Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme n°1, Kerallain (Baud)

Dossier IA56008161 inclus dans Écart dit village, Kerallain (Baud) réalisé en 2002

Fiche

Appellations N°1
Parties constituantes non étudiées étable, puits, remise, four à pain
Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Baud - Baud
Adresse Commune : Baud
Lieu-dit : Kerallain
Cadastre : 1987 ZP 97, 96 ; 1829 L2 538

Cette ferme s'est constituée en deux périodes : à gauche, la première partie est datée 1634, la seconde partie en grand appareil de pierre de taille, est construite en 1666. Le puits du 17e siècle est contemporain de la ferme ainsi que le four à pain. Les dépendances situées au sud sont plus tardives mais figurent déjà sur le cadastre de 1829. L'appentis en moellon édifié à l'est dans le prolongement de la ferme date de la fin du 19e siècle. A la même époque, un nouveau logis à étage est édifié à l'ouest en alignement de la ferme. Une grande remise contemporaine est construite au sud-ouest.

Période(s) Principale : 2e quart 17e siècle
Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1634, porte la date
1666, porte la date

La physionomie particulière de cette ferme vient de son orientation : le chemin de desserte passant au nord de la façade principale, seules les portes prennent place côté nord, les fenêtres étant ouvertes au sud. La partie la plus ancienne, à l'est, construite en moellon de granite, consiste en un simple logis à pièce unique. Le grenier de ce logis est accessible par un escalier en vis en demi-hors-oeuvre sur le mur sud. La seconde partie en grand appareil de pierre de taille est une structure logis-étable à deux portes, la porte du logis se signalant par l'occulus bouché qui la surmonte. Le grenier de cette partie est accessible par un escalier en vis en pierre situé dans l'étable. Un nouveau logis est construit tardivement à l'ouest, en alignement de la ferme ancienne. Il est de type dit ternaire en moellon avec base en pierre de taille et enduit sur les pignons, couvert d'un toit à croupe.

Murs granite
enduit
pierre de taille
moellon
Toit chaume, tôle ondulée, ardoise
Étages comble à surcroît, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
appentis
pignon découvert
croupe
Escaliers escalier demi-hors-oeuvre : escalier en vis sans jour
en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
en maçonnerie
Typologies logis à fonctions multiples juxtaposées, logis de type ternaire
Techniques sculpture
Représentations humain fabuleux tête
Précision représentations

Dans la salle, le piédroit de la cheminée est formé d'une figure humaine en ronde-bosse partiellement mutilée. L'escalier en vis du logis-étable est orné d'une tête humaine.

Parmi les trois grandes fermes du 17e siècle encore existantes dans le village, celle-ci est la mieux conservée, même si sa toiture de chaume a été remplacée par de la tôle. Le modèle de piédroit de la cheminée se retrouve à l'identique dans certaines fermes de Baud. Il pourrait avoir son origine dans les cheminées à cariatides du château détruit de Rimaison en Bieuzy. Fait exceptionnel, le grenier a conservé son enduit et surtout son isolation d'origine en "barasseaux", des bâtons de bois entourés de paille et enduits d'argile, posés obliquement sur les pannesde la charpente et recouverts d'une couche d'enduit. La mise en oeuvre de cette technique, plus fréquente pour les plafonds, ne s'observe que rarement dans le comble, au niveau de la charpente.

Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • Archives départementales du Morbihan. Série 3 P, cadastre ancien.

Bibliographie
  • Inventaire général des monuments et richesses artistiques de la France. Vallée du Blavet. Le canton de Baud. Bretagne. 2003. Rennes : Editions Apogée. (Images du Patrimoine ; n° 235).

    p. 80