Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecart, le Châtelier (La Vicomté-sur-Rance)

Dossier IA22132383 réalisé en 2015

Fiche

Un site d’éperon barré

Le Châtelier vient du latin "castellum" indiquant une fortification de l'époque gallo-romaine. Repéré en 1977 lors d'une prospection aérienne, l'éperon barré du Châtelier est un promontoire de près de 6 hectares qui domine une courbe de la Rance par des falaises abruptes actuellement boisées. Côté terre, il est coupé par un profond fossé rectiligne de 300 mètres de longueur, de 15 mètres de largeur, et de 8 mètres de profondeur. Ce système de défense ou de refuge a pu être édifié par les Coriosolites, avant la conquête de la Gaule par les Romains. Un gué le reliait à Taden ainsi qu'une voie gallo-romaine.

Le service d'un bac

Légèrement à l'écart du village, plus proche des rives de la Rance, se situe en contrebas la maison du passeur, Guillaume Nivet en 1817 (registre des matrices du cadastre). Le plan de 1844 mentionne à cet emplacement deux bateaux, simples barques sans mât qui permettaient le transit entre les rives de la Rance. Un quai d'embarquement a été construit dans la deuxième moitié du 19e siècle en amont du village. C'est au havre du Châtelier que l'on embarquait les bûches et fagots vers Saint-Malo. Aujourd'hui de part et d'autre de ce quai sont abandonnées plusieurs cabanes de pêche au carrelet construites vers les années 1970.

Le hameau

Regroupé à l'est de la pointe du Châtelier, le hameau a conservé son organisation traditionnelle composée de plusieurs rangées d'habitations orientées au sud-est. Chaque logis possède un jardin, le plus souvent disposé à l'arrière et clos de murs. Le village a peu évolué depuis les plans du cadastre ancien. Celui de 1817 rend compte d'un espace commun central, dans lequel un bâtiment apparaît en 1844. Ce dernier (détruit) fut construit par Julien Lecointe, au-devant d'une terre en friche, qui donnera son nom à la rue des Fresches, aménagée après. La plupart des anciens logis sont modifiés au 19e siècle mais conservent des traces de leur ancienneté. Le logis rue des Fresches, reconstruit en 1842, réemploi en façade arrière les plus belles pierres sculptées portant date (1736), inscription, F(ait) P(ar) M. Julien Pommeret et décor (croix entourée de deux commanditaires).

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Hydrographies Grand Chatellier (ruisseau)
Adresse Commune : Vicomté-sur-Rance (La)
Lieu-dit : le Châtelier
Période(s) Principale : Gallo-romain, Moyen Age, Temps modernes, Epoque contemporaine

Annexes

  • Dates et inscriptions portées sur les maisons

    -1602 IAN FLAUD. - 1735. - F.P.M. Iullien : Pommeret. -B.BUNEL. -1787. -1826. -1842.

  • Recensement de la population en 1881

    Recensement de la population en 1881, chefs de famille (A.D. des Côtes d’Armor). (archives en ligne)

    41 familles :

    [2]

    Barré Jean-Marie, batelier-aubergiste

    Touraine Pierre, batelier

    [3]

    Piegué Victor Marie, pêcheur

    Piégué Jean-Baptiste, pêcheur

    Piégué Louis, pêcheur

    [10]

    Brandily Joseph, marin

    Eon Pierre, marin

    Hamonieux Jean-Marie, marin

    Josse Pierre, marin

    Lemonnier François, marin

    Mary Pierre-Malo, marin

    Nivet Joseph, marin

    Rouxel Jean, marin aubergiste

    Rouxel Laurent, marin

    Texier Joseph, marin

    [14]

    Adam François, cultivateur

    Béthuel François, cultivateur

    Boisadam Marie, cultivatrice

    Bunel Julienne Marie, cultivatrice

    Gaultier Olympe, cultivatice

    Gérard Joseph, cultivateur

    Hamoniaux Joseph, cultivateur

    Hervé Marie, cultivatrice

    Lecointre Jean, cultivateur

    Lemée Pierre, cultivateur

    Lemonnier Jeanne, cultivatrice

    Lemonnier Malo, cultivateur

    Picard Jean Baptste, laboureur

    Trichet Jean, géomètre agriculteur

    [2]

    Gaultier joseph Jacques, pensionnaire retraité

    Montagnière Opportune, pensionnaire retraitée

    [3]

    Hebbert Jean, maçon

    Pissaire Louis, tailleur de pierres

    Roulin Jean Marie, cantonnier

    [3]

    Furet Jeanine, couturière

    Gravot Isabelle, filandière

    Gravot François, tisserand

    [1]

    Gigout Emile, commis voyageur

    [2]

    Loisel Pierre, fendeur

    Triac Jean, fendeur

    [1]

    Lemonnier François, mendiant.

  • Union Malouine et Dinanaise, 17 avril 1859

    "Aujourd'hui samedi (17 avril 1859), vers midi, le feu s'est manifesté dans une maison inhabitée et couverte de chaume, appartenant au sieur Jacques Lemeée de Pleudihen (...). Seize maisons sont en cendres ! Ainsi que la plus grande partie des mobiliers qu'elles contenaient (...).

Références documentaires

Périodiques
  • Annales de la Société d'histoire et d'archéologie de l'arrondissement de Saint-Malo, 2004.

Liens web