Logo ={0} - Retour à l'accueil

Digue des Bas-Sablons (Saint-Malo)

Dossier IA35000234 inclus dans Station de villégiature balnéaire de Saint-Servan-sur-Mer (Saint-Malo) réalisé en 1995

Fiche

Appellationsdite Digue des Bas-Sablons
Parties constituantes non étudiéesterrasse en terre-plein, passerelle, café, phare
Dénominationsdigue
Aire d'étude et cantonCôte d'Emeraude - Saint-Malo Sud
AdresseCommune : Saint-Malo
Lieu-dit : Saint-Servan
Adresse : rue des, Bas Sablons, rue, Dauphine, place, Monseigneur Duchesne, rue de l', Amiral Magon, passage du, Commandant Bourdais, rue, Leture, Coin à l'air, rue des, Haut-Sablons, rue de la
Cité
Cadastre : 1982 BM 118, 84
Précisionsanciennement commune de Saint-Servan

La plage des Bas-Sablons est bordée jusqu'au milieu du 19e siècle d'une dune sablonneuse le long de la rue des Hauts-Sablons et de la place Monseigneur Duchesne, avec comme seules constructions une corderie et quelques ateliers pour la construction navale. En 1840, un mur de soutènement est construit le long de la grève, le long duquel se crée en 1840 un établissement de bains portant le nom de casino. En 1865, un phare est construit sur ce mur de soutènement. En 1866, l'architecte Leroyer présente un projet de cale dans l'anse des Bas-Sablons, élément constitutif d'un vaste programme municipal de pavement des rues et de création de trottoirs. Un projet de syndicat de propriétaires ayant pour objet la construction d'une digue dans la grève des Bas-Sablons échoue en 1888. Un an plus tard, le maire de Saint-Servan reformule devant son conseil les avantages qu'apporterait la constitution d'un tel syndicat. Il s'agit entre autres de recouvrir l'égout collecteur du Routhouan dont les eaux usées polluent la plage et placent la ville dans un état d'infériorité vis-à-vis des stations voisines. En outre, la construction de la digue entraînerait une plus-value pour les propriétés riveraines, qu'il s'agisse de location pour la saison balnéaire ou de vente, et aurait pour principale conséquence l'apparition de villas sur la grève transformée. Cette digue longue de 750 mètres coûterait 350 000 francs, répartis entre l'Etat, la ville et les riverains. En 1889, l'ingénieur des Ponts-et-Chaussées Rousseau réalise le plan du profil-type de la voie bordant le rivage de l'anse des Bas-Sablons. Le projet de digue est un ouvrage en dalles de granite posées sur un remblai sableux, d'une largeur de 7 mètres maximum permettant le passage de deux voitures et d'un tramway. La digue effectivement construite en 1890 abandonne le projet de voie carrossable pour privilégier la fonction de promenade. La digue relie la rue Beau-Rivage au sud à l'hôtel Victoria au nord en passant devant le casino. Dans le même temps, la sous-préfecture de Saint-Malo propose la construction d'une passerelle submersible devant l'anse des Bas-Sablons, dont le couronnement serait à cinq mètres au-dessous des plus hautes marées. Cette passerelle est édifiée en 1891. Après la Seconde Guerre mondiale, un café en rotonde est édifié sur la plate-forme à l'extrémité du percement de la rue de l'Amiral Magon.

Période(s)Principale : 4e quart 19e siècle
Dates1889, daté par source
Auteur(s)Auteur : Leroyer Alexandre architecte attribution par source
Auteur : Rousseau ingénieur attribution par source

Annexes

  • Informations complémentaires :
  • 19963500377X : Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, 2Q 618.

    19963500738X : Archives communales de Saint-Malo, 1 O 22 à 30, fonds Saint-Servan.