Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale (Saint-Samson-sur-Rance)

Dossier IA22132211 réalisé en 2014

Fiche

L'église reconstruite en 1740 par l'architecte malouin Michel Marion, est représentative du style dépouillé de ce dernier qui conçoit ici un édifice modeste mais très largement éclairée. A l'origine, un enduit de chaux blanche lui donnait un aspect différent et sans doute plus élégant tant à l'extérieur qu'à l'intérieur mettant en valeur les pierres de taille aux encadrements des baies et aux chaînages d'angles.

Vocables Saint Samson
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-Samson-sur-Rance

S. Sansonis juxta Lvetum, vers 1330, ecclesia S.Samsonis de Lyveto, 1396; S.Sanson juxta Livet, fin 14e siècle, la Chapelle Sainct Samson, 1472.

Sous l'Ancien Régime, la paroisse de Saint Samson était une enclave du diocèse de Dol dans celui de Saint-Malo. Les premières mentions d'une église dédiée à Saint Samson apparaissent au 14e siècle. Elle était située en bordure de la Rance, face au village du Lyvet.

Un aveu de 1583, au seigneur de la Garaye mentionne Estienne Artur, sieur des Vallons pour la maison et métairie de Livet située en la Chapelle Saint-Samson. Ce document donne une description des lieux et mentionne au-devant du Lyvet (Petit Lyvet), une pièce de terre avec une chapelle abandonnée : « La pièce de terre au devant desdites maisons appelée le clos des Chapelles, le clos Thibault, entre les deux dernières pièces, il y a un petit canton de terre où il y a une masure d'une chapelle... ». D'autres sources mentionnent sa destruction en 1609 et la construction d'une nouvelle église au village de la Chapelle qui deviendra le centre administratif de la commune.

En 1734, le conseil de fabrique décide de sa reconstruction et de faire appel à l'architecte Michel Marion de Saint-Malo. L'église est consacrée le 30 octobre 1740.

Parmi les beaux éléments du mobilier, signalons une vierge à l'enfant du 17e siècle, qui reprend les modèles des ateliers du Maine et un lutrin du 18e siècle représentant le pélican nourrissant ses petits.

Période(s) Principale : 18e siècle
Secondaire : 19e siècle
Dates 1740, daté par travaux historiques
Auteur(s) Auteur : Marion Michel

Église de plan en croix latine à un seul vaisseau couverte d'une voûte en lambris. Maître-autel adossé contre la sacristie. Clocher en bas de nef. Campanile surmonté d'une toiture en carène. Les maçonneries étaient enduites à l'origine tant à l'extérieur qu'à l'intérieur. La façade d'une grande sobriété est cantonnée de deux pyramidons. De grandes et hautes fenêtres éclairent la nef, le chœur et la sacristie. Une porte en réemploi est visible à l'est.

Murs granite moellon
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Statut de la propriété
Protections
Précisions sur la protection

Le lutrin en bois, présent au fond de la nef, est classé Monument Historique depuis 1956.

Références documentaires

Bibliographie
  • MONIER M.E. Châteaux, manoirs et paysages ou quinze promenades autour de Dinan. Mayenne : Joseph Floch, 1975 (nouvelle édition revue et augmentée).

  • LEMASSON Auguste, abbé. Histoire du Pays de Dinan de 1789 à 1815. Le Pays de Dinan : Dinan, 1989

  • OLIER, Ronan - TANGUY, Bernard. Dictionnaire des noms de communes, trèves et paroisses des Côtes-d'Armor : origine et signification. ArMen - Le Chasse-Marée, 1992, 404 p.

Périodiques
  • "1638 : Manoirs et Colombiers à Taden et Saint-Samson"

    Archives Privées

Liens web