Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Pierre Saint-Paul, rue du Presbytère (Kergrist)

Dossier IA00009860 réalisé en 1986

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • enclos

L'église paroissiale Saint-Pierre Saint-Paul est une ancienne chapelle tréviale, rattachée à la paroisse de Neulliac. L'église obtient le statut d'église paroissiale après la Révolution, lorsque Kergrist devient une commune autonome. Les premières inscriptions faisant références à l’édifice datent de 1747 et de 1782. Toutefois, il semble que l'église soit mentionnée comme « Église de Sainte Croix » par Alain de Rohan en 1205.

Comme de nombreuses églises ou chapelles tréviales de Bretagne, l'église Saint-Pierre Saint-Paul, était à l'origine composé d'un enclos paroissial. Les enclos paroissiaux sont majoritairement composés d'une enceinte, d'un ossuaire, d'un calvaire et d'un cimetière. Les plus riches possèdent également une porte monumentale. Tous ces éléments ont pour objectif de rappeler l'importance du salut de l'âme. Les enclos paroissiaux apparaissent dès le Haut Moyen-Age sous la forme de petit enclos. Ces enclos permettent de protéger les sépultures des animaux vivant en liberté dans le bourg. L'accès à ces enclos se faisait par une porte principale fermée par une grille mais également par des échaliers. Les échaliers sont des dalles posées à champs qu'un humain peut enjamber contrairement aux animaux.

Les enclos paroissiaux sont construits à partir des finances des paroissiens. Plus ils sont riches, plus les enclos s'embellissent. Aux XVIe et XVIIe siècle, une période de prospérité économique dû à l'industrie toilière et aux commerces des draps permet à de nombreuses paroisses d'agrandir leurs enclos paroissiaux. Certaines paroisses édifient des éléments architecturaux de prestige : porte monumentale, ossuaire et calvaire soigneusement sculptés. Une véritable concurrence entre les différentes paroisses de Bretagne s'instaure jusqu'à l'effondrement du commerce de la toile au XVIIIe siècle où l'aménagement des enclos s'estompent.

Aujourd'hui, peu d'exemple complet sont encore visible sur le territoire de la Bretagne. Beaucoup d'enclos ont été modifié aux XIXe et XXe siècle.

De l'enclos paroissial de l'église de Kergrist ne subsiste qu'une bande végétale rappelant les limites de l'espace sacré. L’ossuaire autrefois installé sur le mur sud-ouest auprès du porche, a été supprimé dans la première moitié du XIXe siècle. Cet ossuaire permettait de vider le cimetière lorsque celui-ci ne pouvait plus accueillir de nouvelles sépultures. Le cimetière de l'église ainsi que sa croix monumentale ont été déplacé plus tardivement. Ils sont déplacés en dehors du bourg en 1925 .

Vocables Saint-Pierre, Saint-Paul
Parties constituantes non étudiées enclos
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Pontivy Communauté
Adresse Commune : Kergrist
Adresse : rue du presbytère
Cadastre : 1035 A4 514

Vocable Saint-Pierre-Saint-Paul. Chœur et parties sud partiellement 16e siècle. Transept nord et nord du chœur 1747. Nef et sacristie (?) 1782. Partie ouest 1894. Agrandissement de la sacristie en 1897.

Ancienne église tréviale de Neulliac, édifice antérieur mentionné en 1205. Inscription mur sud : " MISSIRE C. THEPAULT RR MISSIRE GAUDREN CURE LOUIS ANDRE FABRIQUE 1782 ". Inscription en breton mur ouest, de la tour : " ME ZRIEDT EZOU EN DOAR ME FEN EZOU EN NEAN ELCE TREMAHA DOUE SAHUET OL HOU CINEAN 1894 CAREL R SERVEL P DENMAT TR FRABOULET M. ".

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle
Principale : 4e quart 19e siècle
Secondaire : 16e siècle
Dates 1747, porte la date
1782, daté par source
1894, daté par source

L'ancienne chapelle tréviale Saint-Pierre Saint-Paul de Kergrist se situe aux intersections des voies principales du bourg qui s'est développé en arc de cercle autour de l'édifice. L'église possède un plan en croix latine. Cet édifice du XVe - XVIe siècle est modifiée à de nombreuses reprises. Les différents travaux réalisés au XIXe siècle, rendent la lecture des strates plus anciennes difficile. Le XIXe siècle est marqué par un renouveau de la foi et par l'accroissement de la population. Ces phénomènes ont entrainé l'agrandissement et/ou la restauration d'un certain nombre d'églises, ainsi que dans plusieurs cas la reconstruction complète de l'édifice.

L'église de Kergrist est élevée avec un bel appareil de granit qui donne une homogénéité aux différentes façades de l'édifice et ce malgré plusieurs chantiers d'agrandissement réalisés entre le XVIIe et le XIXe siècle. Cette homogénéité est toutefois relative. A noter dans l'angle du bras du transept sud, une maçonnerie marquée par les différents remaniements: ajout d'un porche en maçonnerie de schiste en 1747, destruction de l'ossuaire au XIXe siècle, modification d'une baie.

Parmi les transformations notables de l'église, il est intéressant de souligner l'aménagement du chœur. Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le mur fermant le chevet plat est percé pour y insérer une demi-tour ronde. Cet espace accueil un calvaire sur un socle reproduisant le rocher du Golgotha. Cet aménagement qui s’apparente à une grotte est éclairé par une lumière zénithale provenant d'une verrière. Cette lumière vient renforcer l'effort de mise en scène. Ce nouvel espace fit grande impression comme en témoigne une description rédigée lors du compte-rendu du pardon de 1869 : "... la grotte du maître-autel avec son beau Christ, ses statues de la Vierge et de Saint-Jean au pied de la croix, ses anges adorateurs, entremêlées de fleurs de la plus grande fraîcheur;"

Autre modification notable: la tour clocher. Les travaux de celle-ci ont débuté en 1893 et se sont achevés en août 1894 par la bénédiction des cloches. La tour clocher a été construite à l'aide de l'argent de la fabrique et du recteur de Kergrist, Carel Joseph qui ajoute aux 19 000F des paroissiens, 6 000F. De style néo-gothique, la tour clocher a été édifié par M. Le Trouher sur les plans de l'architecte Bubry qui s'est vu retiré le projet.

Murs granite
schiste
pierre de taille
moellon
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Couvrements voûte en berceau
Couvertures flèche en maçonnerie
toit à longs pans
noue
pignon découvert
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Bibliographie
  • Marchand Michel, "Kergrist au XIX° siècle", Éditions Véronique De Laboulaye, 2016.

  • DECENNEUX Marc, MINGANT Daniel. La Bretagne des enclos et des calvaires.Rennes : Editions Ouest-France, Edilarge, 2001.

(c) Inventaire général (c) Inventaire général ; (c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Pontivy Communauté - Ducouret Jean-Pierre - Guéguen Stéphanie - Bourgault Marine