Logo ={0} - Retour à l'accueil

Écart, Kervrant (Primelin)

Dossier IA29010128 réalisé en 2019

Fiche

  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • maison
    • ferme
    • porcherie
    • grange
    • étable
    • puits
    • poulailler
    • dépendance
    • écurie
Parties constituantes non étudiéesmaison, ferme, porcherie, grange, étable, puits, poulailler, dépendance, écurie
Dénominationsécart
Aire d'étude et cantonCap Sizun - Pont-Croix
AdresseCommune : Primelin
Lieu-dit : Kervrant
Cadastre : ?

La comparaison entre le cadastre de 1837 et les observations réalisées sur le terrain en 2019 montre que le village de Kervrant a sensiblement évolué entre les deux dates. En 1837 sept habitations y étaient implantées : quatre fermes et trois maisons. Elles se trouvaient en grande majorité au sud de l’actuelle route. Seules deux fermes et leurs bâtiments agricoles, témoins de cette époque, sont encore présents en 2019.

Parallèlement à la disparition des habitations du sud de la route, de nouvelles se sont implantées au nord, dont deux maisons en rez-de-chaussée construites durant la seconde moitié du 19e siècle.

Les dates relevées sur les bâtiments ont été observées sur les deux fermes du sud et renvoient toutes à la première moitié du 19e siècle. La ferme 1 porte les dates suivantes : 1800 sur l’étable, 1820 sur le logis, 1841 (?) sur les crèches à cochons et 1843 sur la grange. La seule date relevée sur les bâtiments de la ferme 2, 1833, se trouve également sur une grange.

Les nombreuses dépendances agricoles signalées en 1837 et encore visibles aujourd’hui montrent que Kervrant était un village à vocation principalement agricole. Aujourd’hui, plus aucune ferme n’est en activité dans le hameau. Les deux fermes du sud, laissées à l’abandon pendant un moment, appartiennent aujourd’hui aux mêmes propriétaires qui se sont lancés, il y a déjà quelques années, dans une grande campagne de restauration.

Période(s)Principale : 19e siècle
Dates1800, porte la date
1820, porte la date
1833, porte la date
1841, porte la date
1843, porte la date

Le village de Kervrant se situe à l’est du bourg de Primelin, non loin de la chapelle Saint-Théodore. Les habitations sont desservies par un réseau de chemins à peu près identique à celui décrit sur le cadastre de 1837 : une route principale traversant le village d’est en ouest et un chemin secondaire descendant vers le sud.

Les habitations du nord sont des maisons à deux pièces en rez-de-chaussée et crèche accolée à l’est. Leur façade antérieure est crépie, la corniche du toit est moulurée et les souches de cheminées sont chanfreinées. L’une d’elle a été totalement remaniée.

Les fermes du sud sont composées de maisons à étage et de nombreuses dépendances agricoles.

Le logis de la ferme 1 est particulièrement soigné. Sa façade en pierre de taille propose une élévation régulière à trois travées et de nombreux effets décoratifs : linteaux richement sculptés, bandeau médian mouluré dans lequel a été aménagée une niche à saint et cadran solaire. La ferme 2 propose quant à elle une façade crépie dont les fenêtres de l’étage ont été remaniées.

Les deux logis présentent une corniche du toit et des souches de cheminées moulurées de la même manière.

Notons la présence d’un curieux bâtiment en pierres de taille dans l’alignement du logis de la ferme2 et dont l’accès se fait uniquement par une porte aménagée dans le pignon est de la maison. Déjà signalé sur le cadastre de 1837, il semble suivre le tracé du chemin. Dans ce bâtiment se trouvent une cheminée et deux niches murales. Seuls une fenêtre et un jour en plein cintre situé juste au-dessus sont ouverts sur la façade.

Comme souvent dans le Cap-Sizun, l’accès à l’eau et sa circulation dans la maison est l’occasion d’observer des systèmes toujours plus ingénieux et commodes.

Dans la ferme1, le puits est à l’intérieur du logis, contre le mur sud. Un évier en granite se trouve sur sa gauche et est équipé d’un canal d’évacuation intégré dans la façade. Un deuxième canal est aménagé dans l’angle sud-est du logis, contre le pignon. Celui-ci permet de remplir une auge monolithe qui se trouve devant l’étable sans sortir de la maison.

Dans le logis de la ferme2, alors que le puits se trouve à l’extérieur, isolé au nord-ouest, on peut observer sous le jour est un aménagement singulier de deux éviers muraux disposés l’un sur l’autre. Difficile de déterminer ici leur fonction, mais comme ils se situent au niveau de la cuisine, on peut penser que l’un servait pour la vaisselle et l’autre faisait office de charnier ?

Les dépendances agricoles des deux fermes se trouvent à leur emplacement habituel : dans l’alignement du logis pour l’écurie, en retour ou isolées dans la cour.

Un alignement de trois dépendances forme clôture au sud-est de la cour de la ferme1. Au nord se trouve la grange dont la porte charretière en arc surbaissé est ouverte sur la façade ouest. A l’intérieur de celle-ci se trouve une cheminée contre laquelle trônent les vestiges d’un « bib » (cuve utilisée pour laver le linge). Trois crèches à cochons en moellons se trouvent dans le prolongement, vers le sud. Notons qu’un jour a été ouvert au-dessus de chaque mangeoire, ce qui est rare dans le Cap-Sizun. Le troisième bâtiment de l’alignement est un poulailler. De nombreux pondoirs sont en effet visibles à la base des murs.

L’imposante étable de la ferme1 se trouve en retour du logis et forme clôture au nord-est de la cour. Notons que l'arête du coin sud-est a été abattue pour faciliter le passage des charrettes.

La ferme2 présente moins de dépendances que sa voisine : En plus de l’écurie accolée à l’ouest du logis et de l’étable isolée au sud, elle possède une grange à l’écart, au sud-est. Aujourd’hui ruinée, cette grange a pourtant conservé sa façade ouest soigneusement maçonnée en pierres de taille, ce qui est très peu fréquent dans la commune.

Signalons pour finir la présence d’un petit bâtiment isolé au sud du village devant lequel se trouve un jardin clos d’un muret de pierres sèches. Celui-ci, exposé plein sud, présente sur sa façade une porte et une fenêtre. Une cheminée en bon état se trouve encore sur son pignon ouest. Signalé comme dépendance agricole sur le cadastre de 1837, aurait-il pu servir d’habitation ?

Mursgranite moellon crépi
granite pierre de taille
granite moellon
Toitardoise, tuile
Étages1 étage carré, rez-de-chaussée
Couverturestoit à longs pans
pignon découvert
Escaliersescalier dans-oeuvre
Typologiesmaison à deux pièces en rez-de-chaussée : 2, maison à deux pièces par étage : 2
Statut de la propriétépropriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Cadastre de la commune de Primelin, 1837 : Section C 1 de Saint-Tugen. Série 3 P 230

    Archives départementales du Finistère : 3 P 230/1/6
(c) Région Bretagne (c) Région Bretagne ; (c) Communauté de communes Cap Sizun - Pointe du Raz - Serre Fabien