Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Écart de Morgat (Crozon)

Dossier IA29004158 réalisé en 2007
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Bretagne - Crozon
Adresse Commune : Crozon
Lieu-dit : Morgat

L'écart de Morgat se situe au sud-ouest du territoire de la commune de Crozon dont elle fait partie. Le site de Morgat s´ouvre largement sur la baie de Douarnenez. La grève, fermée au sud par la pointe de Kador (ou pointe de la Chaise), est bien abritée des vents du sud-ouest, du ressac et de la houle du large. Cette position d'abri a permis le développement des activités maritimes. Sur le plan démographique, Morgat demeure depuis le 19e siècle, l´écart le plus peuplé de Crozon. Les années 1880-1890 étant celles de l´essor de la pêche artisanale (sardine, puis thon) et de la naissance de la station balnéaire, Morgat passe alors en quelques années de moins de 300 à plus de 1 000 habitants, les autres lieux-dits de Crozon ne regroupant à ce moment que quelques dizaines de personnes. Aujourd´hui, activité touristique et résidences secondaires sont le support d´une population comprise entre 1 500 et 2 000 habitants (estimation). Au 18e siècle, Morgat est essentiellement un port d´escale qui abrite aussi en échouage une quarantaine de chaloupes sardinières. Ce hameau ne regroupe alors que quelques chaumières de pêcheurs et des « magasins » où l´on presse les sardines. A cette époque, aucune infrastructure portuaire n´existe et les barques s´abritent derrière les murs d´une ancienne pêcherie. L´anse de Morgat est aussi un site stratégique : dans la seconde moitié du siècle, pas moins de six batteries de côte sont implantées pour renforcer le flanc sud des défenses de Brest et y empêcher tout débarquement ennemi. Au siècle suivant, une dizaine de nouveaux ensembles défensifs sont réalisés autour de Morgat, que l´occupant allemand saura mettre à profit pour abriter son artillerie. Comme pour de nombreux petits ports bretons, la pêche morgatoise profite de l´essor des conserveries durant la seconde moitié du 19e siècle. Une centaine de bateaux de pêche est alors attachée au port et apporte quotidiennement le poisson aux trois usines locales. Les équipages sont constitués d´hommes qui s´embarquent pour la saison et qui, le reste du temps, s´occupent de leurs petites exploitations agricoles. Patrons et matelots sont originaires de Morgat mais aussi du bourg de Crozon et des hameaux alentour dont ceux de Lesquiffiniec, de Kerigou, de Tréflez, de Kermel et ceux du cap de la Chèvre. C´est aussi à cette période que Morgat suscite l´intérêt des investisseurs sur le plan balnéaire. Un premier lotissement est crée en 1884, dénommé lotissement Peugeot (du nom du fondateur), puis hôtels et villas se multiplient entre les années 1890 et 1920, attirant sur le site une population constituée de bourgeois de Brest et de grands bourgeois nationaux et étrangers (britanniques en particulier). La réputation balnéaire de Morgat est alors à son apogée. Lors de la Seconde guerre mondiale, Morgat est lourdement bombardé : le port, les usines et de nombreuses maisons sont détruites. Les reconstructions qui ont suivi ont malmené les héritages historiques. Par ailleurs, la fin du tourisme de luxe, la vogue des stations balnéaires méditerranéennes et l´engouement pour le soleil marginalisent la station de Morgat jusqu´aux années 1980. Depuis cette date, Morgat connaît un second souffle avec l´aménagement d´un port de plaisance, l´essor des résidences secondaires et le développement d´un tourisme sensible à la beauté des paysages maritimes offerts à la contemplation à partir des sites de Morgat et de ses environs (presu'île du cap de la Chèvre).

Période(s) Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle
Secondaire : 18e siècle
Secondaire : 2e moitié 20e siècle

L'écart de Morgat comprends un espace portuaire au sud, à proximité de la pointe de Kador, et une station balnéaire au nord qui s'étend jusqu'à la pointe des Grottes (document 2).

