Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecart, La Marotais (Léhon fusionnée en Dinan en 2018)

Dossier IA22018118 réalisé en 2013

Situé au centre de la commune, en bordure d’une forêt et d’un ruissellement, le hameau de la Marotais, composé de quelques maisons anciennes, ne s’est pas développé depuis le début du 19e siècle d’où son aspect actuel préservé.

La maison de prête, dite « la Chapellenie » de la Marotais est mentionnée dès la fin du 15e siècle. Les chapelains qui y logeaient desservaient jusqu’en 1794 (vente des biens nationaux), les chapelles de Clermont et de la Grande Haye.

Une activité textile semble avoir été pratiquée en ce lieu depuis le 17e siècle. Une marque de marchand de toile : un « 4 de chiffre » associé à des initiales et à une croix, le tout présenté dans un écu, se retrouve placée dans la maçonnerie d’une ancienne maison rurale. Les marchands, identifiés comme chrétiens par la présence de la croix, utilisaient ces symboles comme les « armes parlantes » des blasons et les employaient comme marque distinctive, pour authentifier une lettre ou une marchandise à expédier. Ce sont ces mêmes signes qui se retrouvent sculptés dans leur habitation à la campagne, proche du lieu de production. La représentation parfois inversée du 4 de chiffre peut s’expliquer par la fidélité du tailleur de pierre qui reproduit le dessin du tampon destiné à être imprimé sur un plomb de scellé. Des logis plus modestes avec perron indiquent également une activité tisserande vraisemblable dans une pièce basse sans feu, pour maintenir l’humidité nécessaire aux fils. Ces logis mitoyens sont situés a côté d’un bassin qui a servi au blanchiment des fils. Jeanne Lucas qui décède en 1808 est dite « blanchisseuse de fil » à la Marotais.

Ce lieu est également depuis la fin du 17e siècle, la résidence de la famille Amiot. En 1698 François Amiot qui habite à la Marotais est qualifié de « sieur » de la Ville Auviel, terre qui correspond vraisemblablement à son lieu d’origine ou de naissance. Ces descendants occuperont des charges au sein de la commune, Joseph Amiot, sera maire de Léhon de 1818 à 1848. La propriété de cette famille subsiste toujours, le logis originel à toutefois été reconstruit sur des fondations anciennes et la façade de la nouvelle habitation a été réorientée au nord face à un grand jardin.

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Dinan
Lieu-dit : Marotais (la)
Précisions commune fusionnée après inventaire Commune inventoriée sous le nom de Léhon
Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle
Principale

Annexes

  • Date et mention des noms de familles et chapelains vivant à la Marotais

    15e siècle : fondation de la chapellenie par Thomas et Pierre le Poussé

    1647-1693 : Charles Jounin, chapelain de la Marotais.

    1695 : Guillaume Guérin, chapelain de la Marotais.

    1698 : François Amiot, sieur de la Ville Auviel

    1747 : Julien Lucas, chapelain de La Marotais

    1748-1757 : Thomas Thérèse Lucas, chapelain de La Marotais

    1761 : F.A (miot) 1761, inscription sculptée sur un linteau de maison. [1843 section A parcelle 463]

    1808 : Jeanne Lucas, blanchisseuse de fil, La Marotais, décédée en 1808

    1809 : Angélique Fain, fileuse, la Marotais, décédée

    1809

    1818 à 1843 : Joseph Amiot, maire de la commune de 1818 à 1848 habite à la Marotais. [1843 section A parcelle 390].

  • Extrait des registres des matrices cadastrales de la Marotais

    Matrices cadastrales de 1811

    Appartient à Hamon Jean

    351 : courtil

    352 : maison

    Appartient à Ouice Jean à Calorguen

    A 354 : maison

    A 359 : courtil

    A 360 : maison

    A 365 : courtil marie

    A 377 : Noë Briot

    Appartient à Queslin veuve à Trelivan

    A 353 : maison

    A 356 : courtil

    Matrices cadastrales de 1843

    Appartient à la Famille Deroyer, notaire à Dinan

    A 385

    Appartient à la famille Amiot [1843 à 1907]

    A 390 : maison

    A 391 : le verger

    A 392 : le verger

    A 393 à 395 : le verger

    A 398 : le petit pré

    A404 : le champ de la vigne

    A 520, 521 : la lavandière

    A (4)64 : maison

    A (4)67 : bâtiment

    A (4)69 : jardin de derrière

    A (4)72 : le champ benier

    A 523, 524 : le doué albert.