Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Ecart de caboteurs de Montsarrac (Séné)

Dossier IA56006368 réalisé en 2008
Précision dénomination écart maritime
Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations écart
Aire d'étude et canton Bretagne - Vannes Est
Adresse Commune : Séné
Lieu-dit : Montsarrac la Garenne le Passage de Saint-Armel Kérarden Bilherbon

L´écart de Montsarrac (appelé « village » en Bretagne) se situe à l´extrémité sud-est de la commune de Séné, à l´est de la Croix de Montsarrac, point haut à partir duquel on descend vers le passage de Saint-Armel. Selon Emile Morin, le village de Montsarrac existe depuis l´époque romaine. Son nom signifierait hauteur dominant la rivière (en l´occurrence le bras de mer de Saint-Léonard). Dès le milieu du 19e siècle, ce village est caractérisé par ses habitants en majorité marins de commerce et marins d´état, contrairement aux villages de la presqu´île de Séné dont les habitants sont alors essentiellement des pêcheurs, et contrairement aux villages de l´est de la commune dont la population est à dominante agricole. Ceci s´explique essentiellement par la situation géographique particulière de ce village. Le village de Montsarrac est paradoxalement, à la fois un village isolé et un lieu de passage. Le site de Monsarrac est en effet caractérisé par son isolement à l´extrême pointe sud-est de la commune de Séné, par sa faible disponibilité en surfaces cultivables et par son accès difficile par voie terrestre, particulièrement en hiver à cause des chemins difficilement praticables dans les terres basses des marais ; ce qui a conduit la population qui y vivait à se tourner très tôt vers la mer. D´autant que ce site est aussi un lieu de passage depuis au moins le 14e siècle entre la presqu´île de Rhuys et la ville de Vannes. Le passage d´une terre à l´autre se faisait par un double transit maritime de part et d´autre de l´île du Passage de Saint-Armel. Le trafic maritime à partir de ce site est renforcé en 1853 par l´installation, à la pointe de la Garenne (au sud-est du village), d´une usine produisant de la soude et de l´engrais à partir du goémon. Un quai est alors construit à l´extrémité de la Garenne pour faciliter le chargement et le déchargement des navires. La population du village, dont les actifs travaillent à l´usine, naviguent au commerce ou sur les bâtiments de la Marine nationale, dispose alors de revenus satisfaisants si bien que chaque ménage, ou presque, possède sa propre maison, ce qui n´était pas si fréquent dans les autres villages de Séné. Toutes ces activités favorisent le dynamisme local, ce qui se traduit par une augmentation de la population. Le modeste écart agricole de Kerarden voit aussi sa population augmenter durant cette période faste (installation de marins au cabotage) ; la construction d´une chapelle en témoigne. Néanmoins, dès les années 1870, cette activité industrielle disparaît ce qui entraîne la fin du dynamisme économique de Monsarrac, et par voie de conséquence la stagnation du nombre d´habitants. Le village souffre aussi de la forte crise du cabotage qui survient à la fin du 19e siècle (concurrence du chemin de fer pour le transport des pondéreux), et qui oblige les hommes à s´exiler. Il souffre également de l´éloignement des routes terrestres. Pour faciliter l'accès au bourg, une route directe passant sur la digue de Biherbon est édifiée en 1893. Mais le village de Montsarrac étant situé en cul-de-sac et perdant son dynamisme, l´ouverture de cette nouvelle route facilite davantage le départ de la population que l´arrivée de nouveaux habitants. Ainsi la population de Montsarrac passe de 304 individus (pour 72 maisons) en 1841, à 210 individus (pour 57 maisons) en 1901. À la fin de cette période, le développement d´une modeste activité ostréicole ne modifie pas fondamentalement la situation. En 1931, les habitants ne sont plus qu´au nombre de 115, en majorité des marins de commerce retraités. En 1937 la rupture de la digue de Bilherbon, isole à nouveau, temporairement, ce village du reste du territoire de la commune par inondation des terres basses situées en arrière de la digue. Ses activités maritimes perdues, le village se vide de ses commerces et de ses habitants. Depuis les années 1990, le faible noyau de population sédentaire qui y demeure encore tend à être marginalisé au milieu des nouvelles populations qui occupent désormais ce site en tant que résidents secondaires.

