Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Martin, place de l'Eglise (Landévant)

Dossier IA56007539 réalisé en 2010

Fiche

  • Vue générale est
    Vue générale est
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • croix monumentale
    • monument aux morts
Vocables Saint-Martin
Parties constituantes non étudiées croix monumentale, monument aux morts
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Ria d'Etel - Pluvigner
Adresse Commune : Landévant
Adresse : place de l' Eglise
Cadastre : 1837 G2 419, 420 ; 2010 ZV 61

La première église remontait au 15e siècle selon Ogée : une inscription tronquée remployée dans le mur sud mentionne : Lan Mil Quatre Cents quatre (vingt ?). Cette date de la fin du 15e siècle peut être reliée à celle de 1512 incrite sur une sablière déposée que Rosenzweig a vu chez l'aubergiste Couppé : on apprend que le clocher fut achevé en 1512 par François Lorans. Les autres dates mentionnées par Rosenzweig et Du Halgouet figurant en remploi, 1422 et 1413, n'ont pas été retrouvées. Le Méné atteste que l'ancienne église possédait trois nefs, le collatéral nord, seul pavé dédié à saint Martin ; la nef était plus courte que les bas-côtés. La corniche extérieure était sculptée des sept péchés capitaux : peut-être les sculptures fantastiques insérées en remploi dans l'édifice actuelen sont-elles des vestiges. La nouvelle église est érigée en 1834 selon la date portée sur le pignon du chevet. Le devis de construction établi le 30 décembre 1833 se monte à 15000 francs. Il ne comprenait pas le clocher pour lequel un nouveau devis de 14000 francs fut établi en 1842. Faute de subsides, celui-ci n'aboutit pas et un nouveau plan dressé par l'ingénieur-voyer Louis Marsille en 1854 est effectué en 1855 par l'entrepreneur Léon. La sacristie est contemporaine de l'église. Le terrain en pente a cependant obligé à la construction d'un contrefort au nord, près du clocher peut-être à la fin du 19e siècle. Le porche sud détruit pendant la deuxième Guerre mondiale a été reconstruit vers 1950. Sur un soubassement daté 1812 et redaté 1872 peut-être déplacé après la reconstruction de l'église, une croix de bois est érigée 1920, date portée sur le socle. En pendant, on construit le monument aux morts à peu près à la même date.

Période(s) Principale : milieu 19e siècle
Principale : 15e siècle , (détruit)
Dates 1834, porte la date
1855, daté par source
1812, porte la date
1872, porte la date
Auteur(s) Auteur : Marsille Louis, architecte voyer, attribution par source
Auteur : Léon, entrepreneur, attribution par source

Edifice homogène, l'église est construite en moellon enduit suivant un plan en croix latine. Le massif occidental en léger ressaut sur la nef est construit en pierre de taille pour l'élévation ouest qui contraste par une forte structuration avec l'austérité des autres façades de l'édifice. Dans cette élévation à trois travées, la travée centrale est soulignée par un fronton triangulaire surmontant la porte en plein cintre encadrée de pilastres, une disposition que l'on retrouve sur les quatre faces de la base du clocher. Les vaisseaux sont couverts d'une charpente en berceau lambrissé ; les entraits apparents dans la nef masquent en fait des tirants en fer vus par Danigo en 1983. De nombreuses sculptures sont remployées de l'ancienne église : sur le chevet au dessus de la date de 1834 protégée par un larmier deux blasons ronds aujourd'hui lisses en alliance dans une couronne d'ordre ; sur les rampants du chevet, les vestiges d'un animal (marin ?) non identifié. Une sacristie d'axe en rez-de-chaussée est acolée au chevet.

Murs granite
enduit
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan en croix latine
Étages 1 vaisseau
Couvrements lambris de couvrement
Couvertures flèche en maçonnerie
toit à longs pans
pignon découvert
noue
croupe
Typologies style des ingénieurs, sacristie d'axe
Techniques sculpture
Représentations armoiries animal fantastique
Précision représentations

Eléments sculptés insérés en remploi au nord et à l'est de l'édifice.

Eglise relevant du style des ingénieurs au clocher sans doute influencé par l'architecture lorientaise.

Statut de la propriété propriété publique

Annexes

  • 20095606147NUCB : Archives communales de Landévant

    20105607229NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi. Landaul.

    20105601785Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_30/13. Eglise paroissiale.

    20105601783Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_30/11. Eglise paroissiale.

    20105601784Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_30/12. Eglise paroissiale.

    20105601786Z : Service de l'Inventaire du patrimoine culturel de Bretagne, 097_56_69_bande_30/14. Monument aux morts.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A. D. Morbihan. Série O. Administration communale. 2O 97/798. 1808-1912. Landévant. Travaux communaux.

  • Archives communales de Landévant. Plans cadastraux, 1837.

  • DU HALGOUET, Hervé, Notes archéologiques sur le département du Morbihan. A.D. Morbihan.

    p. 205
Bibliographie
  • DANIGO, Joseph. Eglises et chapelles du pays de Lanvaux. Vannes, 1983.

    p. 154-157
  • LE MENÉ, Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes. Vannes, Galles, 1891-1894.

    p. 392-393
  • OGEE, Jean-Baptiste. Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, nouvelle édition augmentée par Marteville et Varin. Rennes, 1843.

    p. 434
  • ROSENZWEIG, Louis. Répertoire archéologique du département du Morbihan Paris, 1863.

    Col. 46
Périodiques
  • ROBINO, Pierre. Landévant et Landaul. Société d´Histoire et d´archéologie du pays de Lorient. Bulletin n°37. 2008-2009.