Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écarts dit archipel d'Ollone (Pleubian)

Dossier IA22014813 réalisé en 2009

Fiche

Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonCommunes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
AdresseCommune : Pleubian
Cadastre : 1837 A3 1105-1106

L'archipel d'Ollone, par son étymologie, témoigne de l'usage du sel sur ce site, sans qu'une datation précise ait pu être proposée de cet usage. Cependant, si le Sillon de Talbert s'est formé au moment de la dernière glaciation et de la transgression flandrienne (- 18000 ans à - 15000 ans), le niveau de la mer (100 mètres plus bas qu'aujourd'hui) a commencé seulement à remonter vers - 8000 ans. C'est à dire que les îlots de Talbert étaient accessibles en permanence. Selon l'archéologue P. R. Giot, 'le Sillon de Talbert serait superposé à un gisement néolithique, avec silex, tessons de poteries et restes de foyers, dans un sol surmontant des formations quaternaires. Le site d'après les datations radiocarbone, remontrait au Néolithique Final, ceci un peu au-dessus du niveau moyen des mers actuelles : 4160+/- 140 B.P. avant aujourd'hui, soit entre 3300 et 2300 ans avant J.C. On peut faire l'hypothèse de l'existence d'atelier de fabrication de sel au niveau du Sillon de Talbert et des îles qui l'entourent, autour de l'Age du Fer. Le Sillon était alors rattaché à ces îles et peut ainsi être considéré comme un site archéologique comparable au site de Enez Yar sur Kerbors (ancien atelier de bouilleur de sel pendant l'Age du Fer). Les îles d'Ollone sont cadastrées en 1829 avec deux numéros de parcelles, correspondant à deux îlots de l'archipel dit d'Ollone : 'L'île aux Rats' en Q3 1105 et le 'Rocher de Talbert' en A 1106. Cependant, ces îlots sont inhabités. Ils représentent aujourd'hui des réserves de pêche à pied. Ces îlots ont été inclus dans le périmètre du site Natura 2000 du Trégor-Goëlo et font partie depuis 2006 de la réserve naturelle du Sillon de Talbert (Premier site naturel remarquable de Bretagne). L'île aux Rats tire peut-être son non de la présence de deux races de rats, qui sévissent sur ces îles et qui ont été étudiés par des biologistes. Il faut rajouter à ces deux îlots principaux, les petits îlots de 'Roc'h Toull an Hoult' et de 'Roc'h Louët'. Les îlots d'Ollone ont servi jusqu'aux années 1960, selon la tradition orale, comme abri pour les cultivateurs goémoniers et pour les pêcheurs à pied (aménagement d'un cabane). La toponymie maritime de ces lieux de pêche a été conservée par la mémoire populaire (témoignage de Marcel Queiniec) : 'Graounollen', 'Tossenwac'h', 'Hegger', 'Goanton', 'Enez Ormellec', dans la 'Grande Grève', 'Toull Sten'. La fréquentation de ces îlots est aujourd'hui interdite (réserve biologique et ZICO, Zone Importante pour la Conservation des Oiseaux).

Période(s)Principale : Protohistoire
Principale : 1er quart 21e siècle

Les îlots de l'archipel d'Ollone sont situées au Nord et Nord-Est de la pointe du Sillon de Talbert. Elles forment des chicots rocheux, des chaos grantiques, souvent prolongés par des tombolos et des cordons de galets mobiles. Ces îles sont couvertes d'une maigre végétation littorale, et sont exemptes de source naturelle. Leurs surface n'exède pas chacune 300 mètres carrés. Ces îlots protègent la Baie Blanche, vaste estran à l'Est, entre l'Île Maudez et la pointe du Sillon de Talbert. Cette baie est aujourd'hui utilisée à des fins de production par les parcs ostréicoles et les lignes de bouchots.

Statut de la propriétépropriété publique

Annexes

  • 20092210092NUCB : Collection particulière

    20092210509NUCB : Archives départementales des Côtes d'Armor

    20092210032NUCB : Collection particulière

    20092210173NUCB : Collection particulière

    20092209972NUCB : Collection particulière

Références documentaires

Bibliographie
  • IGN. Carte IPLI : usage du sol, Côtes du Nord, Lannion. Paris : IGN, 1982.

  • GIOT, Pierre-Roland. Chroniques de préhistoire et de protohistoire des Côtes-du-Nord. Société d'Emulation des Côtes-du-Nord, Saint-Brieuc : 1967.

    pp. 105-107
Documents audio
  • QUEINIEC, Marcel. Témoignage sur les pêches à pied. L'Armor-Pleubian : 10 août 1997.

    Témoignage oral