Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Écart, Papillon (Liffré)

Dossier IA35011797 réalisé en 2001

Fiche

Œuvres contenues

Evolution de l'habitat à Papillon depuis le 18e siècle (Erwan Le Texier)

Cette étude s'appuie sur trois séries de plans disponibles aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine : un plan de 1784, un plan de 1787-1788 et les plans du cadastre napoléonien (1826 à Ercé-près-Liffré, 1827 à Liffré). Le cadastre rénové a également été utilisé (1980 à Liffré, 1983 à Ercé-près-Liffré).

Papillon est un écart dit "en paquets" : il est composé de plusieurs ensembles d'habitations. Trois regroupements peuvent ainsi être distingués. Les principaux sont, au nord, Milieu Papillon (commune d'Ercé-près-Liffré) et, au sud, Haut Papillon (commune d'Ercé-près-Liffré) et Papillon (commune de Liffré). Un troisième ensemble, secondaire, est formé par la Ville Neuve et Bas Papillon. Le toponyme "Papillon" semble être le seul lien qui unisse les deux principaux villages car aucun chemin ne les relie l'un à l'autre, pas plus aujourd'hui qu'autrefois.

Ces deux villages apparaissent sur le cadastre napoléonien, partagés entre près de vingt propriétaires dont la moitié vit sur place. Les propriétés sont petites et très éclatées : le logis est généralement dans un alignement, avec une portion de cour devant et un bout de jardin derrière ; les terres sont en dehors du village. Tous les problèmes de l'habitat groupé se posent à Papillon : comment s'organisent les fermes ? Où vit-on ? Où se font les travaux agricoles ? Comment circule-t-on ? Comment les foyers cohabitent-ils ?

Le village formé de Haut Papillon (en Ercé-près-Liffré) et Papillon (en Liffré) est le plus étendu des deux ensembles. D'après le recensement de 1846, environ 65 personnes y habitent (dont 8 foyers, soit 45 personnes, côté Liffré). Ces chiffres sont élevés et témoignent de l'importance de Papillon à cette époque. Le problème est d'expliquer pourquoi il s'est développé aux confins des paroisses et communes d'Ercé-près-Liffré et de Liffré, dans un lieu relativement isolé.

En 1826, les alignements et autres bâtiments sont établis au nord du pâtis de Papillon, un vaste commun non bâti ni cultivé ; ce pâtis en bordure de la forêt apparaît déjà sur le plan de 1787-1788, plus vaste encore, et les bâtiments sont plus nombreux. Ceux-ci s'organisent autour d'un espace vague, où se mêlent sans doute cours et parcelles en herbe. Les jardins se situent plutôt à l'arrière des bâtiments. Ce type d'organisation n'empêche pas les propriétés d'être éclatées.

Les matrices cadastrales du 19e siècle faisant la différence entre "bâtiment" et "maison", plusieurs hypothèses peuvent être émises pour comprendre l'organisation de la vie quotidienne et le fonctionnement des exploitations agricoles. On peut supposer que certaines unités familiales étaient installées dans des "bâtiments" ou que plusieurs familles vivaient dans la même "maison", laissant les "bâtiments" à l'activité agricole exclusivement. Il se peut encore que ces deux schémas organisationnels aient coexisté à la même époque.

Les biens fonciers et immobiliers se transmettent de génération en génération. Pour preuve, les noms de famille de la veuve Le Fas et de Jean Jolly, présents sur le plan de 1787-1788, se retrouvent pour les mêmes parcelles sur le cadastre napoléonien des deux communes d'Ercé-près-Liffré et de Liffré.

Le plan de 1784, le plus ancien, est d'une grande simplicité mais il présente douze habitations ainsi que la loge de Papillon. Cette dernière est un édifice circulaire . Elle abritait sans doute des ouvriers sylvicoles. Elle fut remplacée, à la fin du 19e siècle, par la maison forestière de Papillon, située sur la commune de Liffré.

La confrontation du cadastre napoléonien (1826-1827) et du cadastre rénové (1980 et 1983) montre que l'on a peu construit à Haut Papillon, si ce n'est l'alignement à proximité de la route au sud (parcelle 206 du cadastre rénové). Un gros alignement a même été rasé au nord du village. On a en général remanié et agrandi le bâti existant pour l'adapter à une agriculture moderne et à un confort désormais accessible. Les bâtiments peuvent aussi se succéder à un même emplacement ; ceci n'apparaît pas toujours sur le cadastre.

En revanche, toutes ces modifications sont sensibles sur le parcellaire, absolument différent de celui de 1826-1827. Le remembrement est en particulier visible à l'endroit du pâtis de Papillon qui n'existe plus. Il n'y a ainsi plus qu'un seul chemin d'accès qui se divise ensuite vers chaque propriété. Ces dernières s'organisent en général selon un axe nord-sud, sur la limite communale. Ainsi, le logis et l'étable de la ferme la plus à l'ouest sont en Ercé-près-Liffré (parcelle 529 du cadastre rénové) et sa grange est en Liffré (parcelle189) ; c'est aussi sur Liffré que s'est construite la nouvelle maison de cette exploitation, dont la position centrale modifie les déplacements au sein de l'exploitation.

C'est assurément autour de l'agriculture et de la sylviculture que Papillon s'est développé. C'est apparemment en tant que lieu de résidence qu'il se maintient. La position relativement isolée de cet écart a sans doute contribué à la conservation du bâti et, à l'inverse, à la modification de l'environnement naturel, due à l'intensification de l'agriculture.

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Ille-et-Vilaine - Liffré
Adresse Commune : Liffré
Lieu-dit : Papillon
Cadastre : 1980 AB ; 1980 AP
Le hameau de Papillon est à cheval sur les communes de Liffré et d'Ercé-près-Liffré. Il est mentionné par Marteville et Varin (continuateurs de Jean-Baptiste Ogée) comme l'un des écarts importants de Liffré en 1843.
Période(s) Principale : Temps modernes
Principale : Epoque contemporaine

Données complémentaires architecture IP35

SCLE1 Temps modernes ; Epoque contemporaine
IAUT sans objet
ICHR typicum
IESP typicum
ICONTX intégré
SEL repéré
TYPECA éclaté
POSECA en retrait

Annexes

  • 20013507157NUC : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine

Références documentaires

Documents d'archives
  • A.D. Ille-et-Vilaine. Série P : 3P1377. Tableau indicatif des propriétés foncières. Commune de Liffré. 1828.

Documents figurés
  • Commune de Liffré. Plan cadastral. Section AB. Plan, 1980, échelle : 1/2000e. (Mairie de Liffré).

  • Commune de Liffré. Plan cadastral. Section A dite de Papillon, 2ème feuille. Plan, 1827, échelle : 1/5000e. (A.D. Ille-et-Vilaine).

  • Plan figuratif de la partie de lande nommé la Butte de Papillon avec ses débornements y joint l'afféagement du Sr Guillemaux 1784 L. C. F.. Plan, 1784, échelle inconnue. (A.D. Ille-et-Vilaine : C 1923).

  • Plan des projets d'aménagement des bois et forêts, maîtrise de Rennes et gruerie de Boquen. Plan, 1787-1788, échelle inconnue. (A.D. Ille-et-Vilaine : 5B492).