Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme et maison de maître dite Métairie du Clos de Brond, ruette du Port au Riz (Saint-Suliac)

Dossier IA35046207 inclus dans Village de Saint-Suliac réalisé en 2006

Fiche

Parties constituantes non étudiées cour, portail, étable
Dénominations ferme, maison
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Châteauneuf d'Ille-et-Vilaine
Adresse Commune : Saint-Suliac
Adresse : ruette du Port au Riz
Cadastre : 1982 AI 168,196,199-201,203
Le cadastre de 1848 mentionne quatre bâtiments qui sont encore en place. Le corps principal de logis perpendiculaire à la rue est datable de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle. Le linteau de la cheminée de la salle dite du milieu porte les initiales de son propriétaire GA et la date de 1610. Ce logis appartient à une famille d'édifices à trois pièces à feu en rez-de-chaussée. L'acte notarié du 20 février 1810 entre Robert Surcouf et son frère Nicolas Auguste Surcouf nous en donne la description suivante : un bâtiment de 21 mètres 11 de longueur sur 7 mètres15 de largeur, composé de trois embas avec cheminées. La pièce à feu du milieu communique avec la première pièce. Dans cette pièce dite du milieu se situe dans l'angle nord un escalier en vis qui accède au grenier situé au-dessus de ces deux premières pièces. La troisième pièce également à feu, sert à cette période de cellier, elle possède aussi un escalier intérieur en vis qui conduit à une chambre à l'étage avec un cabinet, le tout recouvert d'un grenier. Ce type de logis qui se développe en hauteur et en longueur est constitué en fait de deux habitations indépendantes regroupées sous une même toiture. Cette typologie bien identifiée dans le nord du département, canton de Bécherel, canton de Tinténiac se retrouve également dans les plus belles fermes du canton de châteauneuf. Il peut s'agir pour le logis supplémentaire annéxé au logis principal d'un logis de retenue pour le propriétaire des lieux. On sait par ailleurs qu'en 1807, lors de la vente de la métairie, celui-ci est négociant à Marseille. Son frère qui le représente lors de la signature de l'acte est également négociant à Saint-Malo. D'autres propriétaires illustres se sont succédées en ce lieu dont les Surcouf et la comtesse d'Evry à la fin du 19e siècle.
Période(s) Principale : 1er quart 17e siècle
Principale : 18e siècle
Secondaire : 20e siècle
Dates 1610, porte la date
1748, porte la date

Ensemble de quatre bâtiments s'organisant aujourd'hui autour de deux cours. Ces bâtiments décrits dans les actes notariés joints en annexes servaient en dehors du logis, d'écurie, d'étables, de cellier, un pressoir à cidre est également mentionné ainsi que la présence de plusieurs jardins clos de murs. Des vestiges d'un ancien portail sont encore en place. Les bâtiments agricoles ont été convertis aujourd'hui en logements. Le logis imposant est dit de parti haut. Il possède trois pièces à feu en rez-de-chaussée. Sa façade est orientée sud-ouest. Il conserve une belle porte en plein cintre avec archivolte mouluré. A noter une dépendance qui conserve une pierre formant une console sculptée d'une tête et à signaler également un plan d'eau sur le cadastre de 1848. Chronogrammes : 1610 sur la cheminée, 1748 sur une dépendance.

Murs granite
moellon
Toit ardoise

Données complémentaires architecture IP35

HYPOI logis à fonctions combinées
HYPOE sans objet
STYL vernaculaire
MURS1 granite ; moellon
SCLE1 1er quart 17e siècle ; 18e siècle
IMPA autre cas
CBATI autre cas
IMBATI autre cas
PERP -1
ESPAL cour antérieure
ESPAP jardin
FACCES à portes multiples
FAXE nsp
FETAG R+1 et R+C à surcroît
FOUV à porte haute
IAUT typicum
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX intégré
SEL étudié
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • A. Privées : Acte de vente, par devant Gilles Louis Bourdet, notaire à Saint-Malo, de Joseph Fromy, négociant à Marseille à Monsieur Nicolas Auguste Surcouf, capitaine des bâtiments du commerce, le 15 décembre 1807 .

    Furent présents Monsieur François Fromy Dupuy, âme négociant demeurant en cette ville, stipulant au nom et comme porteur de procuration générale et spéciale de Monsieur Joseph Fromy, son frère, aussi négociant demeurant à Marseille, aux fins d'acte du 19 mai 1806, rapporté en minute par Monsignour, notaire à Marseille et ses témoins, référé enregistré à Marseille par Chaudon, dont une expédition légalisée le 20 a été déposée par mon dit sieur comparant en l'étude de nous dit Bourdet, et annexée à la minute d'un contrat de vente, en datte du 14 aout 1806 enregistré le 18.

    Lequel sieur comparant au dit nom et qualité, en vertu du dit pouvoir et se faisant pour mon dit sieur son frère, déclare vendre, céder, quitter et irrévocablement transporter par ces présentes, avec promesse de garantie de toutes hypothèques, troubles et empêchements généralement quelconques.

    Et Monsieur Nicolas Auguste Surcouf, capitaine des bâtiments du commerce, madame Josephine Fromy Dupuy son épouse, de lui autorisée, ensemble demeurant en cette ville près la porte de Dinan, à ce présent et acceptant, acquérir pour eux, leurs sucesseurs et ayant l'héritage ci-après.

