Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, la Ville-Gohen (Le Quiou)

Dossier IA22017248 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

L’ensemble de la Ville-Gohen est situé au nord-ouest du bourg, en bordure d’un ancien chemin orienté est-ouest conduisant à un ponceau sur la rivière de Hac appelé sur le cadastre ancien « Pont ruette des prés Fougeret ». L’organisation des bâtiments de part et d’autre du chemin, particulièrement intéressante, est conservée dans son intégralité : logis, étables, écurie, four à pain et puits. Les deux dates portées de 1846 et 1869 servent de référence par rapport à l’évolution des formes architecturales locales. L’emploi des lucarnes à linteau en arc segmentaire, hérité de l’architecture des ingénieurs du 18e siècle, se prolonge tout au long du 19e siècle. Il est concurrencé à partir de 1860 par une forme nouvelle rappelant les frontons triangulaires de l’architecture savante, forme empruntée à la basse-Normandie qui aurait été importée vers le milieu du 19e siècle dans le cadre des échanges de matériaux entre les four à chaux de Dinan et Lanvallay et les carrières de Régnéville-sur-mer dans la Manche. La diffusion de cette forme très particulière très circonscrite localement (Tréfumel, le Quiou, Saint-Maden, Saint-Juvat), est unique en Bretagne en milieu rural.

Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Quiou (Le)
Lieu-dit : la Ville Gohen

Un logis de plan allongé est figuré à cet endroit sur le cadastre ancien. L´actuel alignement reprend à l´ouest une partie de cet ancien logis qui pourrait remonter au 17e siècle et a visiblement fait l´objet d´une première restructuration à la limite des 18e et 19e siècle. Le corps central est daté de 1846 et présente une façade en fausse symétrie dont les travées sont légèrement décalées. Le troisième corps, servant de dépendance e a été ajouté dans le prolongement à l´est vers 1860. De nouvelles étables ont été construites, de l´autre côté du chemin, en retour d´équerre, en 1869 (date portée sur le linteau de la gerbière).

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle
Dates 1846, porte la date
1869, porte la date

Façade principale du logis construite en moellons de calcaire coquillier issu du sous-sol local, baies en pierre de taille de granite. Façade postérieure mixte en calcaire pour la partie inférieure et terre au dessus. Dépendance entièrement construite en pierre de taille de calcaire coquillier.

Murs falun
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20102211537NUC : Archives départementales des Côtes-d'Armor