Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme de Keraël (Ploubezre)

Dossier IA22132215 réalisé en 2014

Fiche

Á rapprocher de

Ensemble bâti ancien, à la fois résidence et exploitation agricole, encore composé en 1969 d'un alignement de trois logis figurant sur le cadastre de 1826 au lieu-dit Keraël. Logis orientés vers le sud-est et accessibles par un chemin passant au nord-ouest. Une fontaine (16e-17e siècle : ?) et un lavoir (2e moitié du 19e siècle) sont situés à proximité immédiate le long de ce chemin.

Logis et dépendances étaient organisées autour de la cour comme le montre le cadastre de 1826. Des portes piétonne et cochère fermaient la cour à l'ouest : l'un des piédroits moulurés est encore visible.

Le logis central – aujourd'hui dépourvu de couverture, reprend des formes stylistiques anciennes comme un linteau à accolade et une porte en arc plein cintre mouluré en cavet et des griffes. Il s'agit d'une "maison à avancée" construite en 1715.

Le Kuzh Taol, "cache table" ou Apothis Taol, "avancée de la table" désigne l'espace intérieur destiné à accueillir la table et les bancs. Le linteau de fenêtre de l'avancée porte le millésime et l'inscription suivants : "1715 / CH:RLE / LE HOER / PET:FERE:PAR".

A gauche de la porte – flanquée par un petit jour de l'avancée, se trouve dans l'épaisseur du mur le saloir et sa pierre à saler éclairée par un petit jour. Au rez-de-chaussée, le pignon nord accueille une grande cheminée ; une porte mène à un petit bâtiment arrière en équerre par rapport au corps de logis.

Le logis situé le plus au sud reprend également des éléments datables de la seconde moitié du 16e siècle voire du début du 17e siècle comme des linteaux en accolade ou des chanfreins à griffe mais semble avoir été reconstruit au 18e siècle comme le montre les linteaux en arc segmentaire de l'étage. Sa mise en œuvre – très soignée, fait appel à des pierres de taille de petit et moyen appareil et à des moellons équarris de granite. La distribution du logis n'a pas pu être étudiée avec certitude.

Sur le cadran solaire en schiste, malheureusement brisé, on peut lire l'inscription suivante : "_ ORDRE DH_ _ [VENE]RABLE HOMME / CHARLES L'HVEROU". La façade principale des deux logis était percée de trous de pigeons.

Un troisième logis, situé au nord des deux premiers et photographié en 1969, était accessible par un escalier extérieur ; il est ruiné mais figure toujours sur le cadastre.

Au nord de la cour, une ancienne dépendance – datable du 17e siècle, a été réhabilitée en gîte.

L'ensemble bâti de Keraël témoigne de l'aisance financière de son commanditaire.

Le dénommé Charles Le Huérou, est né en 1663 à Prat et mort en 1736 à Ploubezre à l'âge de 72 ans. Il est le fils de François Le Huérou (1622-1682) et de Françoise Pasquiou (1629-1696). Charles Le Huérou s'est marié avec Madeleine Le Cozanet en 1684 puis en seconde noce avec Anne Goasdoué. "Vénérable homme", il sait signer ; c'est sans doute l'un des notables de la paroisse de Ploubezre.

Cet alignement composé de trois logis avait été photographié en 1969 lors du pré-inventaire de la commune de Ploubezre.

Dénominations ferme, logis, dépendance
Aire d'étude et canton Schéma de cohérence territoriale du Trégor - Lannion
Adresse Commune : Ploubezre
Lieu-dit : Keraël, Adresse : ,
Cadastre :

Période(s) Principale : 2e moitié 16e siècle, 17e siècle
Secondaire : 1er quart 18e siècle
Dates 1715, porte la date
Statut de la propriété propriété privée
Protections