nord de Kerloa, la fontaine Prat ar Vran, visitée par les habitants du bourg, la fontaine des Anglais, la fontaine de Penzer et la fontaine dite feunteun ven située au nord de Saint-Tugen.

Une importante campagne de cimentage de certains lavoirs et de leur fontaine a été entreprise dans la commune dans les années 1940-1950 : Le paradis (1955), Kermalero (1949), Poulou Kerforn (1950) et Kerandraon (1944). Cette dernière porte également sur son fronton une croix de lorraine ainsi que l’inscription « Libération ».

Curieusement, ces fontaines se trouvent très rarement au cœur du village dont elles dépendent. On les trouve le plus souvent en périphérie plus ou moins proche. Certaines d’entre elles sont même assez éloignées, comme à Kerscoulet (350 mètres du village), Kervedan (450 mètres) ou le Paradis (350 mètres du village du Castel).

LES LAVOIRS

L’étude du cadastre de 1837 ainsi que les témoignages recueillis à Primelin mettent en évidence le nombre très important de lavoirs sur le territoire de la commune (entre 40 et 50). Connaissant les mêmes problèmes de manque d’entretien que les fontaines et compte tenu du fait que certains ont été démonté, le recensement n’a permis de n’en trouver qu’une petite trentaine.

Les lavoirs repérés sur la commune de Primelin peuvent se regrouper en deux catégories : le petit lavoir privé appartenant à une famille (Kerguivit, sud-ouest de Kerscoulet, Kerfeunteun…) et le grand lavoir commun à tout le village. La plupart d’entre eux ont été cimentés au milieu du 20e siècle (Kerandraon, Poulou Kerforn, Kermalero, Saint-Tugen, Kerhas Bis, etc…), mais d’autres ont conservé un appareillage en moellons de granite, entourés d’un muret de pierres sèches dans lequel sont aménagés un échalier ou un escalier (Kerscoulet, Loval, Kerlavenan, etc…).

Quelques fois, comme à Kervrant, le lavoir était associé à un deuxième bassin ayant servi à rouir le chanvre et le lin. La parcelle entourant ces deux bassins est appelée prat kannab (kannab se traduit par chanvre) sur le cadastre de 1837.

Notons que certains poul (trous d’eau) ont été signalés comme lavoirs bien qu’il n’y ait aucune maçonnerie à observer. (Pors Tarz, Kerandraon sud…).

Au niveau du moulin à eau de Kerscoulet, il existe un petit pont appelé le pont coz traversant le ruisseau qui sépare Primelin de Goulien et de Cléden-Cap-Sizun. Des témoignages rapportent que les pierres plates du pont ont également servi pour rincer le linge.

Aires d'étudesCap Sizun
Dénominationsfontaine, lavoir
AdresseCommune : Primelin
Cadastre : ?
Période(s)Principale : 16e siècle
Principale : 18e siècle , (?)
Principale : 19e siècle
Principale : milieu 20e siècle
TypologiesFontaine couverte, Fontaine murale, Fontaine rustique, Fontaine de dévotion
Toitsgranite en couverture, ciment en couverture
Mursgranulite moellon
granulite pierre de taille
ciment
Décompte des œuvres repérés 49
étudiés 4

Annexes

  • Enquête de 1978.

Références documentaires

Documents figurés
  • Cadastre de la commune de Primelin, 1837 : Tableau d'assemblage et feuilles. Série 3P230.

    Archives départementales du Finistère : 3P230
(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Communauté de communes Cap Sizun - Pointe du Raz - Ducouret Jean-Pierre - Serre Fabien