Logo ={0} - Retour à l'accueil

Ensemble de deux maisons, 23 rue Emile Burgault ; 2 ruelle de la Porte Notre-Dame (Vannes)

Dossier IA56006734 inclus dans Rue Notre-Dame ou de la Porte-Neuve, puis rue de la Préfecture, puis rue de l'Hôtel de Ville, actuellement rue Emile Burgault (Vannes) réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiéesboutique
Dénominationsmaison
Aire d'étude et cantonVannes
AdresseCommune : Vannes
Adresse : 23 rue Emile, Burgault, 2 ruelle de la
Porte Notre-Dame
Cadastre : 1807 I3 902 ; 1844 K8 1600 ; 1980 BR 342

Ensemble de deux corps adossés à l'enceinte et au bastion Notre-Dame, correspondant à deux maisons reliées entre elles par une cage d'escalier commune réalisée, d'après la typologie du degré, dans la deuxième moitié du 18e siècle. L'épaisseur des murs de chaque maison montre qu'elles ne sont pas édifiées en même temps et qu'elles sont séparées d'abord par un espace libre avant d'être réunies par une cage d'escalier. Cette dernière ne dessert la maison d'angle qu'à partir du deuxième niveau, le premier étage de la maison étant desservi par un autre escalier qui part de la boutique.

Concernant la maison d'angle, des éléments encore en place sur la façade et à l'intérieur : colonne d'angle surmontée d'un chapiteau, vestiges polychromes d'encadrements d'une ouverture et vestige d'étal de boutique, arc-brisé de la porte du mur ouest dans la boutique intérieure, cheminée du premier étage, indiquent la présence d'un édifice ancien pouvant remonter au 15e siècle. L'enduit actuel des façades dissimule de plus une structure ancienne en pan de bois avec coyer d'angle pour soutenir son avancée. L'absence de cette maison dans le rentier ducal de 1455-1458, car construite sur le fief de l'évêque, ne nous permet pas de vérifier l'existence d'une construction à cette date et d'en connaître les propriétaires. Peut-être s'agit-il du corps de garde de la porte du Bali située à cet endroit.

Concernant le corps postérieur dont les caractéristiques architecturales sont moins anciennes, il peut avoir été construit après l'acte d'afféagement du bastion qui remonte à 1663 d'après les textes.

Pour compenser la différence de niveau entre les deux édifices, le corps postérieur et la cage d'escalier sont bâtis en légère surélévation correspondant pour la maison d'angle au plafond de son sous-sol accessible depuis la boutique. Le premier étage de ce corps postérieur communique avec un petit édifice construit au 17e siècle sur le bastion par un passage vouté ancien creusé dans le mur d'enceinte. Depuis cet endroit, on peut observer encore en place les machicoulis anciens du mur d'enceinte élevé avant la construction du bastion.

En saillie sur la façade nord, on distingue le conduit des anciennes latrines qui est resté ouvert à l'intérieur de l'appartement du dernier étage. Ce dernier niveau communique par un escalier droit en bois passant au-dessus de la cage d'escalier avec l'étage de comble de la maison d'angle et montre une charpente composée de trois fermes étrésillonnées longitudinalement en croix de Saint-André.

La structure de la couverture actuelle des parties postérieures témoigne de divers changements confirmées par la charpente du comble modifiée donnant sur la ruelle.

Les documents d'archives du 18e siècle attribue la propriété de cette maison, avec le bastion qui en dépend, à Marie Andrée et Marguerite Jeanne Nouvel qui la vendent à Jean-Nicolas Galles imprimeur et libraire à Vannes en 1759. Elle figure au 19e siècle sur le plan cadastral de 1807, parcelle 902 (section I3) et sur la parcelle 1600 (section K8) du cadastre de 1844 comme appartenant à cette époque à Jean-Marie Penpenic.

Les matrices cadastrales des propriétés bâties de 1882-1909 indique en 1881 pour cette parcelle une construction neuve, maison et atelier, édifiée pour Angélique Blanchard sur l'emplacement du hangar de la cour postérieure de la maison visible sur le plan cadastral de 1844. Ce qui explique aujourd'hui la division de parcelle.

Période(s)Principale : 15e siècle
Principale : 3e quart 17e siècle
Principale : 2e moitié 18e siècle
Auteur(s)Personnalité : Penpenic Jean-Marie propriétaire attribution par source
Personnalité : Nouvel Marie-Andrée propriétaire attribution par source
Personnalité : Galles Jean-Nicolas propriétaire attribution par source

Ensemble de deux corps de bâtiments adossés à l'enceinte édifiés sur une parcelle d'angle en alignement de rue avec à l'origine une cour postérieure comprenant une remise. Les deux corps reliés entre eux par une cage d'escalier centrale comprennent 3 étages carrés pour le corps d'angle avec boutique en rez-de-chaussée et sous-sol en demi-étage et 2 étages carrés pour le corps postérieur.

Le corps postérieur et la cage d'escalier sont bâtis en légère surélévation correspondant pour la maison d'angle au plafond de son sous-sol accessible depuis la boutique. L'ensemble montre un plan en L par le retour du corps postérieur fait sur la ruelle Notre-Dame. L'ensemble est desservi par un escalier à jour central qui se situe entre les deux corps. Le corps postérieur moins élevé communique par un escalier droit avec l'étage de comble du corps d'angle. Présence de cheminées sur mur gouttereau et sur murs de refend dont deux sont encore en place.

