Logo ={0} - Retour à l'accueil

Eglise paroissiale Saint-Ouen (Saint-Ouen-la-Rouërie fusionnée en Val-Couesnon en 2019)

Dossier IA35049715 inclus dans Le village de Saint-Ouen-la-Rouërie (Saint-Ouen-la-Rouërie fusionnée en Val-Couesnon en 2019) réalisé en 1993

Fiche

Á rapprocher de

VocablesSaint-Ouen
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonPays de Fougères - Antrain
AdresseCommune : Val-Couesnon
Lieu-dit : Saint-Ouen-la-Rouërie
Cadastre : 1985 AB 80
Précisionscommune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Saint-Ouen-la-Rouërie

Placée sous les patronages de saint Ouen, saint Nicolas et saint Lunaire, l'église actuelle est construite à la fin du 19e siècle en remplacement d'une autre, ancienne, de style roman, située à proximité, devenue trop vétuste et trop petite pour accueillir toutes

les paroissiens. Les travaux de construction s'étalent sur environ sept années. À la fin du chantier en 1887, les finances ne sont plus suffisantes pour ajouter une flèche à la tour déjà haute d'une vingtaine de mètres. L'intérieur est éclairé par des verrières exécutées par des maîtres verriers d'Angers et données dès 1886 par les paroissiens.

L'ancienne église datait de 1661, elle comprenait une nef, un choeur et un transept. Elle était dédiée dès le 11ème siècle à saint Ouen, archevêque de Rouen. De l'édifice primitif subsistait jadis toute la côtière septentrionale de la nef ; trois baies romanes, sans aucune ornementation, s'y dessinaient dans le plein de la muraille et témoignaient de sa haute antiquité. Le reste du temple était beaucoup plus moderne ; c'était un vaisseau en forme de croix latine. Le transept du Nord présentait la date de 1645 et celui du Sud celle de 1661. Le choeur était en partie de 1768, la grande porte occidentale de 1775, et la sacristie, simulant extérieurement une abside, de 1804. On remarquait en cette église l'intertransept, surmonté d'une voûte surbaissée dont les arêtes étaient formées par des pierres plates en granite, sans arcs doubleaux. C'est sur cette voûte que reposait le clocher. Le retable du grand autel, qui est en bois, est remarquable par son tabernacle, qui doit être une oeuvre du 16ème siècle. Il est à cinq pans, et chacun d'eux est orné d'une petite statuette. Sur la face antérieure et sur la porte du tabernacle est Notre-Seigneur Jésus-Christ, tenant un globe dans la main et semblant évangéliser. A droite et à gauche, l'apôtre saint Jean et un autre apôtre qui n'est pas bien caractérisé. Enfin, sur les deux côtés, les apôtres saint Pierre et saint Paul.

Le sire de Combourg se fit maintenir en 1696 dans la possession de son droit de seigneur supérieur en l'église de Saint-Ouen-la-Rouërie, mais les autres prééminences y appartenaient au seigneur de la Rouairie. Aussi fut-ce dans le sanctuaire de Saint-Ouen que furent successivement inhumés Guillaume Tuffin, seigneur de la Rouairie, décédé vers 1574 ; Marie Tuffin, dame de Vaugarny, décédée en 1627 ; Gilles Tuffin, décédé en 1628, à l'enterrement duquel fut donné beaucoup d'argent et de serge noire aux pauvres de la paroisse ; Jean Tuffin, prêtre et seigneur de la Motte, décédé à la Rouairie en 1681 ; Honoré Tuffin, comte de Cornet, décédé en 1696, etc. On y déposa aussi en 1754 le coeur de Jacques Tuffin, seigneur de la Rouairie, décédé à Rennes, et en 1783 le corps d'Auguste Tuffin de la Rouairie, chanoine de Rennes, mort à la Choltais, en Antrain.

Plusieurs confréries existaient jadis en l'église de Saint-Ouen-la-Rouërie : celle du Rosaire y fut établie le 18 mai 1625 par les Dominicains de Bonne-Nouvelle, à la requête du recteur Jacques Houitte et de ses prêtres, alors au nombre de onze ; celles des Cinq-Plaies de Notre-Seigneur et de Notre-Dame y sont signalées en 1690. Beaucoup de fondations de messes existaient à la même époque en cette église, ce qui explique le grand nombre de prêtres qui y officiant alors.

Les armes des seigneurs de la Rouërie se lisaient jadis sur une litre extérieure et intérieure de l'ancienne église : ces seigneurs avaient aussi autrefois un enfeu dans le choeur et leurs armes sur les vitres. Les fonts baptismaux de l'église actuelle datent du 16ème siècle. Les trois cloches proviennent de l'ancienne église. La tabernacle date du 16ème siècle : il présente cinq faces ornées de statuettes. L'église abrite des statues de saint Nicolas et saint Ouen (18ème siècle)

L'église actuelle construite tout près de l'ancienne a été édifiée suivant les plans de l'architecte Mellet et terminée sous la direction de Prioul architecte à Fougères en 1887.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1887, porte la date
Auteur(s)Auteur : Mellet Jacques architecte
Auteur : Prioul (architecte)

Plan en croix latine, voûte d'ogives, clocher-porche, chevet à pans coupés.

Mursgranite
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Étages3 vaisseaux
Couvrementsvoûte d'ogives
Élévations extérieuresélévation à travées
Couverturestoit à longs pans
appentis
pignon couvert
noue
Escaliersescalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
Typologiesclocher-porche, chevet à pans coupés

Fichier Bourde de la Rogerie : 00450 : reconstruction des côtés du choeur en 1767 par l'entrepreneur François Bazin ou Basin. 05538 : devis de construction des deux chapelles du transept en 1747 par Claude Le Neveu, sieur de La Crière, architecte d'Avranches.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • Archives départementales, Ille-et-Vilaine

    19933500911XB : Archives départementales, Ille-et-Vilaine, 6 Fi.

Références documentaires

Documents figurés
  • 4132. St-Ouen de la Rouërie (I.-et-V.) - Intérieur de l'église. Carte postale, Rennes : E. Mary-Rousselière, édit. [s. d.]. (A.D. Ille-et-Vilaine, 6 Fi).

Bibliographie
  • BADAULT, Dominique. CHEVRINAIS, Jean-Claude. ANTRAIN et son canton. Chronique de la vie quotidienne 1880-1950. Editions Danclau, 1996.

  • BANÉAT, Paul. Le département d'Ille-et-Vilaine. Histoire, Archéologie, Monuments. Rennes : J. Larcher, 1927 ; reprint, Mayenne : Editions Régionales de l´Ouest, 1994.

    t. 4, p. 61-62
  • GUILLOTIN DE CORSON, Amédée. Pouillé historique de l'archevêché de Rennes. Rennes : Fougeray, Paris : René Haton, 1883, 1884, 1886.

    t. 6, p. 207-212
  • Bourde de la Rogerie, Henri. Fichier artistes, artisans, ingénieurs... en Bretagne. Rennes : APIB, 1998.

    n° 00450, 05538 Région Bretagne (Service de l'Inventaire du patrimoine culturel)
  • Le patrimoine des communes d'Ille-et-Vilaine. Paris : Flohic Editions, 2000. (Le patrimoine des communes de France).

    p. 72