Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, Préel (Plouasne)

Dossier IA22017341 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • colombier
    • dépendance

Cette belle demeure de la fin du 18e siècle emprunte sa composition aux modèles urbains ainsi que ces éléments de confort, l’ensemble des pièces est éclairé par de grandes fenêtres donnant uniquement sur la cour pour le rez-de-chaussée et sur le jardin arrière pour l’étage. Les ouvertures en arc segmentaires et les souches de cheminées a épaulement se rattachent au style des ingénieurs. En revanche, le maintien d’un toit à longs pans aux pignons découverts et non à croupe de même que la distribution à deux portes dénotent l’attachement aux formules traditionnelles de l’architecture rurale locale. Le pigeonnier de plan carré adossé à l’enclos, à usage mixte de bûcher ou d’abri pour les pigeons situe cette grande maison dans une frange sociale intermédiaire entre la paysannerie et la noblesse.

Parties constituantes non étudiées cour, colombier, dépendance
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Plouasne
Lieu-dit : Préel

Le toponyme de Préel peut venir du latin pratellus qui avait le sens de "petit pré, pâturage". Le logis de grandes dimensions aux allures de manoir est une construction homogène élevée au 4e quart du 18e siècle. Plusieurs logis présentant ce même type de lucarnes sont datés sur le territoire, à Saint-Juvat : la Hautière Rousse 1784, la Maison Rouge 1790, à Saint-Maden : la Sècherie, 1798. Le colombier carré situé à l´angle sud- ouest de la cour a été modifié au début du 19e siècle, il rappelle néanmoins ceux de la Sècherie et du presbytère de Saint-Judoce du 18e siècle. Enfin, les balustres plats du logis de la Lauriais de 1810 donnent également une fourchette chronologique à la construction de cette belle maison rurale. Des remplois de vielles pierres sont visibles en gros oeuvre.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle

L´organisation en U du logis et des communs en une cour semi fermée conforme à celle représentée sur le plan cadastral de 1834. Le logis orienté sud présente en façade antérieure à 5 travées dont trois sont ponctuées de lucarnes. L´étage est également percé de fenêtres qui donnent sur le jardin arrière. Les encadrements des ouvertures, la corniche et les lucarnes sont en calcaire des faluns, ainsi que les arcs de décharge des baies du rez-de-chaussée. Une petite chambre avec cheminée située à l´extrémité orientale du grenier aurait servi selon la tradition orale de cache pendant la période troublée de la Révolution.

Murs falun
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20102211684NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor