Logo ={0} - Retour à l'accueil

Église paroissiale de la Nativité de Notre-Dame dite Notre-Dame des Flots (Etel)

Dossier IA56002155 inclus dans Bourg d'Etel réalisé en 2005

Fiche

Dossiers de synthèse

Œuvres contenues

VocablesNativité de Notre Dame
Appellationsdite Notre-Dame des Flots
Parties constituantes non étudiéesparvis
Dénominationséglise paroissiale
Aire d'étude et cantonRia d'Etel - Belz
AdresseCommune : Etel
Lieu-dit : le Bourg
Cadastre : 2005 AK 147

A l'origine Etel dépendait de la paroisse d'Erdeven et ne disposait d'aucun lieu de culte. Les fidèles devaient se rendre à l'église d'Erdeven ou dans la chapelle voisine de Saint-Germain (actuelle commune d'Erdeven). Aussi vers 1830 on se préoccupa d'édifier à Kerévin une chapelle de secours. Suivant les plans et l'estimation de l'architecte Lussault de Lorient, l'adjudication des travaux de construction fut emportée par Rouxel et Quennec en avril 1835 (Danigo, 1986). Dès 1845 il est question de réparations importantes à la chapelle, notamment du remplacement partiel de la couverture en cuivre réalisée par Chalmé fondeur à Lorient, dont la tenue dans le temps n'est pas satisfaisante (AD56, 2O 54/5). La chapelle devient église paroissiale le 2 septembre 1849. En 1851, l'architecte Halouis établit les plans et devis de restauration de l'édifice, intégrant une proposition d´agrandissement vers l´est. Comme le confirme un plan masse du quartier daté 1862, seules les rénovations du décor intérieur et de la charpente de couverture furent effectivement réalisées (fig.2). L'entreprise Daniel de Ploemeur se chargea des travaux dont la réception eut lieu le 10 décembre 1853 (Danigo, 1986). Les plans d´Halouis conservés aux archives, confirment qu´il s´agit alors d´un édifice de plan rectangulaire à trois travées, massif occidental avec porche et fonts baptismaux dans oeuvre, le choeur occupant l´espace d´une demie travée contre le chevet plat. 25 ans plus tard, pour faire face à l'augmentation de la population des fidèles il est toujours question d'agrandir l'église. Maigné, architecte du département, présente en 1877, un projet d'agrandissement côté choeur, s´inspirant largement de celui d´Halouis. Ces travaux ne furent pas réalisés et on se contenta en 1888 de faire construire une grande tribune au fond de l'église (Danigo, 1986). Le conseil de fabrique se chargea finalement d'allonger l'église en créant une travée supplémentaire comme l'avait projeté Maigné mais en reculant le pignon du chevet dans de moindres proportions. Cette campagne de travaux devait inclure l'agrandissement des baies et la pose de vitraux en 1889 et 1891. En 1901, un projet de l´abbé Le Troucher de Sainte-Anne d´Auray, vise à nouveau l´agrandissement de l´église mais cette fois vers l´ouest, avec l´intention d´élever un clocher (AD56, 20 55/5). Il restera sans suite. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la municipalité confie à l´architecte vannetais Guy Caubert de Cléry le soin de rénover l´église et d´y élever enfin un clocher (AD56, 49J 945 et 2208). Les travaux s´achèvent en 1958 par la réalisation sur le mur du chevet, d´une fresque monumentale à la gloire de la Vierge protectrice du monde maritime reconnaissant (fig.3).

Période(s)Principale : 19e siècle
Secondaire : 3e quart 20e siècle
Auteur(s)Auteur : Lussault architecte attribution par source
Auteur : Rouxel entrepreneur attribution par source
Auteur : Quennec entrepreneur attribution par source
Auteur : Halouis architecte attribution par source
Auteur : Caubert de Cléry Joseph architecte attribution par source
Auteur : Langlais de peintre attribution par source