Données complémentaires architecture PATMAR

THPA Vie des populations littorales ; Activité balnéaire de loisirs et de santé ; Transit terre/mer ; Production primaire et commercialisation des produits de la mer ; Activités artisanales et industrielles liées à la mer
MENA pression immobilière risquant d´entraîner la modification ou la destruction de l´édifice ou du site
INGP intérêt paysager et pittoresque ; intérêt de mémoire
PING Le bâti de l´écart de Morgat a été profondément remanié et il est souvent difficile de retrouver les traces des constructions anciennes, les forts et batteries ont disparu ; parfois remplacés par des villas. Cependant, la prise en compte de l´ensemble des thèmes patrimoniaux liés aux activités développées en relation avec la présence de la mer permet de repérer assez aisément les strates historiques de la constitution du port de Morgat : anciens magasins de pêche du 18e siècle, petit front portuaire du 19e, quartiers de pêcheurs des années 1900... tandis que le front de mer balnéaire hérité des années 1880-1920 est encore en place sans avoir été lourdement transformé ; ce qui est rare pour une station balnéaire française.
RECO Du point de vue du patrimoine culturel, le site de Morgat est caractérisé par la juxtaposition dans l´espace d´héritages bâtis liés à la pêche et d´héritages bâtis liés au balnéaire. Il serait judicieux de mettre conjointement en valeur ces deux types de patrimoine et en particulier les rues et petits quartiers construits pour les pêcheurs et leurs familles. En complément, la circulation automobile sur le front de mer devrait être réduite afin de réserver cet espace en priorité aux piétons qui seraient par ailleurs encouragés à se promener dans les allées du lotissement Peugeot. La station balnéaire de Morgat est uniquement protégée dans un périmètre de 500 mètres autour de la villa Ker Ar Bruck, classée Monument Historique (voir document 5). La municipalité souhaite renforcer cette protection par l´établissement d´un PPM (Périmètre de Protection Modifié) qui se substituerait au précédent périmètre et permettrait de protéger l´ensemble du quartier balnéaire de Morgat. Une Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager pourrait également être créée. Actuellement, le plus grand risque qui pèse sur ce lotissement d´intérêt patrimonial est la densification du bâti par constructions interstitielles. Le morcellement possible des lots constitue une véritable menace pour l´homogénéité paysagère du lotissement à l´intérieur duquel chaque propriétaire ne pouvait, à l´origine, construire qu´une seule habitation principale (ainsi que le précisait le cahier de charge de la société de Morgat daté de 1925). Aujourd´hui, la tentation est forte de réaliser des bénéfices en vendant des terrains constructibles. Elle est, pour l´instant, partiellement contrée par un récent décret municipal qui a abaissé le coefficient d´occupation des sols. Il faut néanmoins rester vigilant, d´autant que ce front de mer balnéaire hérité du 19e siècle est l´un des rares en Bretagne à avoir été aussi peu modifié au niveau de ses villas. D´une façon plus générale, il faut veiller à ce que la cohérence architecturale de l´ensemble du front de mer soit respectée, voire restituée, au moment où des constructions nouvelles ou des réfections importantes sont réalisées et qu´un projet d´extension du port de plaisance est proposé. On peut d´ailleurs s´interroger sur l´opportunité d´étendre le port de plaisance le long du front portuaire, en éloignant de ce fait le lieu de baignade du centre d´animation de Morgat (restauration, commerces...). De surcroît, même si la plage retrouvera ainsi sa position d´origine plus septentrionale, depuis le front de mer, la large ouverture panoramique sur la baie, particulièrement remarquable à Morgat, en sera notablement réduite. Dans un autre domaine, chaque rénovation de bâtiment, notamment le long du front portuaire, pourrait être l´occasion de redonner aux façades un aspect extérieur le plus proche possible de celui qu´il présentait à l´époque de sa construction. Pour éviter une banalisation des lieux et faciliter une mise en valeur harmonieuse, il serait aussi souhaitable qu´à l´instar de l´ancien cahier des charges du lotissement Peugeot, une véritable charte d´urbanisme soit élaborée par la commune pour le secteur de Morgat : évolution du lotissement, constructions et rénovation du bâti de l´ensemble constitué par l´espace portuaire et la station balnéaire. Cette charte traiterait en même temps des aménagements fonctionnels indispensables (voierie, circulation, signalisation, panneaux publicitaires) et de la mise en valeur paysagère et architecturale du patrimoine maritime. L´esprit de ces recommandations est en accord avec les souhaits de la majorité des personnes interrogées sur le site de Morgat en juin 2007 (se reporter aux conclusions de l´enquête de perception en annexe).

Annexes

  • ENQUETE DE PERCEPTION DU PATRIMOINE MARITIME CULTUREL DE MORGAT

    I DEROULEMENT DE L´ENQUETE

    I-1 La collecte des données

    L´enquête s´est déroulée entre le 28 février et le 30 Mars 2007. Quatre-vingt-une personnes ont été interrogées durant cette période, à raison d´une dizaine de questionnaires par jour (un questionnaire durant de 10-15 minutes à plus d´une heure). L´enquête a été menée de façon aléatoire, essentiellement dans les commerces et lieux publics de Morgat et par prise de rendez-vous chez des particuliers.

    Les commentaires et « états d´âme » des personnes interrogées ont été consignés au fil des questionnaires.

    I-2 Constitution du groupe interrogé

    Les personne qui ont été enquêtées sont des acteurs de la commune : les habitants de l´écart et ceux qui y travaillent (à l´année ou ponctuellement tels que les artisans sur les chantiers). Ainsi nous avons pu interroger, des personnes de différentes catégories socioprofessionnelles tels que des enseignants, commerçants, employés du secteur public ou privé, artisans, sans emplois, étudiants, retraités, etc. Nous avons choisi de ne pas interroger les promeneurs, afin de connaître l´opinion de ceux qui ont leur mot à dire dans la gestion, l´aménagement et l´entretien de la commune. Nous avons également interrogé quelques résidants secondaires pour avoir une idée de leur opinion sur le sujet. Ainsi, notre échantillon ne se veut pas représentatif mais va donner un ordre d´idée et des avis relativement exhaustifs sur les éléments considérés.