Mursgranite moellon enduit
pierre de taille
pan de bois
Toitardoise
Étages3 étages carrés, 2 étages carrés, sous-sol, étage de comble
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
croupe
noue
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier tournant à retours avec jour en charpente
escalier de distribution extérieur : escalier droit en maçonnerie
escalier dans-oeuvre : escalier droit
Typologiesen alignement de rue, parcelle d'angle
Techniquessculpture

Cet ensemble composé de deux corps de logis construits sur le fief de l'évêque à des époques différentes reste difficile à comprendre et à dater précisément. Leur localisation à proximité de l'enceinte, de même que la structure en pan de bois du corps d'angle font tout leur intérêt que le rentier ducal de 1455 aurait pu préciser.

Statut de la propriétépropriété privée
Intérêt de l'œuvreà signaler
Sites de protectionsecteur sauvegardé

Annexes

  • Vente, 1759

    A. D. Morbihan 6E 23 : 10 décembre 1759 : Vente passée entre Dlles Marie Andrée et Marguerite Jeanne Nouvel filles majeures demeurant rue Saint-François paroisse St Pierre au Sr Jean-Nicolas Galles imprimeur et libraire de cette ville de Vannes et Dlle Jacquette Françoise Bertain son épouse demeurant près la place du Marché paroisse du Mené de la maison étant dans le cul de sac de la rue Notre-Dame de cette ville avec le bastion ou éperon en dépendant dont jouit actuellement le Sr Danjan maître de danse aux fins de ferme fait sous seing privé du 27 février 1749, la grande boutique au coin avec l´arrière boutique, et une chambre affermée au Sr Pierre Gauthier coutelier par acte aussi sous seing privé du 20 juin 1755, la petite boutique joignant avec deux chambres et deux greniers occupés par les Dlles Bobes aux fins de ferme verballe et une troisième boutique avec deux chambres et un grenier aussi occupée par le nommé Huidal maître cordonnier encore aux fins de ferme verballe avec leurs appartenances, servitudes et dépendances, le tout situé sur et près la rue Notre-Dame susdite paroisse du Mené, le tout pour et en faveur de la somme de 3900 £ sous forme de rente constituée à hauteur de 195 £/an. Les héritages susvendus sont actuellement en très mauvais état, les dits acquéreurs pourront faire les changements comme bon leur semble. Les Dlles vendresses ont présenté l´acte d´afféagement dut dit bastion fait par H.H. Antoine de Thonneus Sr de la Rivière devant Le Thieis et Gobé le 20 juillet 1663.

  • Prise de possession, 1759

    A. D. Morbihan 6E 23 : 31 décembre 1759 : Prise de possession à la requête du Sr Marc Bertain jardinier et du Sr Jean Nicolas Galles (le jeune) imprimeur et libraire demeurant séparement en cette ville de Vannes paroisse Saint Salomon et du Mené, nous nous sommes transportés jusqu´au haut de la rue Notre-Dame vis-à-vis d´une grande maison couverte d´ardoises régnant depuis le cul de sac de la rue Notre-Dame jusqu´à la première porte de ville ayant ses ouvertures et vues tant sur le dit cul de sac que sur la dite rue consistant en trois boutiques, arrières boutiques, chambres, greniers et servitudes, étant rentrés nous avons rencontrés Pierre Gaulthier coutelier, Henry Huidal maître cordonnier et les Dlles Bobes lingères, sommes ensuite entrés dans la maison voisine étant dans le cul de sac de la rue Notre-Dame dont est actuellement fermier le Sr Danjan maître de danse, où étant sommes entrés dans tous les appartements dans le jardin derrière et de là sur le bastion régnant le long de la longère de la dite maison et sur la première porte de ville jusqu´au niveau du pignon d´une maison située dans le boulevard appartenant à la veuve Sencier.

  • Sources iconographiques

    20075605802NUCA : Bibliothèque de Rennes-Métropole

    20055600532NUCA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 88/1.

    19975601182X : Archives municipales de Vannes, 21 Fi.

    20095605123NUCA : Archives départementales de Vannes, 3 P 297/22.

    19975601191XB : Archives municipales de Vannes

    20015604207NUCA : Archives départementales du Morbihan, 3P 593.

    20015600254XA : Archives départementales du Morbihan, 1 Fi 315/5.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Morbihan 6E 23 : 10 décembre 1759 : Vente passée entre Dlles Marie Andrée et Marguerite Jeanne Nouvel filles majeures demeurant rue Saint-François paroisse St Pierre au Sr Jean-Nicolas Galles imprimeur et libraire de cette ville de Vannes et Dlle Jacquette Françoise Bertain son épouse demeurant près la place du Marché paroisse du Mené.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 23
  • A. D. Morbihan 6E 23 : 31 décembre 1759 : Prise de possession à la requête du Sr Marc Bertain jardinier et du Sr Jean Nicolas Galles (le jeune) imprimeur et libraire demeurant séparement en cette ville de Vannes paroisse Saint Salomon et du Mené.

    Archives départementales du Morbihan : 6E 23