L´église occupe la partie est d´une place au centre du bourg, anciennement hameau de Kerévin. Elle est de plan quadrangulaire à chevet plat, avec une sacristie (et local technique) adossée au sud-est et massif occidental contre le pignon ouest. L'église dépourvue de transept présente une nef centrale et des collatéraux. Elle a cinq travées délimitées par de simples poteaux bois. Vu de l´extérieur, l´édifice apparaît très simple avec des baies cintrées et pour seul décor une corniche moulurée à l´égout du toit. L´ensemble des parements extérieurs de l´édifice, constitués de moellons est enduit. Les soubassements ont été récemment dégradés par erreur. Le massif occidental oeuvre de Lussault de style néo classique, intègre un porche maçonné en pierre de taille avec chaînes d´angle en forme de pilastres et bandeau saillant. Son portail cintré présente des ébrasements intérieurs à ressauts. Le clocher de plan carré est en béton armé avec chaînes d´angle et corniche en pierres de taille de granite gris. Sa flèche en charpente est pyramidale. A l´intérieur l´ensemble du décor du 19e siècle, à l´exception de la tribune, des fonts baptismaux et des vitraux, a disparu. Le dallage de granite est conservé. Les aménagements réalisés entre 1945 et 1958 ont dépouillé l´église de toute surcharge. Les huit colonnes de bois sur soubassements de granite supportent un couvrement lambrissé en forme de berceau. Tandis que la fresque de Xavier de Langlais offre une polychromie douce sur l´intégralité du chevet, les murs de l´église sont entièrement recouverts d´un enduit blanc et lumineux. On déplore toutefois comme à l´extérieur de l´édifice la dégradation des enduits en partie basse au pourtour intérieur des murs. Le plateau liturgique et l´ensemble du mobilier, confessionnaux compris, date également des années 1950. Réalisés en bois exotique et treillage de ferronnerie, il constitue un ensemble homogène en adéquation avec les volumes simples de l´église rénovée.

Mursgranite
enduit
moellon
pierre de taille
béton armé
Toitardoise
Plansplan allongé
Étages1 vaisseau
Couvrementslambris de couvrement
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • 20045604790NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi.

    20045604814NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi.

    20045604815NUCB : Archives départementales du Morbihan, 9 Fi.

Références documentaires

Documents figurés
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Plans accompagnant le devis du 22 avril 1851, pour la reconstruction de l'église par Halouis architecte.

    Etat en 1851, coupe longitudinale.
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Plans accompagnant le devis du 22 avril 1851, pour la reconstruction de l'église par Halouis architecte.

    Projet de modification en 1851, coupe longitudinale.
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Plans accompagnant le devis du 22 avril 1851, pour la reconstruction de l'église par Halouis architecte.

    Etat en 1851 : coupe transversale.
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Plans accompagnant le devis du 22 avril 1851, pour la reconstruction de l'église par Halouis architecte.

    Projet de modifications de 1851, coupe transversale.
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Plans accompagnant le devis du 22 avril 1851, pour la reconstruction de l'église par Halouis architecte.

    Projet de modifications, en 1851 : plan.
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Plans accompagnant le devis du 22 avril 1851, pour la reconstruction de l'église par Halouis architecte.

    Projet de modifications en 1851 : élévation sud.
  • AD56, 3Es 55/29 (Etel, église). Projet d'agrandissement de l'église d'Etel par L. Maigny (Maigné), architecte du département. Le devis est accompagné d'un plan, d'une élévation et de deux coupes, signés et datés du 20 mars 1877. 4 planches sur calque. Echelle 1/100e. Ce projet ne fut pas réalisé.

    Projet d'agrandissement de 1877 : coupe longitudinale.
  • AD56, 2O 55/5 (Etel, église). Projet d'agrandissement de l'église et de construction d'un clocher, par l'abbé Le Troucher, en 1901. Le cahier des charges est accompagné d'un plan, de deux élévations et d'une coupe, signés et datés (certaines) du 10 avril 1900. 4 planches sur calque. Echelle 1/100e. Ce projet ne fut pas réalisé.

    Projet d'un clocher, en 1900 : coupe longitudinale.
Bibliographie
  • Danigo, Joseph. Eglises et chapelles du doyenné de Belz, Bannalec, 1986.

    p. 53
  • Le Mené, Joseph-Marie. Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, 2 tomes, Vannes, 1891-1894, réédition Coop-Breiz, 1994. Origine du nom Ectell, prononcé Intel puis écrit Etel par l'administration. Dolmens ruinés près du bourg, et vestiges gallo-romains sur la grève à Penester. Donne le chiffre de 1926 habitants pour une superficie communale de 102 hectares, à l'époque de la rédaction de son ouvrage. L'église dédiée à la Nativité est de plan rectangulaire et de style grec : c'est une réduction de celle de Lorient, et l'un des derniers édifices religieux de ce style construit dans le diocèse.

    p. 223