Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale Saint-Guénin, place de l'Eglise (Guénin)

Dossier IA56001633 inclus dans Village de Guénin réalisé en 2002

Fiche

  • Vue générale sud
    Vue générale sud
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • enclos
    • portail
    • fontaine de dévotion
    • monument aux morts
    • calvaire
VocablesSaint-Guénin
Parties constituantes non étudiéesenclos, portail, fontaine de dévotion, monument aux morts, calvaire
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonBaud - Baud
AdresseCommune : Guénin
Adresse : place de l'
Eglise
Cadastre : 1829 K1 273 ; 1987 AA 36

L'église paroissiale a été construite en 1773 ainsi que l'atteste l'inscription du mur sud de la nef : "1773, CETTE EGLISE A ETE BATIE DU TEMPS DE M JEAN GUYOMARD TRESORIER LA PREMIERE PIERRE FUT POSSEE LE 13 AVRIL ET ELLE FUT BATIE EN UN AN PRIEZ DIEUX POUR VOS PERES". Elle a été bénie le 13 mars 1774. Une autre date est portée sur une pierre de remploi à côté d'un blason bûché : 1612 ; cette pierre provient probablement de l'église ancienne sur l'emplacement de laquelle a été construite celle de Saint-Guénin. Les armes sculptées sur la façade occidentale de l'église, également peintes sur le tableau de la nef (le Christ de Pitié), sont celles de la famille Martel, seigneurs de Ténouel (ou Ténuel) ; il s'agit d'un blason d'or à trois marteaux de sable ; les deux autres blasons présents sur les murs extérieurs de l'église sont bûchés et donc illisibles. L'horloge du clocher a été achetée à la maison Lussault de Vienne sur décision du conseil municipal en 1924. En 1980, une restauration de l'ensemble de l'église est entreprise ; les travaux débutent par la réfection de la couverture. Autour de l'église, le mur de l'ancien cimetière a été conservé ainsi que le calvaire du 17e siècle.

Période(s)Principale : 3e quart 18e siècle
Secondaire : 1er quart 17e siècle
Dates1612, porte la date
1773, porte la date

Eglise paroissiale en pierre de taille de granite de plan en croix latine avec chevet et bras du transept polygonaux. La sacristie à étage a été construite dans le prolongement de l'abside. Le porche occidental est surmonté d'un clocher. Au quatrième niveau, la flèche pyramidale, reposant sur un tambour octogonal, est construite en retrait et cernée d'une balustrade à pinacles.

Mursgranite
pierre de taille
Toitardoise
Plansplan en croix latine
Couvrementsfausse voûte en berceau plein-cintre
Couverturestoit à longs pans
croupe
croupe polygonale
noue
Typologiesclocher-porche
États conservationsrestauré
Techniquessculpture
Précision représentations

La porte occidentale s'ouvre à l'ouest entre deux séries de pilastres surmontés d'un fronton triangulaire à oeil de boeuf. Le second niveau du clocher est occupé par une niche concave à console saillante et voûte en coquille prévue pour abriter une statue de saint Guénin (aujourd'hui sous le porche). La porte méridionale est également sommée d'un fronton sur pilastres.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • L'église paroissiale Saint-Guénin, datée de 1773, présente une homogénéité à la fois du décor et de l'architecture particulièrement remarquable. Les immeubles par destination tels que les ensembles autels, tabernacles, retables et les niches murales, ainsi qu´une grande partie du mobilier, et notamment de la statuaire, sont en effet contemporains de la construction de l´édifice.

    Le courant architectural auquel semble appartenir l´église de Guénin est défini par André Mussat comme « utilitaire ». Initié en Ile-et-Vilaine, il influence particulièrement la construction des simples églises de paroisses rurales dans la 2e moitié du 18e siècle. Les partis adoptés se caractérisent par l´emploi de « formes simples, quasi anonymes » (A. Mussat), rapprochant les édifices religieux de grandes halles (vaisseau unique) et employant, comme à Saint-Guénin, des ouvertures sobres, « dessinées et exécutées avec une grande précision » en arc segmentaire.

    L´église de Saint-Guénin présente cependant une coexistence de cette « architecture neutre » avec une survie des types anciens incarnée par le clocher à flèche et balustrade.

