Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Écart dit village de Larmor-Pleubian (Pleubian)

Dossier IA22014346 réalisé en 2009

Fiche

  • Vue générale
    Vue générale
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • église
    • maison
    • école
    • colonie de vacances
    • sémaphore
    • magasin de commerce
    • usine

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées église, maison, école, colonie de vacances, sémaphore, magasin de commerce, usine
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Communes littorales des Côtes-d'Armor - Lézardrieux
Adresse Commune : Pleubian
Lieu-dit : Larmor-Pleubian

Au 19ème siècle, L'Armor-Pleubian était du point de vue sociologique le 'pays' des 'marins-paysans', goémoniers, pêcheurs à pied, marins engagés occasionnellement au cabotage, mais aussi cultivateurs, ouvriers agricoles saisonniers. Cette pluri-activité s'est maintenue jusqu'au milieu du 20ème siècle avec la marine de commerce, avant de décliner progressivement. La rue principale de l'Armor était encore appelée avant la seconde guerre mondiale : 'l'avenue Guillaume II', bordée de belles demeures, construites grâce aux bénéfices réalisés par les armateurs armoricains, au cours de la guerre 1914-1918 et au lendemain, pour le fret du charbon avec l'Angleterre. En effet, les marins de l'Armor ont beaucoup investi dans les armements au cabotage entre le 19ème et le 1er quart du 20ème siècle : les familles Guézennec, Forestier, Meudal, Le Marchand, Paranthoën, Moullec, Croajou. D'autres marins provenaient du milieu agricole : Joseph Nicolas, Jean Kervizic. Les marins goémoniers et pêcheurs côtiers de Lanneros étaient appelés les 'Rosi' et naviguaient uniquement au bornage. A la fin du 19ème siècle, un institeur de l'Armor Pierre Gélard préparait au cours du soir nombre d'élèves à l'examen d'entrée à l'école d'hydrographie de Paimpol. L'Armor-Pleubian a toujours représenté un village 'à part' du bourg de Pleubian, avec une forte isentité insulaire, renforcée par sa position géographique 'au bout de la presqu'île'. La recomposition sociale de cet écart et son urbanisation sont des phénomènes récents (3ème quart du 20ème siècle), avec la création de lotissements (Pors Rand) et la restauration du bâti traditionnel autour de l'axe principal. La création au cours du 4ème quart du 20ème siècle d'une zone artisanale maritime à Penn Lann, avec des entreprises de la filière algues et de la filière conchylicole, a contribué au développement économique du village et au maintien des commerces locaux. L'écart de Larmor-Pleubian, qui comptait près de 50 % de la population de Pleubian à la fin du 19ème siècle, soit 1 579 habitants en 1895, fut érigé en paroisse le 24 octobre 1930. Ici, le paysage architectural très dense est l'héritier d'une période comprise entre le 17ème siècle et le 20ème siècle, l'essentiel du bâti ayant été construit à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle. Les dates relevées sur les édifices et édicules ou attribuées par source sont les suivantes : 1797 ; 1842 ; 1856 ; 1875 ; 1878 ; 1897 ; 1899 ; 1903 ; 1904 ; 1905 ; 1911 ; 1917 ; 1921 ; 1929 ; 1932. Les noms d'auteurs repérés d'après signature, analyse stylistique et par source sont les suivantes : Bouillé James (architecte), Tilly (entrepreneur), Le Corre Jean (architecte), Toudic Édouard (entrepreneur), Nédélec (architecte), Le Besque Jean-Marie (entrepreneur).

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle
Dates 1797, porte la date, daté par source
1842, daté par source
1856, daté par source
1875, daté par source
1878, daté par source
1897, daté par source
1899, daté par source
1903, daté par source
1904, daté par source
1905, daté par source
1911, daté par source
1917, daté par source
1921, daté par source
1929, daté par source
1932, daté par source
Auteur(s) Auteur : Bouillé James, architecte, attribution par source
Auteur : Tilly, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Le Corre Jean, architecte, attribution par source
Auteur : Toudic, Édouard, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Nédélec, architecte, attribution par source
Auteur : Le Besque Jean-Marie, entrepreneur, attribution par source

Situé à l'est du territoire communal, résultant de l'agglomération de plusieurs écarts (Lanros, Run Traou, Le Québo, Crec'h Maout, Crec'h Ernec, Tos Crec'h), l'écart de Larmor-Pleubian est limitrophe de la commune de Lanmodez au sud. Bordé par la mer au nord et à l'est, il est structuré par une artère longitudinale principale longue d'environ trois kilomètres qui dessert le CEVA (Centre de Valorisation des Algues) et sur laquelle se greffent des axes secondaires. L'un de ces axes secondaires conduit notamment au Sillon du Talbert, fleuron du patrimoine naturel de la région. A l'instar du centre-ville, on note ici l'existence d'un réseau en étoile convergent vers la place de l'église. La trame bâtie y est aussi dense qu'au centre-ville, voire plus : les édifices, en majeur partie des maisons, mais aussi deux écoles, sont construits en bordure de l'axe principal et des axes secondaires. A l'extrémité de cet écart, le lieu-dit Lanneros constitue une entité singulière du fait de la présence d'un habitat rudimentaire. La géographie naturelle de l'Armor-Peubian comprend une zone littorale très étendue, avec un linéaire côtier d'environ 6 km, entre Port-la-Chaîne à l'Ouest et Lanneros à l'Est. Les espaces agricoles ont tendance à régresser en faveur d'une urbanisation croissante, avec un développement en étoile le long du littoral et des axes routiers. Les maisons sont construites en moellons de granite, avec une particularité visible sur la plupart des façades : le remplissage des joints avec de la peinture blanche pour surligner le dessin des pierres.

Annexes

  • 20092209414A0A : Archives départementales des Côtes-d'Armor, 4 num 1/41, Numplan 1.

    20092210251NUCB : Collection particulière