Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Espace portuaire du Bas-Pouldu, dit petit site portuaire du Pouldu (Clohars-Carnoët)

Dossier IA29004284 réalisé en 2008

Fiche

Œuvres contenues

Appellations port du Pouldu, petit site portuaire du Pouldu
Parties constituantes non étudiées hôtel, cale, quai, maison
Dénominations port
Aire d'étude et canton Bretagne - Quimperlé
Adresse Commune : Clohars-Carnoët
Lieu-dit : Bas-Pouldu (le)

Le petit site portuaire du Pouldu se situe à l´embouchure du fleuve la Laïta, qui permet de relier le port de fond d´estuaire de Quimperlé à la mer. Ce site portuaire, fréquenté depuis au moins l´époque médiévale, servait de havre aux caboteurs qui y attendaient la marée haute pour remonter sur Quimperlé ou sortir en mer. Un bac permettait également de relier les deux rives de la Laïta. Par contre, le site ne comporta aucune infrastructure portuaire d´importance jusqu´au milieu du 19e siècle. La construction d´un quai et de cales dans les années 1870 ne permet pas de lutter contre le déclin du trafic maritime, perturbé par l'ensablement progressif de la Laïta et par l´existence d´une barre à l´embouchure du fleuve. Néanmoins, au même moment, le site portuaire du Pouldu devient un lieu touristique, d´abord fréquenté par les touristes et les artistes (mouvement pictural connu sous le nom d´Ecole de Pont-Aven), puis par la navigation de plaisance dès la fin du 19e siècle (avec notamment la présence du comte de Polignac qui avait une résidence à Guidel).

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle
Secondaire : 20e siècle

Lieu de passage et de surveillance, le petit site portuaire du Pouldu (Pouldu signifie « fosse noire » en breton) marque l´entrée du fleuve la Laïta, navigable sur une quinzaine de kilomètres avant d´atteindre la ville de Quimperlé. Comme la plupart des infrastructures portuaires du Finistère, celles du Pouldu, modestes, remontent à la seconde moitié du 19e siècle. Un petit site portuaire se définit comme un site de contact terre/mer aménagé de façon légère et qui n'a pas généré, par son activité économique, l'installation d'un foyer de population de plus d'une dizaine d'habitations sur le littoral. Le Bas-Pouldu correspond à ce type de sites portuaires. C'est un espace relativement homogène, qui compte aujourd'hui une vingtaine d´habitations à taille humaine. Ce petit site portuaire se compose de trois parties (voir annexe 1) : un front portuaire construit dans la seconde moitié du 19e siècle, avec un petit quai et des cales qui n´ont pas permis d´empêcher le déclin rapide du cabotage mais qui ont permis le développement de l´activité balnéaire (notamment le transit de voyageurs et la plaisance) ; à l´arrière, accolées à la falaise, quelques habitations en lien avec l´activité balnéaire ; au sud, le long de la plage, des villas construites à partir de la fin du 19e siècle et surtout après la Seconde Guerre mondiale (en remontant vers le hameau rural d´arrière-côte Saint-Julien). Le Bas-Pouldu a conservé l´aspect d´un petit site portuaire de cabotage de la seconde moitié du 19e siècle. Son déclin rapide lié à des conditions de navigation dans la Laïta devenues défavorables a limité la transformation de ce petit port de relâche caractéristique des petits ports bretons.

Données complémentaires architecture PATMAR

REFC CLC28
THPA Transit terre/mer ; Activité balnéaire de loisir et de santé
DREC souvent cité
INGP intérêt paysager et pittoresque ; intérêt artistique
PING Le port du Pouldu est un exemple encore préservé des petits ports qui existaient nombreux sur le littoral breton jusqu´au début du 20e siècle. Il a été peint par plusieurs peintres de l'Ecole de Pont-Aven.
RECO Le petit site portuaire du Pouldu est devenu un port de plaisance dont l´expansion maximale semble avoir être atteinte : c´est aujourd´hui le site de Porsmoric (plus en amont de la Laïta) qui se développe. Au Pouldu, la reconversion sur la plaisance a jusqu´à maintenant conservé une partie des infrastructures portuaires héritées de la seconde moitié du 19e siècle (notamment le quai construit par le comte de Polignac). Or le quai Polignac est aujourd´hui très dégradé et nécessite une réfection d´urgence. Dans ce contexte, il serait intéressant de veiller à ce que cette extrémité du front portuaire ne soit pas bétonnée, afin d´éviter une banalisation des quais sous l´effet de restaurations hâtives, telles qu´elles ont été effectuées au cours de la seconde moitié du 20e siècle (voir annexe 2). Autre risque, le site portuaire du Pouldu peut être concerné par le projet, actuellement à l´étude, d´extension du port de plaisance de Guidel, qui se trouve en face, sur l´autre rive (180 anneaux supplémentaires, s´ajoutant aux 92 anneaux existants) : en effet, la réalisation de ce projet, comportant des risques de déplacement des bancs de sable de la Laïta, pourrait entraîner à court ou moyen terme le réaménagement du port du Pouldu et de facto, la perte de son aspect patrimonial. La vingtaine d´habitations du petit site portuaire du Pouldu, visibles depuis la Laïta et Guidel, comptent au maximum deux étages. Il est important de conserver cette homogénéité de hauteur, à laquelle même les constructions plus récentes se sont jusque-là conformées. Un service de bac permet l´été la traversée de la Laïta. Il importe de conserver cette liaison, qui permet aux touristes de passer du département du Morbihan à celui du Finistère (et inversement) et de faire du Pouldu une promenade appréciée. L´histoire du service de bac, dont l´origine remonterait au Moyen Âge, pourrait être rappelée car Le Pouldu conserve plusieurs héritages qui se rattachent à cette activité (cale, ancienne maison Jacob). Les abords du Pouldu sont arborés. Cet aspect participe à la création d´un paysage, que les peintres de l´Ecole de Pont-Aven, ainsi que Henry Moret, à la fin du 19e siècle, ont représenté. Il serait souhaitable de pérenniser cet aspect.

Annexes

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Finistère. 3 P 34/2 à /8. Matrices cadastrales de Clohars-Carnoët (1823-1957).

  • Archives départementales du Finistère. 222 W 45 à 53. Matrices cadastrales de Clohars-Carnoët (cadastre rénové : 1960-1970).

  • Archives municipales de Clohars-Carnoët. Registres des délibérations du conseil municipal.

Bibliographie
  • AMGHAR, Julien. Les petits ports et les usages du littoral, en Bretagne, au 19e siècle. Thèse de doctorat d´histoire, Université de Bretagne-Sud, Lorient, 3 volumes + 3 volumes d´annexes, 2006.

  • LE THOËR, Pierre, GOZZI, Marcel. Clohars-Carnoët au fil du temps. Liv'Editions, 2008.

    p. 173-175
Périodiques
  • LE THOËR, Pierre. Les routes de Quimperlé à la mer.Société d´histoire du pays de Quimperlé, n° 12, 1994.