    Savoir

    La métairie des Clos de Broons, située au bourg de la commune de Saint-Suliac, en cet arrondissement, consistant dans les bâtiments cours, jardins, avec les pièces de terre nommées, les clos de Broons, de la Breche du moulin, le verger, le clos de la Cassière, le petit clos de dessus, le jardin, la pièce des pommiers, la pièce des charlottes, la Croix Jean, les deux quantités dans la même campagne, la petite quantité dans le bignon, le clos de la Ville marin, le clos du pressoir, quantité dans la champagne, de la rue pucelle, autre quantité près la précédente, le clos des alouettes, le clos de l'épine, le haut de l'épine, la quantité au nord, autre quantité au midi. De cette dernière, autre quantité au nord du moulin de la Chaise, la pièce couvertière, quantité dans la champagne des champs (longs), les Coignets, la pièce de défunt la cour, qauntité dans la champagne des champs (...) et la quantité nommée la portaine.

    (...)

    sont compris dans cette vente les pailles, fumiers, pressoirs et autres meubles et ustensiles d'attache, décrit au partage ci-devant référé.

  • A. Privées : Saint-Malo, contrat d'acquet fait par M. Rt Surcouf avec M. N.A.Surcouf de la terre nommée Les Clos de Broons en Suliac, le 20 février 1810 .

    Transcription partielle.

    " Savoir

    La métairie des Clos de Brons, au sud-ouest du bourg de Saint-Suliac consistant en

    un bâtiment de vingt et un mètres onze centimètres de longueur du sud-ouest au nord-ouest, sur sept mètres quinze centimètres de largeur hors oeuvre, composé d'un embas à cheminée au bout vers nord. Dans l'angle orien duquel et un petit réduit formé de planches servant de boulangerie et un bois de lit clos d'attache au bout de ce réduit ; un autre embas à cheminée au milieu lequel communique au précédent dont il est séparé par un mur de refend qui ne monte qu'au plancher, une armoire d'attache près la porte du dit embas, un seul grenier sur ces deux pièces acessible ar un escalier à noyau dans l'angle septentrional de la dernière ; un autre embas aussi à cheminée au bout vers nord servant de cellier dans l'angle duquel est prise la cage d'escalier à noyau en bois qui monte au premier étage ; un petit réduit dans l'angle oriental dudit embas. Premier étage contenant une chambre et un cabinet et grenier au-dessus.

    Une cour au-devant et au sud-ouest dudit bâtiment, clos tout autour et ayant une porte charretière et une petite porte dans la clôture vers nord sur le chemin du pont aury.

    Un bâtiment de onze mètres six sept centimètres de largeur au bout sud est de la cour contenant une écurie garnie d'un ratelier et d'une cruche, dans laquelle il y aussi un bois de lit d'attache au bout sud-ouest et à l'autre bout un cellier grenier au-dessus, dans le bout méridional duquel on a pratiqué une chambre et un cabinet en galletat avec lui, une armoire d'attache.

    Un autre bâtiment dans l'angle occidental de la cour ayant six mètres quatre vingt dix centimètres de longueur sur une égale largeur, contenant deux étables et un grenier au-dessus couvert de roseau.

    Un cellier de cinq mètres cinquante centimètres de longueur, sur six mètres quatrevingt deux centimètres de profondeur au sud-est et joignant le précédent bâtiment, un grenier au-dessus sans doublage couvert en paille.

    Une étable à cochons en appentis contre le mur de clôture nord-ouest de la cour et dont le plan est en dehors d'icelle contre le jambage sud-ouest de la porte charretière.

    Une cour non clause et aire en dehors de l'angle méridional de la première dans laquelle est un tour à piler en pierre de taille.

    Un bâtiment au côté nord-est de cette dernière cour de douze mètres quatre vingt dix neuf centimètres de largeur sur sept mètres quinze centimètres de largeur, contenant un logement dans lequel est un pressoir à guibre garni de ses ustensiles qui est d'attache au présent ainsi que le tour ; un grenier au-dessus auquel on communique par un escalier de pierre à l'extérieur de la (cour) au nord est. Un mauvais appentis partie en pierre et partie en bois couvert en paille, au pignon sud-est et un mauvais hangard à celui nord-ouest, deux petits poulaillers sans autre toiture que de pailles jettées dessus et un cellier en appentis couvert en paille, adossé contre le mur sud-ouest du bâtiment où sont les étables.

    Un petit jardin clos de murs et planté d'arbres fruitiers au nord-est et au sud-est du premier bâtiment. Un autre jardin au sud est et sans séparation avec le premier (...).

    Lesquels bâtiments, cours, aire, jardins et passage contiennent ensemble vingt trois perches deux cinquième (...) ".

  • 20063517153NUCA : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. Privées : Acte de vente, par devant Gilles Louis Bourdet, notaire à Saint-Malo, de Joseph Fromy, négociant à Marseille à Monsieur Nicolas Auguste Surcouf, capitaine des bâtiments du commerce, le 15 décembre 1807.

  • A. Privées : Saint-Malo, contrat d'acquet fait par M. Rt Surcouf avec M. N.A.Surcouf de la terre nommée Les Clos de Broons en Suliac, le 20 février 1810.

  • A. Privées : Charles Roquet, notaire à Saint-Servan (Ille-et-Vilaine). acte de vente de Madame la Comtesse Régnault d'Evry à Monsieur et Madame Tudoret, le 30 décembre 1921.