    Composition de la population interrogée à Morgat :

    Résidants principaux 55 (68 %)

    Travailleurs extérieurs 17 (21 %)

    Résidants secondaires 9 (11 %)

    TOTAL 81

    A noter : le pourcentage des résidants secondaires ne correspond pas à la réalité car ils sont plus difficiles à joindre du fait de la période creuse et difficiles à identifier. Même si leur proportion est forte dans la commune, ils ne sont pas vraiment des acteurs majeurs. Le correctif a été établi avec les travailleurs extérieurs.

    II DEGRE DE RECONNAISSANCE PATRIMONIALE DE LA POPULATION ENQUETEE

    Afin de faire figurer les résultats de cette enquête dans les fiches d´inventaire, deux champs ont été crées : le « degré de reconnaissance patrimoniale de la population enquêtée » (DREC) et un ou des « avis de gestion selon le groupe enquêté ».

    Après avoir établi ce classement des éléments les plus cités, il a fallu établir des seuils pour déterminer le degré de reconnaissance de chaque élément. Cinq degrés de reconnaissance ont été définis : presque unanimement cité, souvent cité, moyennement cité, peu cité et jamais cité :

    Seuils pour le champ "Degré de reconnaissance patrimoniale par le groupe enquêté"

    75 % ou plus de personnes ayant cité l´élément dans au moins une question : Presque unanimement cité

    50 à 74 % de personnes ayant cité l´élément dans au moins une question : Souvent cité

    25 à 49 % de personnes ayant cité l´élément dans au moins une question : Moyennement cité

    1 à 24 % de personnes ayant cité l´élément dans au moins une question : Peu cité

    0 personne ayant cité l´élément dans au moins une question : Jamais cité

    A Morgat, trois éléments sont « presque unanimement cités » (le port, le môle du port de Morgat et les villas), deux « souvent cités » le Grand Hôtel de la Mer et les quais de Morgat), six « moyennement cités » (la villa Ker ar Bruck, les fortifications, les anciennes conserveries, le phare du Kador, les quartiers de pêcheurs et la villa Ker Maria), vingt-cinq sont « peu cités » et 27 « jamais cités » (voir documents 3 et 4).

    III AVIS DE GESTION SELON LE GROUPE ENQUETE

    La population souhaite que Morgat devienne un lieu agréable. Tout d´abord, il faut régler le problème de la circulation. L´été, les quais pourraient être fermés à la circulation automobile, ce qui permettrait de créer une promenade entre le village et le port. De plus nombreuses visites guidées de Morgat, associées à la création d´un circuit thématique spécifique sur le village, doit permettre la mise en place d´une politique touristique basée sur le patrimoine maritime.

    Le patrimoine maritime culturel doit permettre de faire plus de communication et de médiatisation mais, pour cela, il faut faire attention à la cohérence architecturale de l´ensemble, notamment pour les constructions nouvelles sur le front de mer, et encourager la rénovation des villas. La mise en place d´une proposition juridique sur les possibilités architecturales est une nécessité. Une exposition permanente ou temporaire et des animations sur ces éléments, voire un petit musée, doivent être organisées, en particulier l´été. Néanmoins, la population rappelle que Morgat doit être également attrayante en basse saison. Plus généralement, il faut régler les problèmes d´assainissement et désensabler le port.

    Lénaïg L´Aot.

  • 20082908368NUC : Archives Municipales de Brest, 2S9 n°1.

    20072908845NUC : Archives départementales du Finistère, 3P45/2_095.

    20082908367NUC : Fonds Géomer, Non coté.

    20072908769NUCA : Archives municipales de Brest, 7S375.

Références documentaires

Bibliographie
  • VINCENT, Johan. Les Sociétés littorales face à l'intrusion balnéaire, de Morgat à La Faute-sur-Mer (début XIXe siècle-1945) . Thèse d´Histoire, Université de Bretagne Sud, Lorient, 2006.

    696 p
  • Site Internet www.infobretagne.com/crozon.htm. Consultation : décembre 2006.

  • Site Internet www.insee.fr . Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques. Consultation : janvier 2007.

Périodiques
  • KERVIAN, Jean. Comment M. Armand Peugeot eut l´idée de créer Morgat.Morlaix : Le Télégramme, 02/09/88.

  • PENNEC, Marc. Morgat en Crozon, la balnéaire du Bout du monde. Rennes : Ouest-France, 28/08/01.

  • VINCENT, Johan. Morgat et la station balnéaire fut. Apparition et impact de l´activité balnéaire dans la presqu´île de Crozon (mi 19e siècle-1939) . Crozon : Avel Gornog, juillet 2006, n°14.

    p. 2-8