Période(s) Principale : 19e siècle
Secondaire : Moyen Age
Secondaire : Temps modernes
Secondaire : 20e siècle

Le village conserve actuellement une certaine unité architecturale datant de la fin du 19e siècle, avec des maisons de marins alignées de part et d´autre de la rue de Montsarrac (rue principale) et bordant la place des Frères Grégam. Du fait du déclin économique précoce du village de Monserrac, les maisons qui le constituent au 19e siècle ont été peu modifiées. Ces maisons, appartenant en majorité à des marins au cabotage, sont d´assez belle allure. Elles présentent parfois un étage, des encadrements d´ouvertures en pierre et une lucarne pendante à fronton triangulaire. L´importance et le nombre de ces lucarnes est caractéristique de ce village au sein de la presqu´île. En revanche, la partie qui longe la mer a été investie par l´activité balnéaire qui entraîna la construction de petites villas récentes d´aspect assez banal. Actuellement, le port de Montsarrac est constitué de deux anciens sites d´échouage qui furent équipés de cale : dès le Moyen-age en ce qui concerne la cale du Passage (reconstruite durant la seconde moitié du 19e), et seulement au milieu du 19e siècle dans le cas de la jetée de la Garenne.

Données complémentaires architecture PATMAR

REFC SEN 32
THPA Vie des populations littorales ; Transit terre/mer ; Activités artisanales et industrielles liées à la mer ; Activité balnéaire de loisirs et de santé ; Pratiques religieuses, mémorielles et expressions légendaires
DREC moyennement cité
INGP intérêt paysager et pittoresque ; intérêt de mémoire
PING Montsarrac est un ancien village de marins de commerce et d´Etat. Il s'agit d'une entité homogène de maisons de marins bien conservées.
RECO L´écart de Montsarrac est à l´origine un village de caboteurs. Sa position géographique, à l´extrémité sud-est de Séné, a très tôt incité les habitants à se tourner vers la mer. Ce noyau de peuplement antérieur aux années 1950 constitue un exemple encore assez bien conservé et homogène de l´habitat des populations maritimes de la presqu´île de Séné et plus largement du littoral méridional de la Bretagne. Les maisons de marins du village de Montsarrac sont souvent de belle facture. Généralement peu modifiées, elles sont le gage de l´homogénéité architecturale du village. Il est important de bien les identifier pour les mettre en valeur de façon spécifique, en retrouvant les caractéristiques originelles des habitations : gerbière (lucarne pendante), dans ce village quasiment toujours à fronton triangulaire en pierre, façade crépie et peinte en blanc (anciennement badigeonnée à la chaux), pignons découverts. Par ailleurs, l´enfouissement des fils électriques permettrait de rendre plus visible les caractéristiques architecturales de ces rues. Dans cet ordre d´idée d´aménagements fonctionnels, il faudrait aussi réfléchir à une rénovation de la voirie qui ne nuise pas à la cohérence paysagère de la rue. En effet, ces aménagements fonctionnels ne doivent pas être trop spécifiques à notre époque et trop connotés « grande ville ». L´esprit de cette recommandation est en accord avec les souhaits des personnes interrogées à Séné au cours de l´été 2007 (se reporter aux conclusions de l´enquête patrimoniale en annexe). Pour éviter une banalisation des habitats de marins, à Montsarrac déjà partiellement noyés dans des constructions plus récentes, et conserver leur charge historique et mémorielle, il serait souhaitable qu´une véritable charte d´urbanisme concernant les rues de marins (pêcheurs et caboteurs) présentes dans les différents écarts de la presqu´île soit élaborée par la commune. Cette charte des quartiers de pêcheurs pourrait prendre la forme d´une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP).
Sites de protection zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique

Annexes

  • Annexe 1 : Organisation spatiale du sud-est de Séné  : .

  • 20075605792NUC : Archives municipales de Séné, Non coté.

    20075605787NUC : Fonds Géomer, Non coté.

    20085606087NUC : Archives départementales du Morbihan, 1Fi461-7.

    20075605724NUCB : DRAC Bretagne, Inv Artur-Lambart, 895600558X.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Archives départementales du Morbihan . Matrices cadastrales de Séné.

  • Archives départementales du Morbihan. Série 3 ES 243/2 et 6 M 295, Dénombrements de la population de Séné (1841/1886/1901/1911/1931).