Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecart du Port Saint-Hubert (Plouër-sur-Rance)

Dossier IA22132500 réalisé en 2015

Fiche

Œuvres contenues

Le Port Saint-Hubert peut être considéré comme le premier port de Plouër. Au début du 20e siècle, une vingtaine de bateaux s'y trouvent et partent vers Saint-Malo et Saint-Servan et y transportent du bois principalement, du cidre et d'autres denrées.

Le village du Port Saint-Hubert sur la rive gauche de la Rance fait pendant au Port-Saint-Jean. Les deux villages sont nés autour d'une chapelle et l'entrée d'un passage de la Rance, que la géographie imposait. Cela s'imposait tellement qu'il est plus que probable que les chapelles soient venues après l'installation de quelques habitants. Ceux-ci ont été attirés par les activités développées autour du passage, en effet de tout temps, il a existé ici un bac permettant de traverser le "Goulet". Concernant le village plouerais il s'est installé le long du chemin qui menait au port lui-même. Ce chemin était bien entendu le seul existant jusqu’à la construction du pont. A noter que certains actes notariés appellent encore ce lieu Port Tablehon ou Establehon, nom qu’il a du garder très longtemps jusqu'à ce que l'appellation Saint-Hubert domine. Cet ancien port était ce qu'on appelait un port d'aumône, ces ports étaient tenus la plupart du temps par des moines, détachés d'une communauté religieuse voisine, qui assuraient la traversée par bateau tout en constituant un pôle d'accueil et d'évangélisation. Les ressources de ces ports provenaient essentiellement de fondations ou de dons faits par des seigneurs de la paroisse.

Au 17e siècle, les habitants du port étaient vassaux du comte de Plouër. L'habitat dans ce hameau constitue un village-rue, en effet toutes les maisons anciennes se touchent formant une immense rangée, non pas aspectées au sud comme dans les autres village mais collées l'une à l'autre par leur pignon, le long de la route qui mène au passage de la rivière. Ce sont essentiellement des constructions du 19e siècle qui ont modelé la rue. La plupart des maisons que l'on peut encore voir datent de cette époque. On peut en conclure une période de prospérité qui a fait disparaitre presque complètement l'habitat des siècles précédents. Près du pont et de la cale, on trouve cependant quelques maisons bourgeoises indépendantes.

En 1929, on inaugurait le pont Saint-Hubert qui enjambe la Rance entre le Port Saint-Hubert et le Port Saint-Jean. Les 11 et 12 juin 1944 le pont subit les bombardements et fut détruit. Reconstruit, il est maintenant doublé par le pont autoroutier.

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Projet de Parc naturel régional Rance-Côte d'Emeraude
Adresse Commune : Plouër-sur-Rance
Lieu-dit :

La plupart des maisons du Port Saint-Hubert sont des constructions du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Ces maisons reconstruites sur les emplacements anciens (le cadastre de 1844 en témoigne), restent modestes d'allure. En revanche les constructions toutes nouvelles sur des emplacements vierges sont d'un style résolument bourgeois. Les exemples sont nombreux.

Période(s) Principale : 19e siècle
Secondaire : 17e siècle
Dates 1614, porte la date
1847, porte la date
1874, porte la date

Comme partout l'habitat ancien est ici construit avec les ressources locales. Les carrières de granite s'ouvrent souvent au bord de l'eau, pierre roussâtre due aux oxydations des pierres de surface, seules exploitées. Qu'une hauteur fournisse un filon de pierres différents, elles sont aussitôt exploitées sur place comme les quartzites jaune un peu dorés de la pierre de Lesmont en Plouër, très peu d'apports extérieurs. Cette remarque qui concerne l'habitat ancien de la Rance reste valable ici.

Murs granite pierre de taille
quartzite moellon
Toit ardoise

Références documentaires

Périodiques
  • Le Carrouge, n°1 à 92, revue de l'association Le Carrouge, Plouër-sur-Rance.

    n°88 Bibliothèque municipale de Dinan