Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Église Paroissiale Saint-André (Saint-André-des-Eaux)

Dossier IA22017269 réalisé en 2010

Fiche

L’absence d’un ancien bourg à Saint-André-des-Eaux peut s’expliquer par la situation particulière de l’ancienne église paroissiale isolée sur une butte circulaire au milieu de prairies inondables, au nord de l’ancien cours de la Rance. Le choix du nouveau site de l’église s’explique par la recherche d’un terrain à l’abri des inondations accessible de manière permanente. Pour la composition de la tour porche, Jules Morvan reprend un thème qui lui est cher et qu’il a déjà utilisé à l’église de Cambout entre 1887 et 1893. Le choix de l’élévation intérieure, un roman éclectique lointainement inspiré de grands modèles bourguignons veut probablement s’inscrire dans la continuité de l’ancienne église romane. L’église a conservé l’intégralité de son mobilier d’origine conçu par Lemesle, de style néogothique comprenant trois autels-retables, une chaire à prêcher et des bancs. On y a remployé plusieurs éléments de mobilier provenant de l’ancienne église : un saint Pierre, un saint André et un saint Jean Baptiste du 17e siècle ainsi qu’une Vierge à l’Enfant de la même époque, un Christ en croix du 18e siècle, ainsi que deux confessionnaux du début du 19e siècle. Les statues de Saint Jean et de Marie Madeleine du début du 16e siècle proviennent de la chapelle de Fontebon dépendant du manoir du Besso. Ces oeuvres en calcaire en haut relief d’applique faisaient partie d’une mise au tombeau.

Vocables Saint-André
Dénominations église paroissiale
Aire d'étude et canton Parc Régional Rance Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Saint-André-des-Eaux
Cadastre : 1983 A3 805

L´église paroissiale de Saint-André-des-Eaux est conçue en 1894 par Jules Morvan, architecte diocésain, à l´initiative du recteur Hippolythe Durand ainsi que le rappelle l´épitaphe située à l´entrée de la nef.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1894, porte la date
Auteur(s) Auteur : Morvan, architecte, attribution par travaux historiques

De plan allongé à trois vaisseaux, elle est terminée par un chevet plat orienté au nord. Son gros oeuvre est en pierre de taille de calcaire coquillier tandis que les encadrements de ses baies et les chaînages des angles sont en granite bleu probablement du Hinglé. Les cinq travées de la nef sont rythmées par des arcs doubleaux en pierre de taille qui reposent sur les tailloirs des piles monolithes par l´intermédiaire de colonnettes. Ces mêmes travées sont marquées dans les collatéraux par des arcs diaphragmes qui reposent sur des culots sculptés. Le revers de la tour porche présente une tribune accessible par une vis d´escalier.

Murs granite
falun
moellon
pierre de taille
Toit ardoise
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvertures flèche en maçonnerie
toit à longs pans
pignon découvert
Escaliers escalier intérieur : escalier en vis sans jour
Techniques vitrail
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • 20102211942NUC : Musée de la Grande Vigne (Dinan)

    19802202915ZMI : Archives départementales des Côtes-d'Armor

Liens web