Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Kergrahouahic (Langoëlan)

Dossier IA56008353 réalisé en 1967

Fiche

Dossiers de synthèse

Isolée au sud-est de la commune, cette ferme qui a pu regrouper dès le 19e siècle plusieurs exploitations, constitue un écart de grande qualité qu'il convient de préserver. Le plan cadastral de 1842 ne mentionne qu'une parcelle (517) pour les trois logis, mais la découpe sans numéro des cours au sud de l'alignement correspond peut-être à une utilisation par plusieurs familles.

L'alignement qui constitue la ferme est significatif de son évolution. La partie centrale est caractéristique d'un logis étable du début du 17e siècle : petite salle associée à une grande étable. La construction du nouveau logis en 1670 ne coïncida peut-être pas aussitôt avec la transformation de la partie centrale en étable en totalité : en tout cas, elle l'était devenue au 20e siècle, avec ouverture d'une large porte dans l'élévation nord.

En 1700, la dépendance ajoutée vers l'ouest, avec remploi des chaines d'angle, correspond plutôt à un espace pour la fabrication des repas pour les animaux : la cheminée de qualité est peut-être un remploi d'un édifice antérieur. (C. Toscer)

Parties constituantes non étudiéesfour à pain, étable, cellier
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonGuémené-sur-Scorff - Morbihan
AdresseCommune : Langoëlan
Lieu-dit : Kergrahouahic

La ferme se compose d'un alignement de deux logis, le premier, aujourd'hui au centre, du 17e siècle, rallongé en prolongement ouest d'une étable en 1700, date portée : on distingue la reprise dans le mur sud. A l'est, en alignement, un logis construit en 1670, date portée.

L'ancien pignon est du premier logis, pignon de la partie étable, comportait une porte au centre qui fut bouchée lors de la construction du nouveau logis.

L'alignement est en cours de restauration (2015), avec création de lucarnes dans le logis est.

Au nord, un ancien logis construit à la fin du 16e siècle est devenu une dépendance et a été augmenté en profondeur avant 1842 de deux appentis. Le cellier isolé à l'ouest est postérieur à 1842, car il ne figure pas sur le cadastre à cette date ; il remploie cependant des pierres des bâtiments disparus. Le four à pain est antérieur à 1842, sans qu'on puisse en fixer la date. (C. Toscer)

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle
Secondaire : 1er quart 18e siècle
Principale : 17e siècle
Dates1670, porte la date
1700, porte la date

La ferme est isolée au sud-est de la commune, sur un replat qui domine la vallée très encaissée du ruisseau du moulin de Pont Houarn, affluent du Scorff.

La ferme se compose d'un alignement orienté au sud composé d'un logis-étable à l'ouest, d'un logis simple à l'est. La déclivité du terrain fait que le comble à surcroît est plus haut dans le nouveau logis est, imitant un étage.

Le premier logis au centre est composé d'une salle à l'ouest et d'une partie plus longue dévolue à l'étable éclairée par un jour à l'est. Une cheminée est engagée dans l'ancien pignon ouest devenu refends. Les pierres d'angle de ce logis ont été remployées aux angles de l'étable qui complète ce premier logis vers l'ouest. L'étable ouest, ouverte d'une simple porte en plein cintre et d'un jour dans le comble, comporte dans le pignon deux corbeaux de cheminée et une cheminée en pierre de taille de granite, bien qu'il n'y ait pas (ou plus ?) de souche de cheminée.

La communication entre les deux logis se faisait par l'ancienne porte en pignon est, plus tard bouchée. Le nouveau logis dont la date de 1670 figure accompagné d'une fleur de lys sur le linteau de la fenêtre gauche ne comporte qu'une pièce à feu à l'est : la cheminée à piédroits remployés (16e siècle), celui de droite à décor d'entrelacs, celui de gauche orné à sa base d'une fleur de lys, est en granite et comporte deux niches dans le cœur de foyer. La pièce, dont on ne peut savoir si elle était cloisonnée à l'origine est ouverte de deux portes en vis-à-vis, encadrée de deux fenêtres au sud ; près de la porte nord se trouve l'armoire murale en plein cintre dont le saloir a disparu.

Orienté à l'ouest, le logis au nord est à l'état de vestiges. La façade antérieure est en pierre de taille, le pignon en moellon fortement repris. Il s'agissait sans doute d'un logis étable, la salle au nord avec cheminée en granite, accosté d'un placard mural à tablette en granite, à bords moulurés. Les ouvertures qui semblent en place sont aussi moulurées, la porte à linteau sur corbelets, la fenêtre en accolade.

Au nord-ouest se trouve le cellier en moellon dont une partie des pierres et les ouvertures sont remployées. Il est ouvert d'une porte en pignon désaxée. Au nord du cellier se trouve le four à pain.

Mursgranite moellon
Toitardoise
Étagescomble à surcroît
Typologieslogis-étable ; logis à deux pièces en rez-de-chaussée.
Techniquessculpture
Précision représentations

La date portée sur le liteau de la fenêtre du logis 1670 s'accompagne d'une fleur de lys taillée en réserve. Une autre fleur de lys est sculptée à la base du piédroit droit de la cheminée, le piédroit gauche étant orné d'entrelacs ou d'un caducée.

Annexes

  • Dossier inventaire fondamental 1967, dossier collectif habitat rural