  • A.D. Morbihan, Série V, liasse V464 :

    Inventaire des biens dépendant de la Fabrique paroissiale de Guénin, dressé en exécution de l´article 3 de la loi du 9 déc 1905, effectué par la Direction des Domaines en 1906

    [document non exhaustif]

    Chap 1er : Biens de la Fabrique

    Biens mobiliers

    1) Eglise de Guénin :

    - 14 tableaux chemins de croix, relief plâtre peint

    - 2 confessionnaux bois à 3 compartiments

    - 95 bancs bois châtaigner nef et tribunes

    - 1 Christ en plâtre peint en face la chaire

    - 1 tableau peint, en face la statue de sainte Hélène

    - 2 autres tableaux peints

    - 1 statue représentant sainte Hélène, un socle plâtre

    - une pendule placée au dessous de la statue de la Vierge

    - 14 chandeliers métal avec faux cierges

    - 2 Christs argentés

    - une statuette de la Vierge, hauteur approx 40,30 à l´autel de la Vierge

    - deux statues, plâtre peint, hauteur approximative 0,90, l´une représentant saint Joseph à l´hôtel saint Joseph au-dessus du tabernacle, l´autre représente saint Miébel (?) à l´autel de la Vierge

    - un harmonium

    - une lampe veilleuse de sanctuaire

    - six canons d´autel

    - une nappe d´autel

    - une sonnette

    - deux ciboires métal

    - un catafalque avec accessoires, drap mortuaire et portière

    - dans la sacristie : placard-armoire avec petit meuble

    - deux candélabres

    - deux calices métal

    - quatre fioles-burettes

    - un ostensoir

    - deux bénitiers métal

    - deux encensoirs métal

    - trois croix de procession métal

    - une statue « saint Guénin »

    - une statue « la Vierge »

    - un tapis brodé pour l´autel

    2) vêtements sacerdotaux

    X aubes ; 4 chasubles ; 4 étoles ; 4 manipules ; 4 chapes ; 6 surplis ; 2 écharpes de bénédiction ; 2 voiles pour calice ; 4 costumes d´enfants de choeur ;

    Linges et effets divers à l´usage du culte

    Biens immobiliers

    3) Une maison au bourg de Guénin (4 ouvertures), section K, n°323 ; appartient à la Fabrique depuis 1893

    4) Une maison et dépendances au bourg (10 ouvertures) habitée actuellement par le bedeau,

    section K, n°320, n°321 (bâtiment), n°322 (jardin) ; appartient à la Fabrique depuis 1893

    5) Une métairie dite de l´hermitage, appartient à la Fabrique depuis 1839

    section K, n°700, 701, 702, 703, 774

    6) Biens au Manéguen

    Chap II : Biens de l´Etat, des départements et des Communes dont la Fabrique n´a que la jouissance

    1) L´église de Guénin

    - église construite en pierres, couverte en ardoises

    - un clocher où 2 cloches en bronze et une clochette

    - autel principal en bois sculpté ; deux autels secondaires (transept) aussi en bois sculpté

    - grille de choeur en fer forgé

    - fonts baptismaux en pierre

    - chaire en bois sculpté

    - 2 bénitiers en pierre

    - 6 statues en plâtre peint

    2) Le presbytère et ses dépendances

    K 294 : le presbytère, maison louée à la commune ; K 295 : le presbytère, jardin.

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Morbihan, Série V, liasse V464. Inventaire des biens dépendant de la Fabrique paroissiale de Guénin, dressé en exécution de l´article 3 de la loi du 9 déc 1905, effectué par la Direction des Domaines en 1906.

    p.
  • DU HALGOUET, Hervé, Notes archéologiques sur le département du Morbihan. A.D. Morbihan.

    p.
Bibliographie
  • LE MENE, Joseph-Marie, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, Marseille : Laffitte, 1982.

    p.
  • DUHEM, G., Les églises de France. Morbihan", Paris : Impr.-édit. Letouzé et Ané, 1932.

    p. 53,54
  • OGEE, Jean, Dictionnaire historique et géographique de Bretagne, Mayenne : J. Floch, 1979.

    p.
  • POTIER DE COURCY, Pol, Nobiliaire et armorial de Bretagne, Mayenne : J. Floch, 1970.

    p.
  • MUSSAT, André Arts et cultures de Bretagne : un millénaire, Rennes : Éd. "Ouest-France", 1995.

    p.
  • BONGRAND, N., La peinture religieuse au 17e siècle en Morbihan, Paris, 1981.

    p.