Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, Clermont (Léhon fusionnée en Dinan en 2018)

Dossier IA22018099 réalisé en 2013

Fiche

Clermont proviendrait du latin « Clarus-monte », la montagne lumineuse. Haut lieu de culte solaire, probablement dès l’antiquité, cette colline sera christianisée et une chapelle dédiée à sainte Anne y sera élevée dès le 12e siècle. Un pardon dit-on s’y déroulait chaque lundi de pâques. Lors de la vente des biens nationaux, elle est acquise par Charles Larrère qui est également propriétaire de la ferme de Clermont. La municipalité demande sa fermeture le 5 mai 1807 et son mobilier sera transporté dans l’église paroissiale du bourg, hormis une statue en bois de la Vierge à l’enfant. Cette dernière dans le style du 14e siècle sera conservée à la ferme de Clermont et placée quelques années plus tard dans une niche du pignon du logis. Une halte pieuse, lors des cérémonies des rogations, y sera maintenue jusque vers les années 1960. La chapelle désaffectée a été détruite lors de l’agrandissement de la voie au début du 20e siècle.

Située en bordure d’un chemin de grande communication, la ferme de Clermont accueillera également une forge comme l’atteste un document en annexe de 1795. Construite en granite du pays, la ferme est significative de l’architecture rurale des alentours de Dinan : un ancien logis déclassé en dépendances cohabite avec un logis plus récent construit au 19e siècle, dans l’alignement de l’ancien. Le premier logis était à l’origine à composition décalée avec une partie habitation plus haute. Cette différence de niveau a été masquée par la surélévation au 19e siècle. La ferme encore en activité conserve également ses anciennes dépendances qui s’organisent autour d’une vaste cour.

Dénominations ferme
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Dinan
Lieu-dit : Clermont
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Léhon

Maurice Bonfils est qualifié en 1600 de sieur de Clermont. De cette période subsiste quelques vestiges dont une cheminée dans l’ancienne salle du-rez-de chaussée. Le logis ayant été modifié à plusieurs reprises au début du 18e siècle et au 19e siècle.

Période(s) Principale : limite 17e siècle 18e siècle
Principale : 2e moitié 19e siècle

Orientation sud des façades des logis.

Le premier logis, actuellement déclassé en dépendances, était à trois pièces au sol, dont deux avec cheminée. L’usage de la première pièce sans feu a pu évoluer dans le temps, elle a servie de remise et de pressoir. La deuxième pièce qui ne communique pas avec la première conserve sa structure ancienne, cheminée placée dans le mur de refend,escalier et vaisselier mural au nord dans l’angle de la pièce. Cette deuxième pièce communique avec la troisième pièce chauffée. L’élévation originelle de la façade, aux niveaux décalés, a été modifiée et surélevée lors du réaménagement de la ferme au 19e siècle pour y aménager de vastes greniers.

Le deuxième logis construit dans l’alignement du premier, n’est pas mentionné sur le cadastre de 1843. Il présente une élévation de type ternaire (trois travées). Les lucarnes de comble reprennent le modèle standard à linteau incurvé dit en arc segmentaire que l’on retrouve depuis le 18e siècle sur l’ensemble du territoire de la Rance. La toiture à longs pans et croupe distingue ce logis, comme ses hautes souches de cheminées à épaulement.

Murs granite moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Étages 1 étage carré

Annexes

  • Métairie de Clermont, extrait du regisre des anciennes matrices cadastrales

    Métairie de Clermont, extrait du regisre des anciennes matrices cadastrales (A.C. Lehon)

    Appartient en 1869 à Larère Charles à Dinan.

    A 586 : clos de la chapelle de Clermont

    B 222 : sol batiment et cour

    B 223 clos de devant

    B 224 : les banquettes

    B 225 : la noë Riquet

    B 227 : la pépinière

    B 228 : clos beau

    B 230 : le verger

    B 232 : la pépinière

    B 233 : clos des jeannais ?

    B 235 : le grand verger

    B 236 : le grand verger

    B 237 : la petite vallée

    B 238 : le vivier ‘proche de la basse gâtinais

    B 239 : la chaussée

    B 240 : le vivier

    B 241, 242 : le bois des veaux

    B 243, 244 : les oserais

    B 245, 247 : le clos sur le bois

    B 251 : la vallée à laine.

  • Clermont : 27 pluviôse de l’an III. Doléance

    Document d’archives publié dans PICARDA Françoise. Léhon, p 109.

    27 pluviôse de l’an III. Doléance

    « … le citoyen Nicolas Bézard père, fermier laboureur taillandier sur la commune, est entré à l’assemblée et nous a dit « je

    suis âgé de soixante ans passés, infirme et hors d’état de travailler, j’ai déjà deux fils au service de la patrie dans l’armée du nord, François et Julien ; il ne me reste plus que Nicolas, mon fil ainé, pour veiller aux travaux de la métairie de Clermont et pour travailler à la forge où l’ouvrage est considérable. Il faut faire ou réparer les fers pour les charrettes et les charrues et autres outils pour le labourage, ferrer les chevaux qui sont en grand nombre. Et voici que mon fils Nicolas vient de recevoir un mandat du citoyen Bataillé, commissaire des classes de la marine à Dinan, lui faisant savoir qu’il est requis pour le service de la république. Je demande à l’assemblée de reconsidérer le cas de mon fils. S’il est obligé de partir, il n’y a plu personne pour rester travailler à la ferme et à la forge ».

Références documentaires

Documents d'archives
Bibliographie
  • PICARDA F., Léhon entre rêve et Rance, Manchecourt, Maury imprimeur, 1997.