Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble de stalles dans la collégiale Sainte-Marie-Madeleine (contre les murs nord et sud du choeur)

Dossier IM35022581 réalisé en 2006

Fiche

Voir

La collégiale de La Madeleine de Champeaux contient aujourd´hui cinquante-quatre stalles datées de la fin des années 1520. Elles furent, en effet, vraisemblablement réalisées à l´occasion du mariage de Louise de Goulaine et de Guy III d´Epinay, seigneur de Champeaux et grand-échansson de la duchesse Anne de Bretagne, en 1528. Les commanditaires se sont fait représenter en médaillon sur les jouées intermédiaires des stalles basses nord. Louise de Goulaine y est figurée vêtue d´une robe à encolure carrée et les cheveux recouverts par une petite coiffe nouée sous le menton. Le portrait ne paraît pas flatteur en comparaison de celui de Guy d´Espinay qui, lui, s´est fait représenter en César, couronné de lauriers. Nul doute ici que des médailles antiques ont influencé ces portraits. Les armoiries très nombreuses (mi-parti de France et d´Angleterre) ont presque toutes été bûchées, mais bien souvent de manière sommaire, de sorte que les lions couronnés et les fleurs de lys sont encore visibles. L´ensemble est dans le style de la première Renaissance, exception faite de quelques miséricordes dont les thèmes sont encore d´inspiration médiévale, à l´image des monstres serpentiformes. Les hauts-dossiers sont couverts de blasons, de mascarons, de grotesques et d´objets allégoriques suggérant la Passion autant que les arts libéraux. Les miséricordes offrent un panorama très varié du répertoire iconographique de la renaissance bellifontaine. Hercule est ainsi représenté enfant combattant le serpent, des centaures tirent à l´arc et des sirènes, masculines et féminines, se confondent avec les silvani, très nombreux. Plusieurs scènes ont un caractère érotique assez net comme une femme assise, nue et le sexe bien visible ou encore un petit angelot, assis également, et qui plonge sa main entre ses cuisses, regardant le spectateur d´un air équivoque.

L´atelier qui a réalisé ces stalles n´est pas connu. Néanmoins, il est intéressant de noter la similitude de style entre ces stalles et la cathèdre se trouvant dans la cathédrale de Dol-de-Bretagne, exécutée à la demande de François de Laval (1528-1556) au milieu du XVIe siècle. Détail intéressant, ce dernier était le fils de Guy XIV de Laval et d´Anne d´Espinay. Les lions qui tiennent les armes de l´évêque sur le siège épiscopal sont assez proches, dans leur traitement (crinières, museaux arrondis, griffes) de ceux présents sur les stalles de Champeaux, bien que le sculpteur semble différent. Enfin, les commanditaires de stalles de Champeaux ont également fait construire leur tombeau dans cette même collégiale par un architecte angevin, Jean Delespine.

Dénominationsstalle
Aire d'étude et cantonBretagne - Vitré Ouest
AdresseCommune : Champeaux
Emplacement dans l'édificecollégiale Sainte-Marie-Madeleine: contre les murs nord et sud du choeur

Stalles réalisées probablement vers 1530, suite au mariage de Guy d´Épinay et de Louise de Goulaine en 1528 dont on devine les armoiries en alliance sans doute bûchées à la Révolution ; ces stalles ont été remontées au cours du 18e siècle lors du réaménagement du choeur et de la suppression de l´ancien jubé qui leur était associé, dans un ordre qui ne semble pas respecter l´alternance originelle ; légères restaurations en 1921 par Victor Pasquet et Norbert Le Floch de Vitré.

Période(s)Principale : 2e quart 16e siècle
Dates1530
Stade de créationpièce originale
Auteur(s)Auteur : Chenevière Guillaume menuisier
Personnalité : Epinay Guy d' commanditaire
Personnalité : Goulaine Louise de commanditaire

54 stalles réparties en 4 rangs disposés par deux de chaque côté du choeur. Stalles à haut dossier surmontées d´un dais à pan oblique à couronnement et lambrequin repercés ; assemblage à coupes droites : demi-balustres aplliquées et chevillées sur les montants des dossiers ; parties supérieures décorées en bas-reliefs sur fond en cuvette.

Catégoriesmenuiserie, sculpture
Structuresstalle, 54 miséricorde jouée dossier
Matériauxchêne, ajouré, décor en haut-relief, décor en bas-relief, décor à fond en cuvette, décor à relief en réserve, tourné
Précision dimensions

h = 375 ; l = 965 ; pr = 175. Dimesions des rangs sud ; dimensions d´une stalle : h = 97, l = 62,5, p = 53 (stalle basse) et 45 (stalle haute) ; dossier h = 164 ; couronnement : h = 50.

Iconographiesornement: à grotesque, en fond, en frise
représentation humaine: homme, femme
figures: diable, centaure, sirène, dragon, licorne, animal fabuleux
ornement à forme végétale: palmettes
représentation animalière: hermine, lion
vice
armoiries
Inscriptions & marquesarmoiries
inscription
Précision inscriptions

Armoiries (sculptées, illisibles) ; initiales ; inscription concernant une restauration (gravée, lecture incertaine), Armoiries identifiées d´Épinay et de Goulaine (mi parti de France et d´Angleterre) sur les jouées et dans le registre inférieur du dossier des stalles ; inscription concernant une restauration gravée sur la face supérieure de la corniche du dais des stalles sud.

États conservationspartie bûchée
remaniement
remontage
manque
Précision état de conservation

Écus bûchés sur les dossiers des stalles : manque la partie supérieure du couronnement ; la forme du dais actuels à pans obliques est sans doute le fruit d´un remaniement ou d´un changement de parti en cours de construction.

Statut de la propriétépropriété de la commune
Intérêt de l'œuvreÀ signaler
Protectionsclassé au titre objet, 1907/05/11

Références documentaires

Bibliographie
  • BANEAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine, histoire, archéologie, monuments Rennes : Larcher, 1927 (1ère éd.), Mayenne : éditions régionales de l'Ouest, 1994 (rééd.).

  • BLOCK, Elaine C. Corpus of medieval misericords in France, XIII-XVI century. Turnhout : Brepols, 2003.

  • COUFFON, René. La collégiale de Champeaux, contribution à l'étude de la première Renaissance en Bretagne. Mémoire de la Société d'Emulation des Côtes-du-Nord. Saint-Brieuc : Les Presses Bretonnes, 1970.

  • COUZY, H. Collégiale de La Madeleine de Champeaux, Congrès Archéologique de France, CXXVIIIe session, 1968, Paris : Musée des Monuments Français, 1968, pp. 60-73.

  • FRAIN. Epinay en Champeaux, sa splendeur au XVIe siècle, son état de ruine au XVIIIe siècle, la restauration de nos jours. Vitré : Imprimerie Gilles, 1908.

  • LEPAROUX, Sylvain. Les stalles en Ille-et-Vilaine, XVIe-XVIIe siècles. Mémoire de maîtrise : Hist. De l'Art. Rennes : université Rennes 2 Haute-Bretagne, 1997.