Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Boternau (Pluméliau fusionnée en Pluméliau-Bieuzy en 2019)

Dossier IA56002434 réalisé en 2001

Fiche

  • Vue générale sud
    Vue générale sud
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • pigeonnier
    • enclos
    • étable
    • puits
    • logement
    • fournil
Parties constituantes non étudiéespigeonnier, enclos, étable, puits, logement, fournil
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonBaud - Baud
AdresseCommune : Pluméliau-Bieuzy
Lieu-dit : Pluméliau, Boternau
Cadastre : 1987 XW 33, 34, 129
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Pluméliau

Ferme, peut-être une métairie noble, construite à la fin du 16e siècle ou au début du 17e siècle. La partie ouest a été légèrement modifiée : ajout de lucarnes au 19e siècle, puis vers 2000 : agrandissement de la baie du logis ouest au rez-de-chaussée, enduit de la tour d'escalier ; la partie est a vu son rez-de-chaussée transformé en habitation avec ouvertures de grandes baies dans les années 60 ; l'escalier extérieur a alors été supprimé. Dans la cour se trouvent un logis secondaire avec étable construit à la même époque, une grange-étable du 17e siècle, dont les toitures en chaume ont été changées pour de la tôle à la fin du 20e siècle, un puits du 19e siècle, un fournil de la même époque en ruines, et en dehors de la cour, une étable de la fin du 19e siècle.

Période(s)Principale : limite 16e siècle 17e siècle
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

Ferme à orientation principale sud. Logis à structure complexe en pierre de taille de granite, à étage carré desservi par un escalier en vis en pierre en hors-oeuvre. Le logis est divisé en deux : une partie logis à l'ouest, une partie dépendance à l'est. Le rez-de-chaussée du logis est lui-même divisé en deux par un mur de refends, avec étable à l'ouest et salle à l'est du mur de refends, celui-ci étant percé de niches, placard mural et autres mangeoires-auges traversantes. A l'étage, chambre avec cheminée et accès par la tour d'escalier à des latrines. La partie est comporte au pignon une cheminée ancienne à piédroits à colonnettes peut-être remployée. Des trous de boulins sont ménagés dans le pignon est, ainsi qu'une porte haute desservant le grenier autrefois accessible par un escalier extérieur droit en pierre. L'étage du logis comportait une seule chambre avec cheminée au pignon ouest. Côté est de la cour enclose, une dépendance en pierre de taille en rez-de-chaussée adopte le type logis étable, sans séparation intérieure avec cheminée au pignon nord et fausse souche au pignon sud ; une porte en pignon sud donne accès à l'étable. Une dépendance à usage de charretterie et peut-être d'étable ferme la cour au sud ; couverte en tôle elle est en pierre de taille, en rez-de-chaussée, avec ouverture à porte charretière en pignon est. Le fournil en moellon est adossé au mur d'enclos à l'ouest. Puits en pierre de taille circulaire à montants ornés de têtes et traverse ornée de boules. L'aire à battre, limitée par un muret au nord et à l'ouest pouvait être située à l'est du grand logis.

Mursgranite
pierre de taille
Toitardoise
Étages1 étage carré, comble à surcroît, en rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier hors-oeuvre : escalier en vis sans jour en maçonnerie
Typologieslogis à fonctions multiples juxtaposées et superposées. Puits morbihannais. Armoire murale
Techniquessculpture
Précision représentations

Puits à montants ornés de têtes et traverse ornée de boules.

La ferme de Boternau pose le problème de son propriétaire-constructeur et donc de son statut. Sa situation isolée et sa forme la désigne comme manoir, mais aucun manoir n'est attesté à Boternau dans la documentation. De plus, le logis à fonctions de résidence et agricole est bien celui d'une exploitation agricole. Cependant, sa structure initiale, du fait de la transformation du rez-de-chaussée dans la partie est, est difficile à restituer. Il comprend plusieurs pièces à feu, salle au rez-de-chaussée, probablement deux chambres à l'étage dont une à proximité du grand grenier est, servant à engranger sans doute fourrage et grains. La séparation entre la salle et l'étable de la partie ouest est assuré par un cloison originale en pierre de taille percée de part et d'autre d'un placard feuilluré à plusieurs cavités côté salle et de mangeoires dont les auges ont été enlevées côté étable. On retrouve ce type de cloison dans une ferme de Bieuzy à Lelfaux et aussi à Kerallain à Baud.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • Vallée du Blavet. Le canton de Baud. Bretagne. Inventaire Général. Collection Images du Patrimoine. Rennes. 2003.

    p. 8, 9