Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ferme, Beauchêne (Noyal-sur-Vilaine)

Dossier IA35031562 réalisé en 2004

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiéescellier, laiterie, pressoir à cidre, porcherie, étable à vaches, étable à chevaux, logement d'ouvriers
Dénominationsferme
Aire d'étude et cantonIlle-et-Vilaine - Châteaugiron
AdresseCommune : Noyal-sur-Vilaine
Lieu-dit : Beauchêne
Banéat mentionne, à cet endroit, un ancien manoir qui était aux du Cellier en 1427 et 1523, à Guy de Cramou (et à Renée du Guesclin, sa femme) en 1541, à Marguerite de Morais (dame du Boisorcant) en 1718 et aux seigneurs du Boisorcant en 1765. A la Révolution, il est vendu aux Picault de la Pommerais. Sur le cadastre de 1850, la ferme de Beauchêne se compose de deux fermes. Le logis actuel, situé au nord, était une ferme qui devait avoir ses dépendances sous le même toit. Son remaniement nous empêche actuellement de connaître les fonctions d'origine des pièces. La seconde ferme abritait la porcherie et l'étable ainsi qu'un four aujourd'hui détruit. Le logis était dans le bâtiment à l'est. Il était à fonctions combinées, c'est-à-dire que les dépendances étaient sous le même toit que l'habitation. Un ruisseau permettait d'alimenter des mares dont quatre sont repérables sur le cadastre. Par la suite, ces deux fermes ont été réunies. La première a été transformée et agrandie pour devenir le logis. Ce dernier se situait dans la partie ouest du bâtiment. La partie centrale servait de la laiterie et de logement pour les bonnes. Le pressoir se trouvait dans la partie à l'est. L'ancien logis (fenêtre grillée) est alors transformé en logement ouvrier et en écurie.
Période(s)Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le logis est en schiste et en terre. Il est recouvert d'un enduit. Le cellier est à l'arrière du bâtiment. Le puits est accolé au logis. L'étable est en terre avec un soubassement en schiste ardoisier. Elle possède un grenier et une remise est accolée sur sa façade antérieure. La porcherie et l'écurie sont construites majoritairement en schiste ardoisier. Le haut du mur est en terre. Les ouvertures de l'écurie sont en grès.

Mursschiste
terre
enduit
moellon
Toitardoise
États conservationsremanié
Statut de la propriétépropriété privée

Annexes

  • 20043506889NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents figurés
  • Section I dite des Villiers en 3 feuilles, 2ème feuille, du n° 147 au n° 369. Gaboriaud, géomètre du cadastre, [1850], échelle 1/2000 e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1929.

    p. 525 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Châteaux et manoirs. Mémoires, publication de l'association historique du pays de Châteaugiron, n°1, Imprimerie du Rimon, (s. l.), 1993.

    p. 33