Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Écart de la Hunaudière (Rimou)

Dossier IA35049509 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations écart
Aire d'étude et canton Pays de Fougères - Antrain
Adresse Commune : Rimou
Lieu-dit : la Hunaudière

L'écart de la Hunaudière est présent sur le premier cadastre de Rimou datant de 1823. On y voit trois alignements de bâtiments, des dépendances, et deux fermes. La disposition de l'écart a peu changé depuis la levée du premier cadastre, deux fermes sont venues s'ajouter et d'autres ont été remaniées. L'occupation de cet écart remonte au moins au 17e siècle, car trois maisons situées dans le même alignement présentent quelques éléments de cette époque : une porte avec un linteau daté 1656, une porte en plein cintre, des encadrements chanfreinés, et des toits très pentus. D'autres bâtiments sont venus s'ajouter au cours du 18e siècle, un alignement et une ferme, ainsi qu'au 19e siècle et jusqu'au début du 20e siècle, puisque une ferme porte la date de 1917.

A noter également la présence d'une belle croix du 17e siècle.

Période(s) Principale : 17e siècle, 18e siècle, 19e siècle, 1er quart 20e siècle
Dates 1656, porte la date
1777, porte la date
1818, porte la date
1917, porte la date

L'écart de la Hunaudière est situé à l'ouest du bourg de Rimou. Il est composé d'une dizaine de maisons ou fermes dont certaines sont disposées en alignement. La disposition d'origine n'a pas beaucoup changé depuis la levée du cadastre napoléonien de 1823, ainsi seules deux fermes furent ajoutées après cette date. La première est la seule située au nord de la route. il s'agit d'un grand bâtiment construit en moellon de granite avec chaînage d'angles et encadrements en pierre de taille de granite. Son pignon Est est quant à lui construit en pan de bois. Cette ferme fut construite dans la deuxième moitié du 19e siècle. Contre son pignon ouest, se trouve une croix très ancienne ornée de coquilles. Son édification peut remonter au 17e siècle.

Dans la partie sud-ouest de l'écart se trouvent deux fermes orientées au sud, l'une d'elle date du 18e siècle. Construite en moellon de granite, ses ouvertures ont été fortement remaniées, seule sa pente de toit assez forte est d'origine. Son logis se composait sans doute d'une unique pièce à feu, des bâtiments de dépendances forment un alignement avec celui-ci. Les dépendances sont construites en moellon de granite, mais également en terre.

La deuxième ferme, construite en moellon de granite avec pierre de taille pour ses encadrements d'ouvertures et chaînage d'angles, date de la deuxième moitié du 19e siècle.

Le long du chemin menant au sud de l'écart se trouve un premier alignement. il se compose de cinq anciens logis, tous construits en moellon de granite. Les trois logis les plus au sud sont les plus anciens, on trouve la date de 1656 sur l'un d'eux ce qui correspond bien à l'époque de construction de ces trois bâtiments : encadrements chanfreinés, porte en plein cintre, forte pente de toit. La maison datée 1656 se compose d'un rez-de-chaussée sans feu et d'une pièce à feu à l'étage accessible par un escalier extérieur parallèle à la façade et situé sur la façade arrière. Les deux autres maisons de l'alignement sont plus récentes, une date de 1818 et la dernière semble encore plus récente ou remaniée au 20e siècle. A cet alignement, s'ajoute des dépendances, dont une grange construite en moellon de granite avec un pignon est en pan de bois. Enfin, au sud s'élève une ferme datée 1917. Celle-ci fut bâtie à l'emplacement d'un alignement de deux maisons plus ancien car figuré sur le cadastre napoléonien de 1823. Un alignement de plusieurs logis lui sert de dépendances aujourd'hui, mais autrefois il s'agissait d'un alignement de cinq logis, un seul est encore un logis. L'ensemble, bâti en moellon de granite et pierre de taille pour les encadrements, date du 18e siècle. Un linteau porte la date de 1777. Plusieurs couvertures ont laissé place à de la tôle ondulée.

Murs granite moellon
terre pan de bois
Toit ardoise, tôle ondulée
Statut de la propriété propriété privée