Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Fermes construites entre 1850 et 1950 sur la commune de La Chapelle-Janson

Dossier IA35131108 réalisé en 2013

Fiche

Aires d'études Pays de Fougères, Fougères nord
Dénominations ferme
Adresse Commune : Chapelle-Janson (La)
Lieu-dit : La Lande Jouvel Cimette Le Bois Haye Le Moulin de Choisel
Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

Les fermes construites entre 1850 et 1950 sont très bien représentées sur la commune et montrent que l’agriculture connait à cette époque une grande phase de prospérité. Le nombre et l’importance des étables révèlent la place essentielle tenue par l’élevage de vaches laitières dans l’économie locale.

Ces fermes présentent les caractéristiques architecturales propres à l’époque, lisibles aussi bien dans l’habitation que dans ses dépendances : grandes ouvertures réparties de manière régulière sur la façade (symétrie, travées) ; usage important du granite taillé (traitement des ouvertures, des chaînages d’angles ou encore des bandeaux) et de la brique (baies des dépendances : jours d’étables, gerbières, portes) ; toits à faible pente ; présence fréquente de niches à statues en façade du logis.

L’organisation générale de l’habitation et de ses dépendances détermine deux grandes variantes : les fermes conçues en alignement et celles qui sont organisées autour d’une cour.

Fermes organisées en alignement

Les exploitations agricoles les plus simples dans leur forme abritent les différentes fonctions sous un même toit ou dans une série de bâtiments mitoyens édifiés en plusieurs étapes (par ajouts successifs).

Les fermes de Cimette et du Bois Haye où l’habitation domine les dépendances qui la flanquent sont représentatives d’un modèle dont la diffusion a été importante dans le Pays de Fougères. D’autres modèles, comme les fermes du Moulin de Choisel et de la Lande Jouvel, apparaissent beaucoup plus recherchés dans leur mise en œuvre. Au Moulin de Choisel, étable, cellier, écurie (surmontés d’un grenier) et maison se trouvent abrités dans deux constructions mitoyennes. Les bâtiments révèlent dans leur aménagement un soin certain : ouvertures en plein cintre dont les encadrements associent la brique au granite ; gerbières inscrites dans des lucarnes-pignon ; couverture en tuiles. Les formes architecturales exploitées dans cette ferme qui semble avoir dépendu du château du Bois Février (situé en Fleurigné) sont présentes dans d’autres fermes de la commune. La ferme de la Lande Jouvel en offre une variante remarquable par la qualité de sa mise en oeuvre.

Fermes organisées autour d’une cour

La plupart du temps, le logis, isolé ou intégré à un alignement, est accompagné de dépendances réparties de manière plus ou moins régulière autour d’une cour.

Les ensembles intégralement construits entre 1850 et 1950 sont rares (La Basse Massurie). Ce type d’organisation mêle en effet presque systématiquement bâtiments anciens et modernes, témoignant du développement progressif d’exploitations anciennes adaptées aux progrès de l’agriculture comme aux normes de confort de l’époque.

Le logis a souvent pour base une construction ancienne dont la façade et les ouvertures ont été remaniées pour y faire entrer la lumière (Moulin de Montbrault). Dans de plus rares cas, une construction neuve a remplacé l’ancienne habitation (La Cour à L’Eau…). Mais c’est plus encore sur les dépendances et particulièrement les étables que se concentre l’effort de modernisation des exploitations. Comme pour les logis, les étables qui adoptent des dimensions souvent très importantes (L’Epine, Le Bel-Orient) possèdent dans bien des cas une base ancienne (Le Tilleul). Se détache particulièrement de cet ensemble l’étable de la ferme du Plessis qui partage les caractéristiques architecturales de la ferme du Moulin de Choisel déjà évoquée : le bâtiment aéré par des jours en demi-cercle est surmonté d’un grenier pourvu d’une gerbière inscrite dans une lucarne-pignon et de petites ouvertures circulaires.