Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ferme, actuellement maison, anciennement prieuré de Gâvres, le Prieuré (Plouhinec)

Dossier IA56007604 réalisé en 2010

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations prieuré, ferme
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Port-Louis
Adresse Commune : Plouhinec
Lieu-dit : le Prieuré
Cadastre : 1837 N1 1046, 1047, 1041 ; 2010 ZY 126, 127, 132, 133, 259, 261, 265, 267, 270, 271, 287, 288, 289, 290

Le nom du hameau fait référence au Prieuré de Gâvres dont la chapelle était située à Gâvres alors en Plouhinec et remontait à l'époque romane avant sa reconstruction en 1888 (ou 1891). Le fondateur en aurait été le duc de Bretagne, d'après la juridiction féodale qu'il possédait et en raison de ses possessions considérables (Le Méné). Doté de basse, moyenne et haute justice, il dépendait de l'abbaye bénédictine de Saint-Gildas de Rhuys : il s'agissait du logis prioral, et de l'exploitation agricole associée du prieuré, décrit dans un aveu de 1661 : "La maison prieurale, sittuée dans la paroisse de Plohinec, et l'escurie, avecque une grande court, toulte cernée de murailles fort haultes, fuye, jardin, terres labourables, prez, garennes, pescheries au joignant du grand pré, le tout en un tenant, contenant 25 journaux et demy". Aucun édifice religieux ne semble attesté en ce lieu. A la Révolution, la "maison prieurale avec sa cour ses écuries, son jardin et ses terres" est vendue à un dénommé Gay de Lorient en 1791 pour 1000 livres. Outre la maison, le prieuré possédait alors dans la paroisse 9 tenues (à Kerfaute, Kerouzine, Linès, Kerdanvé, au bourg, à Kerris, au Guerno), et le moulin à vent de Kerouzine, disparu, et l'étang de Kervran. Il possédait également sur la petite mer de Gâvres 50 oeillets de salines, mais situés en Riantec. Aucun des bâtiments actuels qui composent la ferme ne sont antérieurs à la Révolution, sauf peut-être certains éléments du corps de passage ouest et du corps de logis qui le prolonge au sud, dont les pierres pourraient être en partie remployées de l'ancien prieuré. Sur le plan cadastral de 1837 se voient deux grands corps de bâtiments en équerre occupant le nord et l'ouest d'une cour carrée sans doute enclose dont l'angle sud-est est occupé par un colombier, aujourd'hui détruit, sans doute celui mentionné dans la description de 1661. Le corps de logis nord est reconstruit vers 1850 par Anne Lestrohan : la date de 1860 portée sur l'ouverture de la grange en alignement correspond à la date mentionnée sur les matrices cadastrales. L'aile ouest conserve de nombreux éléments des bâtiments antérieurs, des 17e et 18e siècles. Le partage de la ferme entre mère et fille aboutit à la construction d'un second corps de logis et de dépendances par Anne Lestrohan fille au sud de la cour en 1862 ; l'un des dépendances porte cependant la date de 1860. Celle-ci est plus tard fermée par des dépendances en retour à l'est. La partie est des dépendances de la ferme nord a été transformée en maison avec surélévation d'un étage vers 1970, tandis qu'au sud, la transformation des dépendances s'est opérée vers 1980. Une étable en retour sur le bâtiment ouest, construite vers 1960, divise aujourd'hui la cour. Le puits a été remplacé. La ferme a été propriété de la famille Le Borgne dès 1866, acquise par Augustin, laboureur, dont le fils Jacques fut maire de Plouhinec à la fin du 19e siècle. Les pêcheries de l'étang de Kervran dont la structure est encore partiellement visible sont sans doute les héritières de celles signalées dans l'acte de 1661.

Période(s) Principale : 18e siècle , (?)
Principale : milieu 19e siècle
Dates 1850, porte la date
1861, porte la date
Auteur(s) Personnalité : Lestrohan Anne, commanditaire, attribution par travaux historiques
Personnalité : Le Borgne, propriétaire, attribution par travaux historiques

Les bâtiments se développent autour d'une cour fermée ; à l'isssue d'un chemin bordé de talus empierrés, l'accès actuel se fait par l'est entre deux dépendances basses, tandis qu'à l'ouest un corps de passage menait vers les champs. Les jardins au sud sont enclos de hauts murs, ceux englobant les jardins nord, plus bas, sont en partie détruits. Le nord et le sud de la cour sont occupés par deux logis avec dépendances en alignement. Au nord, le logis de type ternaire enduit, couvert en ardoise, est suivi par une grange à ouverture charretière sur gouttereau, également enduite, dont la toiture changée est couverte en fibro-ciment. Au sud, le logis de type ternaire qui occupe l'extrémité ouest, est suivi d'une grange et d'étables aujourd'hui transformées en maison. Ces bâtiments sont en moellon à l'exception du logis, enduit. Le bâtiment en retour à l'ouest, en moellon régulier, se compose d'une dépendance ou ancien logis à faux étage carré dans sa partie sud, suivi du corps de passage ouvert d'un arc surbaissé côté ouest et se prolonge par une étable à comble à surcroît. On note de nombreux remplois de pierres anciennes dans cette étable, dont un jour chanfreiné.

Murs granite
enduit
moellon
Toit ardoise, roseau, ciment amiante en couverture
Étages comble à surcroît, 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
pignon découvert
Escaliers
Typologies cour fermée, logis de type ternaire
Techniques sculpture
Représentations homme
Précision représentations

Personnage sculpté sur la clef de l'arc de la grange de l'alignement sud.

Luco prétend que les maisons priorales de Gâvres étaient au bourg de Plouhinec où s'exerçait la juridiction, avec ceps et collier au milieu du bourg et fourches patibulaires à la sortie du bourg près du cimetière : il s'agit plutôt de possessions au bourg car l'acte de 1680 décrit plutôt la maison priorale au Prieuré, avec 25 journaux de terre.

Des bâtiments du prieuré de Gâvres ne subsistent que quelques vestiges, dont peut-être des pierres remployés dans le corps de passage. La structure de ferme en cour fermée est très rare, sinon absente dans ce secteur. Il est probable que la famille Gay qui acquiert le prieuré à la Révolution était de riches laboureurs de Plouhinec, peut-être ceux exploitant la ferme auparavant. Mais c'est la famille Leborgne qui en ajoutant un logis au sud du premier, reconstruit, qui transforme cette ferme en plan en cour fermée.

Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • 20095606216NUCB : Archives communales de Plouhinec

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives communales de Plouhinec. 1837. Plans cadastraux.

Documents figurés
  • A. D. Morbihan. 3P 215. 1837. Plouhinec. Plan cadastral. Plan d'assemblage et plan par sections. 3 P 2414 et 3P 2415. Plouhinec. Matrices cadastrales.

    Archives départementales du Morbihan : 3P 215 ; 3 P 2414 ; 3P 2415
Bibliographie
  • LE MENE, Jean-Marie. Abbayes et prieurés du diocèse de Vannes. Vannes, Galles, 1902.

    p. 340-345
  • MOISAN, abbé Joseph. La propriété ecclésiastique dans le Morbihan pendant la période révolutionnaire. Vannes, Lafolye, 1901.

    p. 147-148
Périodiques
  • LUCO, abbé. Pouillé historique de l'ancien diocèse de Vannes. Vannes, Galles, 1901.

    p. 552